Tous les sports

Bilan reluisant pour les Normands aux Jeux Olympiques de Rio

Par Boris Letondeur, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) lundi 22 août 2016 à 0:35

L'équipe de France de saut d'obstacle, dont Pénélope Leprevost et Kévin Staut (à droite) tout sourire après l'obtention de la médaille d'or.
L'équipe de France de saut d'obstacle, dont Pénélope Leprevost et Kévin Staut (à droite) tout sourire après l'obtention de la médaille d'or. © Maxppp - Armando Babani

Les engagés normands aux Jeux Olympiques de Rio se sont, dans l'ensemble, bien comportés. Avec trois médailles récoltées, deux d'or et une d'argent, notre région surpasse de nombreux pays, dont la surpeuplée Inde. L'équitation s'affirme, s'il le fallait encore, comme notre discipline d'excellence.

La France termine les Jeux Olympiques de Rio avec un record de médailles : 42 (10 en or, 18 en argent et 14 en bronze). La Normandie a contribué à cette moisson avec trois breloques, toutes grappillées en équitation.

Notre région comptabilise un meilleur total que de nombreux pays, comme l'Inde et son milliard et demi d'habitants, le Danemark, la Turquie, Israël, l'Algérie, l'Autriche, le Portugal ou encore le Cameroun. Au-delà des triomphes, les sportifs normands se sont signalés en kayak, en tir et en basketball où l'Augeronne Marine Johannes a régalé, malgré la quatrième place finale de l'équipe de France féminine.

Deux médailles d'or, une d'argent

Ce n'est pas une nouvelle, l'équitation est une discipline d'excellence en Normandie. Nos cavaliers et chevaux l'ont prouvé une fois de plus lors de cette olympiade brésilienne. L'équipe de France de concours complet à récolté la première médaille d'or de la délégation française, grâce notamment au parcours magistral d'Astier Nicolas, cavalier toulousain originaire de l'Orne, et de son destrier Piaf de B'neville, selle français né et élevé à Benoitville, dans le nord-Cotentin.

Astier Nicolas et Piaf de B'neville ont récolté une médaille d'or et une d'argent au concours complet. - Maxppp
Astier Nicolas et Piaf de B'neville ont récolté une médaille d'or et une d'argent au concours complet. © Maxppp - Friso Gentsch

Les deux compères ont récidivé leur bonne performance lors de l'épreuve individuelle du concours complet. Au bout de l'effort, l'argent cette fois-ci. Astier Nicolas, définitivement fan de son cheval :

"C'est un crack ! Toujours aussi fiable, toujours aussi bon, il dit toujours oui, c'est ce qui a permis de faire ce qu'il a fait".

L'or aussi pour le couple augeron Kévin Staut et Pénélope Leprevost dans le concours de saut d'obstacles par équipe. Si le premier cité est à créditer d'un parcours sans faute, sa compagne, elle, a chuté à la réception d'un oxer. Médaillée tout de même grâce aux performances remarquables de Philippe Rozier et du vétéran Roger-Yves Bost, elle n'a pu participer à l'épreuve individuelle. Le concours n'a d'ailleurs pas souri aux tricolores (Bost : 16ème, Staut : 22ème et Rozier : 23ème).

7, le mauvais numéro

Deux normands visaient clairement une médaille à leur arrivée à Rio. Le tireur manchois champion du monde Eric Delaunay en skeet (ball-trap) et le kayakiste Sébastien Jouve sur le 200 m K2. Le premier a réalisé des qualifications quasi-parfaite le premier jour (73 cibles touchées sur 75), mais il a chuté en barrage contre le futur champion olympique. Au final, malgré la déception, il retiendra son beau top 7 pour ses premiers Jeux.

Le duo Jouve-Beaumont termine septième de la finale de K2 200 m. - Maxppp
Le duo Jouve-Beaumont termine septième de la finale de K2 200 m. © Maxppp - JOSE MENDEZ

La septième place, Sébastien Jouve ne la rangera pas dans la case des bons souvenirs. Il doit même la maudire. Quatrième du 200m K2 il y a quatre ans à Londres avec Maxime Beaumont, il espérait cette fois monter sur le podium. Encore raté. Également engagé sur le 1000 m K4, il a, là aussi, franchi la ligne d'arrivée en septième position. Rageant. D'autant plus que son compère de K2 Maxime Beaumont a décroché l'argent en individuel.

Fortunes diverses pour nos basketteurs augerons

A l'image de l'équipe de France masculine, Nicolas Batum est passé complètement à côté de ses Jeux Olympiques. Qualifiés de justesse par l'intermédiaire d'un TQO aux Philippines, les Bleus n'ont jamais brillé lors du tournoi brésilien. Versé dans un groupe difficile (États-Unis, Serbie, Australie, Chine et Venezuela), ils ne sont jamais parvenus à se sublimer malgré la qualification. Le Normand s'est montré plus que discret : 5 points contre l'Australie, 7 contre la Chine, 11 contre la Serbie, 5 contre le Venezuela, 14 contre les Etats-Unis, et zéro contre l'Espagne en quart de finale... Une olympiade à oublier pour la dernière compétition de la Génération Parker.

Les attentes autour de l'équipe de France féminine sont implacablement retombées à la veille de l'ouverture des JO, lorsque la star et capitaine Céline Dumerc s'est blessée à la cheville, déclarant forfait. Pourtant, le reste des Braqueuses de Londres et la jeune génération montante de Marine Johannes ne se démontent pas. Sérieuses et appliquées, elles battent la Turquie, le Belarus et le Brésil en poules. Face au Canada en quart de finale, elle rattrapent un début catastrophique pour s'offrir une demie contre les Etats-Unis.

Timide lors du premier tour, Marine Johannes marque et assure le spectacle lors de ces deux matchs couperet. Son cross over-step back enchainé d'un panier à trois points face à l'une des meilleures joueuses du monde à fait le tour de la planète (voir ci-dessous). Malheureusement, elle ne réédite pas la performance lors de la petite finale contre la Serbie et la France échoue à la quatrième place.

La Normandie dans les autres pays

Une normande a défilé drapeau en main lors de la cérémonie d'ouverture. Fière de représenter le Tchad, pays de ses parents, l'athlète Hérouvillaise licenciée à Sotteville-lès-Rouen Bibiro Ali Taher a participé au 5 000 m. Eliminée en série, elle a regretté une erreur des juges qui auraient omis de lui comptabiliser un tour de piste, la privant de finale... Déjà tourné vers l'avenir, elle donne rendez-vous à Tokyo dans quatre ans, sur une plus longue distance : le marathon. Et elle compte bien repartir du Japon avec une médaille autour du coup.

En Tennis de table, le Mexicain du Caen TTC Marcos Madrid n'a passé que le tour préliminaire mais être à Rio était déjà une victoire pour lui. Coaché par son ami et coéquipier à Caen Jimmy Devaux, il a battu le Vanuatais Yoshua Shing (4-0), avant de s'incliner contre le Slovaque Yang Wang (4-1). Quant au Nigérian Segun Toriola, pensionnaire de la Bayard Argentan, il est arrivé au deuxième tour et s'est incliné contre le Japonais Koki Niwa (4-2).

Partager sur :