Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports DOSSIER : Paris 2024

Le département des Landes officiellement candidat pour accueillir les épreuves de surf aux JO en 2024

vendredi 27 octobre 2017 à 23:01 - Mis à jour le samedi 28 octobre 2017 à 13:52 Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne

C'est officiel ! Le département des Landes est candidat pour accueillir les épreuves de surf des Jeux Olympiques de Paris 2024. L'annonce a été faite par Xavier Fortinon, le président du Conseil Départemental, ce vendredi après-midi, au siège de la Fédération Française de Surf à Soorts-Hossegor.

Les communes landaises accueillent déjà régulièrement des compétitions internationales, comme le Quicksilver Pro début octobre
Les communes landaises accueillent déjà régulièrement des compétitions internationales, comme le Quicksilver Pro début octobre © Maxppp - SEBASTIEN LAPEYRERE

Hossegor, France

Elles s'étaient montrées intéressées au début du mois d'août, c'est officiel depuis ce vendredi. Les communes de Hossegor, Capbreton et Seignosse sont candidates pour accueillir les épreuves de surf aux Jeux Olympiques 2024, si cette discipline était effectivement retenue comme sport olympique après son baptême à Tokyo en 2020. Le Département des Landes et la Communauté de Communes MACS sont associés à cette candidature, annoncée depuis le siège de la Fédération Française de Surf à Hossegor.

"Avec le département, associé à la communauté des communes, à Seignosse, Hossegor et Capbreton, nous présentons notre candidature officielle pour que se passent ici les épreuves de surf pour les Jeux de 2024", a lancé Xavier Fortinon, président du Conseil départemental des Landes, admettant qu'il faudrait "franchir de nombreux obstacles" avant de recevoir ces épreuves.

Une candidature 100% landaise

Face aux Girondins de Lacanau et très certainement les Basques de Biarritz, les Landes vont donc faire cavalier seul, du moins pour commencer. "Si nous n'avions pas de chances, nous de déposerions pas notre candidature. On n'est pas là pour concourir, on est là pour gagner", a expliqué Xavier Fortinon "moi je ne suis pas là pour dénigrer les atouts des uns ou des autres, chacun fait valoir les siens sur un cahier des charges, que nous ne connaissons pas aujourd'hui. Mais vous savez, je ne suis hostile à aucune coopération, néanmoins aujourd'hui je ne pas vous exprimer autre chose que la candidature des Landes."

On se battra bec et ongles pour que ça se fasse ici - Pierre Froustey, président de de la communauté de communes MACS

Tous les intervenants ont vanté les atouts des Landes, comme la qualité des vagues ou les infrastructures touristiques sur cette portion de côte qui concentre la plus importante zone économique liée au surf en Europe. "On a un vrai savoir-faire événementiel et nos communes sont complémentaires", a plaidé Xavier Gaudio, maire de Soorts-Hossegor qui a accueilli successivement en octobre l'élite mondiale du surf lors du Quiksilver/Roxy Pro France puis les Championnats de France de surf. "On se battra bec et ongles pour que ça se fasse ici !", a renchéri Pierre Froustey, président de la communauté de communes.

Un cahier des charges à définir

Le cahier des charges, qui définira les points importants pour retenir une candidature, n'est pas encore mis en place. Mais, le Département des Landes et ses vagues mondialement connues, qui font l'unanimité chez les surfeurs pourraient peser dans la balance, comme le fait aussi d'accueillir régulièrement des événements nationaux et mondiaux, ou la construction d'une vague artificielle (Lacanau l'envisage, mais le sujet ne serait pas enterré dans les Landes). Reste la question de l'accessibilité, Bordeaux est à deux heures de TGV de Paris et Biarritz à un aéroport.

L'aspect médiatique devra aussi figurer dans le cahier des charges, "ça devra être un point très très fort" pour Jean-Luc Arassus. Le président de la Fédération Française de Surf insiste : "Il faut que ces candidatures soient fortes, pour nous permettre de nous affirmer parce qu'il y a au moins neuf disciplines qui tapent à la porte, pour être aux Jeux Olympiques de Paris."

La Fédération Française de Surf va donc se rapprocher de la Fédération Française de Voile, qui a été confrontée à la même situation, qui a dû étudier les candidatures du Havre, Brest et Marseille, "donc on va un peu s'inspirer des autres fédérations olympiques, puis on va s'organiser pour prendre une décision cohérente et en phase avec ce que demande le CIO", conclut Jean-Luc Arassus.

Un comité et des ambassadeurs

Un comité de candidature vient donc d'être lancé pour préparer au mieux le dossier landais. Une candidature qui s'appuie aussi sur des marraines et des parrains, du milieu du surf ou non : Vincent Duvignac, Alizé Arnaud (deux surfeurs landais en équipe de France), la basketteuse de Basket Landes et ancienne internationale Céline Dumerc, l'ancienne handballeuse de l'équipe de France Valérie Nicolas, la multiple championne du monde de sauvetage en mer Stéphanie Barneix, et deux jeunes surfeurs, qui seront peut-être aux Jeux en 2024 : Justin Décret et Jade Magnien. La jeune landaise de 15 ans rêve de participer aux JO 2024 : "Je préférerais que ce soit les Landes, qui aient les Jeux Olympiques pour représenter l'endroit où l'on vit, là où on a appris à faire du surf, là où on a évolué... Défendre le titre français à la maison y'a rien de plus magique !"

La ville retenue pour accueillir les épreuves de surf aux Jeux de paris 2024 devrait connue dans trois ans, en 2020, au moment des jeux Olympiques de Tokyo. Avant cela, il faut donc travailler puis déposer le meilleur dossier. Les candidatures devraient être étudiées en 2019.

Les Landes veulent accueillir les épreuves de surf de Paris 2024 - Radio France
Les Landes veulent accueillir les épreuves de surf de Paris 2024 © Radio France - Valérie Mosnier