Tous les sports

JO de Rio 2016 : le club d'escrime dijonnais croit en Yémi Apithy

Par Adeline Tavet, France Bleu Bourgogne mardi 2 août 2016 à 19:31

Mathilde Zuddas et Jean-Pierre Harbelot, aux couleurs de Yémi Apithy
Mathilde Zuddas et Jean-Pierre Harbelot, aux couleurs de Yémi Apithy © Radio France - Édouard du Penhoat

Yémi Apithy est un escrimeur, tireur au sabre. Le 5 août, il portera le drapeau béninois pour l'ouverture des Jeux Olympiques. Au club d'escrime dijonnais, où il s'entraîne depuis près de trois ans, la ferveur monte à l'approche des épreuves.

"Aujourd'hui, Yémi peut inquiéter n'importe qui !" Jean-Pierre Harbelot , son entraîneur, est confiant. Depuis plusieurs mois, il supervise l'entraînement de Yémi Apithy, escrimeur franco-béninois et porte-drapeau de la délégation du Bénin. Ce tireur au sabre a décuplé ses efforts pour être au niveau des Jeux Olympiques de Rio, qui débutent le 5 août prochain : "Il s'est d'abord dégagé du temps au niveau professionnel", explique l'entraîneur. Car Yémi Apithy est podologue à Fontaine-lès-Dijon : "Il a augmenté sa charge de travail, pour se dégager du temps pour s'entraîner !"

"Il se donne toujours les moyens de réussir ce qu'il entreprend"

Yémi Apithy a les Jeux en tête depuis longtemps. "C'est un rêve d'enfant", assure Mathilde Zuddas, arbitre nationale d'épée, escrimeuse au club dijonnais et amie de longue date de Yémi. "Il se donne toujours les moyens de réussir ce qu'il entreprend, ajoute Jean-Pierre Harbelot. Il se donne à fond dans ses projets !"

Tellement à fond, que son entraîneur aimerait aujourd'hui le voir se calmer un peu. "On lui a prévu trois heures d'entraînement par jour, mais sans forcer !", précise-t-il. L'entraînement sur place de Yémi Apithy est assuré par... son propre frère, Boladé, lui-même escrimeur, mais qui n'a pas décroché de ticket pour Rio.

Le grand jour approche pour l'escrimeur : les épreuves masculines de sabre ont lieu le 10 août. Jean-Pierre Harbelot y assistera depuis Dijon, mais Mathilde Zuddas sera au premier rang, à Rio. Il faut dire que Yémi Apithy et le Club forment plus qu'une simple relation d'entraînement : les adhérents ont fait floquer des t-shirts à son effigie, ils lui ont organisé une cérémonie de départ avant qu'il ne s'envole pour Rio... "Il ne nous oublie pas, assure Mathilde Zuddas. Il nous envoie des photos tous les jours... Rio, je n'attends plus que ça !"