Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Le Coquelicot 42 fête ses cent ans avec une exposition au Musée des Verts

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Depuis le début du mois de juillet, le Coquelicot 42 a investi une salle du Musée des Verts pour y présenter une exposition qui retrace les cent ans d'histoire du club d'athlétisme stéphanois.

Parmi les pièces exposées, des chaussures d'athlétisme des dernières décennies... et du siècle dernier.
Parmi les pièces exposées, des chaussures d'athlétisme des dernières décennies... et du siècle dernier. © Radio France - Tifany Antkowiak

Saint-Étienne, France

Le Coquelicot 42 est doublement dans la lumière en ce mois de juillet. Le club d'athlétisme stéphanois est non seulement l'organisateur des championnats de France élite d'athlétisme, du 26 au 28 juillet, mais en plus, il fête son centenaire avec une exposition visible au Musée des Verts depuis le 9 juillet. 

Des chaussures de Christophe Lemaitre aux médailles de Louis Hostin

Thierry Rebuffel a commencé à travailler sur cette exposition il y a dix ans. Ce membre du Coquelicot depuis 1976, devenu historien du club malgré lui, a rencontré 200 personnes pour réunir les différentes pièces présentées et les images archivées sur le site dédié à l'histoire du club. Et il n'est pas peu fier de certaines trouvailles, comme une paire de chaussures du sprinteur recordman de France du 200 mètres, Christophe Lemaitre."La deuxième paire existante de ce modèle est au musée Asics au Japon", commente Thierry Rebuffel. 

Il est ravi aussi de pouvoir présenter au grand public les médailles olympiques d'un athlète stéphanois oublié : le lanceur de poids et haltérophile Louis Hostin, formé au Coquelicot dans les années 1920. "Il a obtenu une médaille d'argent aux Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928, et deux médailles d'or à Los Angeles 32 et Berlin 36, ça le positionne au huitième rang des médaillés olympiques français", explique le commissaire de l'exposition.

Louis Hostin est le seul athlète stéphanois et licencié à Saint-Étienne à avoir remporté deux titres olympiques - Radio France
Louis Hostin est le seul athlète stéphanois et licencié à Saint-Étienne à avoir remporté deux titres olympiques © Radio France - Tifany Antkowiak

Un club créé par des Poilus

Jacques Fellice aussi a les honneurs de l'exposition. Le spécialiste du 400 mètres a participé deux fois aux Jeux olympiques en tant que licencié du Coquelicot. "Les Jeux de Moscou et de Los Angeles", précise l'ancien athlète international, qui trouve "bizarre" d'avoir une vitrine en son honneur, même s'il avoue que ça lui fait plaisir. 

L'exposition présente ces athlètes qui ont fait la grande histoire du Coquelicot 42. Mais sur les panneaux qui informent le visiteur, il y a aussi une forte présence militaire. Thierry Rebuffel, le commissaire de l'exposition, rappelle que le club du Coquelicot est né à la sortie de la Première guerre mondiale : "ce sont trois anciens Poilus, qui au sortir de la guerre, ont créé le club athlétique du Coquelicot", raconte-t-il. Pourquoi une fleur comme emblème ? "Le coquelicot était la première fleur qui poussait sur les champs de bataille après les combats, et nos trois Poilus ont côtoyé les soldats anglais, et les Anglais à cette époque donnaient des noms de fleurs à leurs clubs de sport", poursuit Thierry Rebuffel. 

Des personnalités communes avec l'ASSE

Au fil de l'exposition, on découvre aussi des liens entre le Coquelicot 42 et l'AS Saint-Étienne. Cette partie de l'exposition n'a pas été conçue juste parce que l'événement est présenté au Musée des Verts. "C'est plus qu'un clin d'oeil", commente le commissaire de l'exposition, "puisque les liens sont très étroits depuis 1919; le club a eu des personnages en commun, comme le docteur Nicolas qui était médecin de l'ASSE et qui est devenu président du Coquelicot, ou notre premier international Julien Soucours qui s'occupait de l'entretien de la pelouse de Geoffroy-Guichard". 

L'exposition du centenaire du Coquelicot 42 : des tranchées à l'or olympique, l'autre épopée stéphanoise, jusqu'au 27 octobre au Musée des Verts. Tarifs : 7 euros pour le musée seul, 15 euros avec la visite guidée du stade. Tarifs préférentiels jusqu'au 31 juillet pour les licenciés de la Fédération française d'ahtlétisme et les spectateurs des championnats de France élite. 

Choix de la station

France Bleu