Tous les sports

La Normandie en force au championnat du monde d'endurance

Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) vendredi 10 avril 2015 à 9:50

Alpine en piste.
Alpine en piste. © Renault Sport

Le championnat du monde d'endurance reprend ce vendredi en Angleterre. Une compétition source de grandes ambitions pour le pilote d’Alençon Benoît Tréluyer, vice-champion en titre et pour la marque normande Alpine, qui y fait son entrée après deux titres européens en 2013 et 2014.

La Normandie est très présente au championnat du monde d'endurance qui reprend ce dimanche 12 avril en Angleterre. Et pour cause, le pilote de l'Orne, Benoît Tréluyer fait parti des meilleurs pilotes d’endurance. Champion du monde 2012, il a remporté trois des quatre dernières éditions des 24h du Mans, le "sommet de l’endurance ".

"Je suis un Normand" - Benoît Tréluyer

Le natif d’Alençon s’approche ainsi du record (français) de quatre victoires de celui qui l’a lancé dans la discipline : Henri Pescarolo. Pilote réputé à la fois pour sa bonne humeur et ses exigences techniques, il a conquis Audi , la marque allemande, référence absolue de l’endurance depuis le début des années 2000. Mais Benoît Tréluyer reste très attaché à sa Normandie natale. Et c’est avec une immense fierté qu’il avait accueilli son titre de "sportif normand de l’année " en 2012. 

Benoît Tréluyer, vice-champion en titre d'endurance, sportif normand de l'année en 2012. - Radio France
Benoît Tréluyer, vice-champion en titre d'endurance, sportif normand de l'année en 2012. © Radio France

 

Benoît Tréluyer : "Je suis un Normand"

Cette saison, Benoît Tréluyer va tenter de reconquérir son titre de champion du monde d’endurance, remporté l’an dernier par le duo Buemi-Davidson (Toyota ). Mais la concurrence sera rude dans la catégorie LMP1 avec d’une part les ambitions de Toyota et la montée en puissance de Porsche .

Alpine fait le grand saut

La marque Alpine a fait rêver des générations d’amateurs de sport automobile dans les années 60 et 70. C’était la belle histoire du petit constructeur capable de bousculer les grands. Avec en point d’orgue un succès aux 24h du Mans 1978. Le pilote de Caen Jean-Pierre Jaussaud et Didier Pironi s’étaient imposés au volant de l’inoubliable Renault Alpine A 442 B .

Après 35 ans d’absence, la marque normande est revenue à la compétition en 2013 en partenariat avec l’écurie Signatech . Un retour sur les chapeaux de roues avec un titre européen (ELMS) dès cette première saison. Puis un nouveau titre l’an dernier dans ce même championnat. Logiquement Alpine fait donc le grand saut en championnat du monde LMP2 cette saison.

Écoutez le reportage de Didier Charpin :

Alpine fait le grand saut

Un équipage tricolore

Alpine  a l’espoir de briller en s’appuyant sur un équipage 100% tricolore : Nelson Pantiatici – Paul-Loup Chatin et Vincent Capillaire.

Un équipage Alpine 100% tricolore : Nelson Pantiatici – Paul-Loup Chatin et Vincent Capillaire. - Aucun(e)
Un équipage Alpine 100% tricolore : Nelson Pantiatici – Paul-Loup Chatin et Vincent Capillaire.

Les premiers essais au Castellet fin mars se sont révélés encourageants. L’Alpine-Signatech a réussi le 3e chrono. Mais surtout elle a aligné 236 tours de pistes (plus gros roulage des LMP2), signe de la belle fiabilité de l’ensemble chassis (Oreca 03) – moteur (Nissan). Le PDG Bernard Ollivier se dit donc à la fois confiant mais aussi prudent face au challenge mondial.

Bernard Ollivier : " Ca va être très chaud."

Alpine en piste.  - Aucun(e)
Alpine en piste.

Au-delà du sport, la présence d’Alpine (filiale du groupe Renault ) répond à une stratégie commerciale. Après 20 ans d’absence sur le marché de l’auto, la marque normande présentera l’année prochaine une voiture de sport destinée à être commercialisée en 2017. Elle sera produite dans l’usine historique de Dieppe. Alpine représente donc un projet industriel et économique pour la Normandie.

Pierre Ragues : le coup dur

Le pilote caennais Pierre Ragues, champion d’Europe 2013, a signé en début de saison un contrat avec l’ambitieux team Sard-Morand. Cette équipe a brutalement renoncé à participer à la première course de la saison à Silverstone. Une décision annoncée mercredi alors que les bolides étaient arrivés sur le circuit. Difficile de savoir si ce forfait compromet la suite de la saison de Pierre Ragues.

Calendrier WEC (championnat du monde d’endurance)

Silverstone (Angleterre) : 12 avrilSpa-Francorchamps (Belgique) : 2 maiLe Mans (France) : France (FRA) : 13/14 juinNürburgring (Allemagne) : 30 aoûtAustin (Etats-Unis) : 19 septembreFuji (Japon) : 11 octobreShanghai (Chine) : 1er novembreBarheïn : 21 novembre