Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

La Bergeracoise Shani Bru va disputer les premiers championnats du monde de skate-board

dimanche 28 octobre 2018 à 3:30 Par Laurine Benjebria, France Bleu Périgord

Une Bergeracoise va skater pour la France aux premiers championnats du monde de skate en Chine, du 29 octobre au 4 novembre. Shani Bru sera seule Française en lice. Participer aux mondiaux de skate, ce sera l'occasion pour elle de faire du repérage pour les JO de Tokyo en 2020.

Shani Bru, 18 ans, vise les épreuves de skate des jeux olympiques de 2020 à Tokyo
Shani Bru, 18 ans, vise les épreuves de skate des jeux olympiques de 2020 à Tokyo © Radio France - Caroline Pomès

Bergerac, France

Shani Bru va représenter la France au championnat du monde de skate, à Nanjing en Chine, du 29 octobre au 4 novembre. Il s'agit des tous premiers championnats du monde officiels. Et la Bergeracoise sera seule Française en lice. Ce sera donc l'occasion pour elle de montrer ses nouveaux tricks, mais surtout de faire du repérage pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, où le skate-board deviendra un sport olympique. En attendant, la jeune skateuse perfectionne ses figures pour mettre le feu à la rampe !

Shani Bru disputera ce mercredi 31 octobre les tous premiers championnats du monde de skate-board, sous les couleurs de la France. Elle aura l'occasion de s'entraîner sur le circuit dès lundi, au lendemain de son arrivée en Chine. A une semaine de la compétition, elle reste confiante. 

Des nouveaux tricks en préparation

Shani Bru travaille dur pour ce championnat du monde. Elle a préparé de nouvelles figures afin de muscler son jeu et de surprendre ses adversaires. Mais elle travaille aussi sur ses "tricks phares, ceux qui me permettent de conclure ma prestation avec quelque chose d'impressionnant" confie-t-elle. 

Les JO de Tokyo dans le viseur de Shani Bru

Si Shani Bru se sent prête, elle n'est pas totalement confiante, surtout qu'il s'agit des tous premiers mondiaux et qu'elle avance donc un peu à l'aveugle. Mais avec sa participation,eut la Bergeracoise vse préparer aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Les qualifications pour les Jeux de 2020 auront lieu en janvier et ne tiendront donc pas en compte les résultats du championnat du monde mais pour Shani Bru, l'important la semaine prochaine, ce sera de "faire des repérages sur les concurrentes, sur les conditions de la compétition". 

"Ca représente une grande fierté"

Shani Bru est une habituée aux rampes internationales : vice-championne d'Europe en 2017, championne du monde de bowl en skate en 2016, elle a terminé 3e du Vans Park Series cette année.  Mais cette fois, c'est elle seule qui représentera tout un pays, ce dont elle se réjouit : "Je suis très contente de faire la première compétition où je représente la France (...) c'est un honneur".

Les mondiaux, un tremplin pour la pratique sportive du skate-board en France

La compétition sera rude en Chine, d'abord parce que Shani Bru affrontera les meilleures skateuses internationales, mais aussi parce que celles-ci évoluent dans un milieu plus propice aux championnats internationaux. Pour la Bergeracoise, derrière ces premiers mondiaux, puis ces premiers JO, se joue un enjeu de taille : ces prochains Jeux pourraient bien permettre de "développer la pratique du skate-board en France, de faire en sorte qu'on puisse faire remonter le niveau et qu'on puisse fonctionner en France parce que c'est difficile de se dire qu'il faut que j'aille m'entraîner aux Etats-Unis pour pouvoir avoir le niveau".

"J'aimerais bien pouvoir aussi m'entraîner en France et dans de bonnes conditions, pour moi ça me donne envie de continuer" 

La skateuse de 20 ans doit s'entraîner à l'international, notamment aux Etats-Unis, car il n'existe pas en France les structures d'entraînement adéquates, à savoir des skate parks "qu'on trouve sur les circuits mondiaux".