Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

La surfeuse ponote Johanne Defay en quête d'une 5e place définitive au classement mondial

mardi 4 octobre 2016 à 18:36 Par Marie Blondiau, France Bleu Saint-Étienne Loire

La seule française du circuit pro de surf, originaire du Puy-en-Velay, démarre ce mercredi l'unique manche française dans les Landes. Elle vise la première place de cette manche. D'autant que cette année, elle a passé une étape importante dans la vie d'une surfeuse, celle du sponsor.

Johanne Defay, 22 ans, est la seule surfeuse pro française
Johanne Defay, 22 ans, est la seule surfeuse pro française © Maxppp - ZUMA PRESS/MAXPPP/MAXPPP

Le Puy-en-Velay, France

Elle est "super contente d'être à la maison", comprenez en France ! A partir de ce mercredi, la ponote Joahnne Defay (elle vit à la Réunion mais une partie de sa famille est toujours au Puy-en-Velay) va surfer sur des vagues qu'elle connaît un peu mieux que les autres compétiteurs, dans les Landes. L'étape lui réussit à tous les coups : en 2014 et 2015, elle a terminé 3e et 5e. Cette fois elle vise la première place.

Jusqu'ici, 2016 a bien réussi à la surfeuse. Finies les années de disette et les campagnes de financement participatifs, depuis le mois de mai Johanne Defay est maintenant sponsorisée, par Superdry, une marque de vêtements -. Une quasi obligation quand on est surfeuse pro.

Dans le surf, ce ne sont pas les clubs ou les fédérations qui nous aident à faire le circuit pro, il n'y a que les sponsors. Toute l'année on va dans des pays différents, ça a un coût assez élevé, et les sponsors nous aident à payer les billets d'avion, les locations de voiture, l'équipement, la nourriture... Ça aide à pouvoir le faire. Johanne Defay

Au passage, ce sponsoring lui permet d'être enfin payée ! Un sésame décroché aussi parce que son image a plu à la marque britannique, notamment via les réseaux sociaux. Autre pilier d'une carrière de surfeuse.

J'ai beaucoup appris ces trois dernières années. Depuis mon entrée sur le world tour, ça a été une des choses que j'ai dû vraiment mettre en place et travailler : l'image de la performance, de la sportive, de la rigolote. J'essaie d'être authentique et de rester comme je suis, on a tellement d'autres choses à montrer que la surfeuse sexy. Johanne Defay

Sportive, rigolote, ajoutez aussi ambitieuse, car Johanne Defay a bien l'intention de terminer dans le TOP 5 du circuit pro cette année. Cette étape française - le Quiksilver/Roxy Pro France - se termine le 15 octobre.