Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Le gouvernement lance la première étape vers la légalisation du MMA en France

-
Par , France Bleu

La ministre des Sports a lancé ce lundi une première étape vers la légalisation du Mixed Martial Arts (MMA) en France. Un appel à candidatures a été lancé auprès des différentes fédérations pour prendre en charge ce sport de combat extrême.

Le MMA devrait bientôt être légalisé en France après des années de combat de la part des pratiquants pour sa reconnaissance.
Le MMA devrait bientôt être légalisé en France après des années de combat de la part des pratiquants pour sa reconnaissance. © AFP - REY DEL RIO

Après des années de résistance, le processus pour légaliser et reconnaître le MMA en France a été officiellement lancé ce lundi a annoncé Roxana Maracineanu, la ministre des Sports. Un appel à candidatures est lancé afin de savoir quelle fédération souhaiterait héberger ce sport de combat extrême. 

Un sport mélangeant la plupart des techniques de combat

Le MMA est un sport où tous les coups sont permis, les coups de pied, de poing, de genou, de coude. Il est aussi autorisé de frapper l'adversaire au sol ou encore d'effectuer des clés de bras sont. C'est un mélange de plusieurs sports de combat comme le judo, le karaté, la boxe thaïlandaise et la lutte. Les combattants évoluent dans une "cage", en forme d'octogone.

Le considérant comme un sport dangereux, l'ancien secrétaire d'État au Sports Thierry Braillard avait interdit en 2016 toutes compétitions de cette discipline, malgré un rapport prônant une légalisation progressive. L'arrivée d'Emmanuel Macron en 2017 avait fait bouger les choses sur le sujet par l'intermédiaire de l'ancienne ministre des Sports Laura Flessel, puis par Roxana Maracineanu. 

De plus en plus populaire

Avec près de 40.000 pratiquants dans plusieurs centaines de clubs, chaperonnés par la puissante fédération américaine (UFC), il devenait difficile pour le gouvernement de ne pas réguler ce phénomène grandissant. "C'est une réalité qui existe aujourd'hui avec un public très varié, des femmes, des hommes, des enfants, des adultes de tout milieux et on ne peut pas la nier. Il ne faut plus rester dans l’hypocrisie. C'était donc important d'inciter au mariage des acteurs du MMA et d'une fédération", a déclaré lundi en conférence de presse, Roxana Maracineanau. 

Les fédérations intéressées ont jusqu'au 27 septembre pour déposer leurs dossiers de candidatures qui seront étudiés par un jury spécialisé et indépendant chargé d'émettre un avis à la ministre. Puis entre le 2 et le 6 décembre, le Comité national olympique et sportif français fera lui aussi connaître son avis avant une décision finale le 31 décembre prochain. 

"Au 1er janvier 2020, le MMA existera officiellement" en France

La fédération sélectionnée aura, à partir du 1er janvier 2020, une délégation pleine et entière pour gérer le monde amateur et professionnel. Selon une source proche du dossier, cinq fédérations seraient candidates pour accueillir le MMA : kick-boxing, karaté, lutte, judo, boxe française et la Fédération sportive et gymnique du travail. 

Un soulagement pour les pratiquants 

Cette grande avancée vers une légalisation apparaît comme un soulagement pour les acteurs du MMA en France. "On est enfin écouté et entendu", a estimé Zarah Fairn, la seule Française sous contrat avec l'UFC. "On est en train de trouver un système pour accueillir cette discipline. C'est très important pour la génération à venir de pouvoir porter le drapeau français, pouvoir combattre en France et avoir le statut de sportif de haut niveau. Cela permettra aussi de faire tomber les préjugés sur notre discipline", a t-elle déclaré à l'AFP.

L'un des pionniers de la discipline en France, Bertrand Amoussou, aujourd'hui président de la Commission française du MMA pense que "la ministre a eu du courage politique, car il y a plus à perdre à accepter le MMA que le contraire".

Dans un communiqué, la ligue américaine UFC a "salué le premier pas d'une reconnaissance officielle du MMA et de son intégration dans l'écosystème sportif français".

Les premiers combats devraient avoir lieu dès le milieu de l'année 2020.