Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Le boxeur poitevin Mahyar Monshipour et sa protégée iranienne Sadaf khadem sous le coup d'un mandat d'arrêt en Iran

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Poitou, France Bleu La Rochelle, France Bleu

Mahyar Monshipour, boxeur et entraîneur poitevin n'a pas pu raccompagner sa jeune protégée iranienne dans son pays : les deux sportifs sont sous le coup d'un mandat d'arrêt en Iran.

La boxeuse iranienne Sadaf Khadem avec son entraîneur poitevin Mahyar Monshipour
La boxeuse iranienne Sadaf Khadem avec son entraîneur poitevin Mahyar Monshipour © Radio France - Radio France

Poitiers, France

Mahyar Monshipour est à Poitiers mais il ne fera aucune déclaration. Le champion de boxe poitevin et sa jeune protégée, la boxeuse iranienne Sadaf Khadem sont sous le coup d'un "mandat d'arrêt" en Iran. Le Français d'origine iranienne l'a appris mardi alors qu'il se rendait à l'aéroport pour raccompagner Sadaf Khadem dans son pays. La professeure de fitness de Téhéran, âgée de 24 ans, a remporté son premier combat de boxe anglaise samedi à Royan face à la Française Anne chauvin. 

Les autorités iraniennes lui reprochent d'avoir combattu "en débardeur, en short, et sans hijab (foulard)", ce qui est interdit en Iran. Son entraîneur, Mahyar Monshipour serait accusé de complicité. Par précaution, tous les deux ont donc rebroussé chemin ce mardi alors qu'ils s'apprêtaient à rentrer en Iran. 

Un appel dans le taxi vers l'aéroport

Mardi matin : fin de matinée, Mahyar Monshipour est dans un taxi,  en route pour l'aéroport, quand il reçoit un appel pour le prévenir : 

"Il y a un mandat d'arrêt qui a été signé en Iran contre vous deux."

Face au risque d'une arrestation éventuelle, Mahyar Monshipour appelle des proches de Sadaf : faut-il rentrer en Iran ou pas ? La réponse est sans appel : "Tu l'as mise dans cette situation, à toi de la protéger !" L'attachée de presse de Mahyar Monshipour refuse d'en dire plus sur la personne qui les a alertés. Mais par précaution, l'athlète et son entraîneur font demi-tour, d'autant que Mahyar, d'origine iranienne, avait sa fille avec lui. 

Aucune déclaration pour ne pas couper les liens avec Téhéran

Pour l'instant, silence radio de son côté. Le Poitevin, multiple champion du monde de boxe, ne souhaite pas envenimer la situation, lui qui a des attaches en Iran et qui tient à garder un lien privilégié avec ce pays. Le ministère français des Sports est au courant de cette affaire. Le maire de Poitiers, Alain Claeys, ancien député socialiste, les a reçus dans son bureau ce mercredi matin. Ils vont bien. L'élu a saisi dans la foulée le ministère des affaires étrangères, il a écrit à Jean-Yves le Drian. L'athlète iranienne bénéficie encore de son visa jusqu'au 1er mai. Si le mandat d'arrêt iranien est confirmé de manière officielle, il lui faudra faire une demande d'asile à la France. 

Choix de la station

France Bleu