Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Formule 1 officialise son nouveau calendrier 2020

Les pilotes normands Pierre Gasly et Esteban Ocon sont fixés : la saison 2020 de Formule 1 débutera en Autriche le 5 juillet. Huit courses sont prévues dans le calendrier officialisé ce jour. Un programme encore partiel après l’arrêt général imposé par la pandémie du nouveau coronavirus.

Esteban Ocon portait un masque dans le paddock du Grand Prix d'Australie (finalement annulé). Des mesures sanitaires seront imposées pour le début du championnat 20920 de formule 1
Esteban Ocon portait un masque dans le paddock du Grand Prix d'Australie (finalement annulé). Des mesures sanitaires seront imposées pour le début du championnat 20920 de formule 1 © Maxppp - MICHAEL DODGE

Trois mois et demi. C’est le délai qui se sera donc écoulé entre l'annulation du Grand Prix d'Australie, épreuve inaugurale de la saison de Formule 1, et le Grand Prix d’Autriche qui donnera le vrai coup d’envoi du championnat. Ce nouveau calendrier - partiel - a été dévoilé par la FIA et Liberty Media, le groupe américain détenteur des droits sur la discipline reine du sport automobile. Les deux normands Pierre Gasly et Esteban Ocon connaissent désormais, comme les 18 autres pilotes du plateau, leur programme théorique jusqu’à la fin de l'année.

Courses à huis-clos, vie en autarcie et paddock réduit

Conséquence évidente du contexte sanitaire : les tribunes seront vides lors des premiers Grands Prix. La caravane de la Formule 1 va vivre dans sa bulle en Autriche : arrivée par vols charters sur une base militaire proche du circuit, puis logements dans des hôtels exclusivement réservés. Et aucun contact entre les équipes et le monde extérieur à l’exception des Autrichiens employés pour la tenue de l’événement. 

Ce coup d’envoi a été facilité par l’implication de la société Red Bull à la fois propriétaire du circuit, de deux des dix écuries de Formule 1 et multinationale à l’identité autrichienne. Un interlocuteur de poids pour le gouvernement de ce pays où la pandémie a fait 700 morts. Elle semble maîtrisée et les restrictions sont progressivement allégées depuis mi-avril. Pour réduire les risques, les écuries devront limiter leurs effectifs à environ 80 personnes.  

Deux mois intenses !

Pour l’heure, huit courses sont prévues sur… six circuits seulement ! Le calendrier a été sans cesse réécrit ces dernières semaines au gré des mesures sanitaires imposées par les différents États. Il fallait parvenir à ce seuil de huit épreuves, nécessaires pour décerner les titres mondiaux, donc un nouveau concept sera inauguré en 2020 : deux Grands Prix à une semaine d’écart sur un même circuit. Ce sera le cas en Autriche (5 et 12 juillet) puis en Angleterre (Silverstone). 

Pilotes et écuries feront aussi étape en Hongrie, en Espagne, en Belgique et en Italie. Soit un championnat ultra serré réparti sur deux mois. S’achèvera-t-il à Monza ? Les organisateurs, qui ont bouclé la partie européenne, envisagent d’autres Grands Prix : en Asie, où la pandémie recule, et sur le sol américain, sachant que les États-Unis ont relancé leur championnat Nascar. Mais tout dépendra de l’évolution sanitaire pays par pays. 

A lire aussi : Confinement, Esteban Ocon a choisi de le vivre en famille à Évreux

Choix de la station

À venir dansDanssecondess