Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

La grimpeuse ligérienne Anouck Jaubert passe un premier test aux championnats de France à Toulouse

vendredi 9 novembre 2018 à 18:39 Par Stéphane Garcia, France Bleu Saint-Étienne Loire

Vainqueur une deuxième fois de la Coupe du Monde d'escalade de vitesse, la Ligérienne Anouck Jaubert participe ce weekend aux premiers championnats de France de combiné. L'épreuve qui fera sera au programme des JO de Tokyo pour la première fois.

Toulouse accueille les premiers championnats de France de combiné
Toulouse accueille les premiers championnats de France de combiné © Maxppp - Maxppp

Toulouse, France

La Ligérienne Anouck Jaubert participe aux championnats de France d'escalade. C'est à Toulouse ce weekend. Elle qui reste sur deux victoires au classement de la Coupe du Monde de vitesse, s'est lancée depuis un an dans un nouveau défi : s’entraîner en vu des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020.

Le format de l'épreuve s'appelle le combiné, et ça tombe bien, Toulouse accueille les premiers championnats de France de la discipline. Il y a trois épreuves : la vitesse, le bloc et la difficulté.

Les trois disciplines du combiné, les explications d'Anouck Jaubert

La première, à l'image du sprint en athlétisme, consiste à gravir le plus rapidement possible un un mur de 14,5 mètres de haut. Pour le bloc, les grimpeurs doivent réaliser des parcours ne dépassant pas les 4,5 mètres mais d'une intensité accrue et sans corde. La dernière épreuve, la difficulté, consiste à gravir des murs de 15 mètres de haut, inconnus des sportifs. Celui qui atteint le sommet de la voie remporte le plus de points.

Anouck le reconnaît, “ça a été une année difficile parce que selon les épreuves ce n’est pas du tout la même approche. La vitesse demande de la force, de l’explosivité. Le bloc est plus technique, il faut s’adapter à des profils diverses et variés. On recherche le placement idéal, le mouvement. La difficulté, on n’a qu’un seul essai donc ça va être de la gestion, de l’anticipation depuis le bas et on sera sur un effort de plusieurs minutes donc ça tire plus sur les bras et les mains”.

Ce samedi auront lieu les qualifications. Les finales se disputeront dimanche