Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

La Russie soupçonnée d'avoir acheté la Fédération internationale de biathlon pour cacher des cas de dopage

mercredi 11 avril 2018 à 22:07 - Mis à jour le jeudi 12 avril 2018 à 15:05 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Après les révélations du journal Le Monde sur l'implication de la Fédération internationale de biathlon (IBU) dans la dissimulation de cas de dopages russes, Anders Besseberg a démissionné ce jeudi de la présidence de la l'IBU, poste qu’il occupait depuis la création de l’instance en 1993.

Le président de la Fédération internationale de biathlon (IBU) Anders Besseberg, en 2017.
Le président de la Fédération internationale de biathlon (IBU) Anders Besseberg, en 2017. © Maxppp - Andre Huber

La Russie a-t-elle payé les dirigeants de la Fédération internationale de biathlon (IBU) pour qu'ils ferment les yeux sur des cas de dopage ? L'Agence mondiale antidopage (AMA) a confirmé ce mercredi avoir mené une enquête sur un possible système de corruption

Directement mis en cause, le Norvégien Anders Besseberg a démissionné ce jeudi de son poste le président de l'IBU le temps de l'enquête.

"Protéger les athlètes russes dopés"

Selon un rapport confidentiel de l'AMA révélé mercredi soir par le quotidien français Le Monde, "le but premier de la corruption est de protéger les athlètes russes dopés". Le document précise que "la Russie a ciblé avec succès l'IBU et plus spécifiquement M. (Anders) Besseberg", son président norvégien "et Mme (Nicole) Resch", sa secrétaire générale.

L'enquête se base notamment sur le témoignage du lanceur d'alerte russe Grigory Rodchenkov. Ancien patron du laboratoire antidopage russe, il est réfugié aux Etats-Unis depuis qu'il a révélé un vaste scandale de dopage institutionnalisé dans le sport russe entre 2011 et 2015.

Le président de la Fédération internationale au cœur de l'enquête

C'est lui qui aurait indiqué le mode opératoire aux enquêteurs de l'AMA selon Le Monde : la Fédération internationale de biathlon envoyait les profils suspects à l'Agence antidopage russe (Rusada) et s'assurait ainsi "que les athlètes russes dopés ne puissent pas être repérés."

Combien les dirigeants de l'IBU auraient-ils touché en échange de leur présumée indulgence envers les athlètes russes ? Le Monde relate notamment une scène, qui se serait déroulée à l'été 2013, durant laquelle dirigeants mondiaux du biathlon et Russes négocient le montant remis à Anders Besseberg pour s'assurer de son soutien en vue des Jeux de Sotchi. Le quotidien évoque des sommes entre 200.000 et 400.000 euros.

Toujours selon Le Monde "une procédure pour dopage" vient notamment "d'être ouverte à la demande de l'AMA" contre le biathlète Sergueï Ustuygov, champion olympique de la mass start à Vancouver en 2010 devant le Français Martin Fourcade.

Sur son site internet, l'IBU  indique prendre le dossier "extrêmement au sérieux". Nicole Resch a été suspendue de ses fonctions.  Des perquisitions ont eu lieu mardi en Autriche et en Norvège.