Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

International DOSSIER : Jeux olympiques d'hiver 2018 de PyeongChang

La Corée du Nord participera aux JO d'hiver en Corée du Sud en 2018

mardi 9 janvier 2018 à 15:56 Par Germain Arrigoni, France Bleu

La Corée du Nord va envoyer une délégation aux jeux Olympiques d'hiver en Corée du Sud, et des contacts entre militaires vont être engagés, ont convenu les deux pays lors d'un exceptionnel face-à-face mardi après les tensions provoquées par les ambitions nucléaires de Pyongyang.

Un stade olympique à Pyeongchang
Un stade olympique à Pyeongchang © Maxppp -

C'est "un grand pas en avant dans l'esprit olympique", pour Thomas Bach, le patron du Comité international olympique (CIO).  A l'issue de discussions exceptionnelles qui se sont tenues mardi entre le Nord et le Sud, les deux pays ont convenu que la Corée du Nord allait envoyer une délégation aux jeux Olympiques d'hiver qui se tiennent à Pyeongchang du 9 au 25 février, à 80 km de la frontière nord-coréenne.

"La partie nord-coréenne va envoyer une délégation du Comité olympique national, des athlètes, des pom-pom girls, un groupe d'artistes, une équipe de démonstration de Taekwondo et un service de presse", ont annoncé les deux pays dans un communiqué à l'issue de leur première rencontre en plus de deux ans.

Reste encore à déterminer si les représentants des deux pays feront une entrée commune lors des cérémonies d'ouverture et de clôture, comme à Sydney en 2000, à Athènes en 2004 et à Turin en 2006. La taille de la délégation nord-coréenne, de même que son hébergement, qui devrait être financé par Séoul, doivent aussi être fixés.

Des discussions militaires prévues

Séoul et Pyongyang ont par ailleurs convenu "d'abaisser la tension militaire actuelle et de tenir des discussion militaires sur la question".
Les deux camps ont décidé de rétablir une liaison téléphonique militaire qui avait été coupée en février 2016, et ce afin d'améliorer la communication entre les armées de ces deux pays toujours techniquement en guerre.

Séoul a profité de la rencontre pour demander que soit organisée parallèlement aux JO une réunion des familles séparées par la guerre (1950-53), l'un des héritages les plus douloureux du conflit. La Corée du Sud a également appelé à des pourparlers entre Croix-Rouge des deux pays. "Offrons au peuple un cadeau précieux pour le Nouvel an", a lancé le Nord-Coréen. "On dit qu'un voyage entrepris à deux dure plus longtemps qu'un voyage solitaire".

Depuis deux ans, la situation sur la péninsule s'est dégradée, le Nord menant trois nouveaux essais nucléaires et multipliant les tirs de missile. Séoul s'efforce de présenter les JO qui auront lieu à tout juste 80 kilomètres de la DMZ comme les "Olympiades de la paix", mais pour que l'expression prenne son sens, la participation du Nord était essentielle.