Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

La patinoire de Rouen vibre pour la French Cup de patinage artistique

Une patinoire de l'île Lacroix remplie, avec un millier de patineurs, répartis en une quarantaine d'équipes. La glace rouennaise est le théâtre tout le week-end de magnifiques prestations sur patins.

La patinoire de Rouen était remplie pour la French Cup
La patinoire de Rouen était remplie pour la French Cup © Radio France - Théophile Pedrola

La patinoire de l'île Lacroix a l'habitude de faire le plein avec les Dragons de Rouen, mais le registre du hockey est peut-être un tout petit peu plus violent que celui du patinage artistique. Pas moins spectaculaire en tout cas. 

Par équipe de seize, ce samedi 1 février après-midi, les équipes juniors du monde entier présentent leur programme libre aux spectateurs. Quelques minutes où la glace leur appartient, où la grâce et la facilité à se déplacer en patins étonnent les gradins. "C'est à la fois esthétique et gracieux, témoigne Mireille, qui vient ici chaque année. Ma petite fille patinait ici, et moi j'aime le patin. J'apprécie autant le synchronisé que l'artistique." 

Ambiance de stade de football à la patinoire

Les pays et les équipes se succèdent : Italie, Pays-Bas, Suède, Etats-Unis, avec plus ou moins de bruit selon le contingent. A l'applaudimètre, sans compter la France, ce sont les Américains qui font le plus de bruit. 

Visage au couleur de la France et drapeau tricolore en main, Evan, 13 ans, est contre les barrières, au plus près de la glace. Sa sœur patine avec l'équipe locale : les Jeanne d'Arc de Rouen : "Il y a toujours de la tension, souffle-t-il. On craint toujours la chute, mais je sais qu'elle patine bien." 

La France jouait à domicile, et était la plus attendue de la journée - Radio France
La France jouait à domicile, et était la plus attendue de la journée © Radio France - Théophile Pedrola

Et effectivement, les Rouennais s'en sortent très bien. Pas de chute et un beau programme très bien réalisé. Dans les rangs des artistes, on peut souffler. L'une d'entre elles, Sarah est encore rouge de l'effort et émue aux larmes en sortant de la glace : "On était concentrés, on est fiers de ce qu'on a fait. Je ne pensais pas que le public allait autant nous soutenir. Cela m'a portée. On donne beaucoup pour ça, on est tous les matins à 6h sur la glace alors c'est génial que cela donne des résultats." 

Une organisation millimétrée

Les patineurs filent aux vestiaires. L'organisation est millimétrée pour que toutes les équipes puissent se changer, se préparer, dans la patinoire de l'Île Lacroix. Organisation assurée par la centaine de bénévoles. Parmi eux, Philippe, retraité. Habitué du bénévolat, il apprécie particulièrement le patinage : "C'est vraiment top. Le respect des gens... Quand on ouvre les portes, on nous dit toujours merci, c'est vraiment agréable. Là je suis près des vestiaires, mais on tourne souvent de poste. Parfois, je suis plus près de la glace, et là on regarde un peu le spectacle !"

L'équipe juniors de la Jeanne d'Arc visait une qualification pour les Mondiaux de Nottingham, à la mi-mars 2020. Ce samedi 1er février au soir, on ne savait pas encore si la performance était suffisante, mais parmi les patineurs et le staff, une phrase revient : "Cela devrait le faire !"

La French Cup est à suivre en direct vidéo sur ce lien. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu