Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Le plumfoot, mélange de foot, volley, badminton et kung-fu, débarque à Eaubonne

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Le Mondial de plumfoot a débuté à Eaubonne (Val-d'Oise), et se termine samedi 24 août. En lice, la France espère terminer dans le top 5 de la compétition, dominée par les Chinois et les Vietnamiens. Découverte de ce sport pluridisciplinaire et surtout très spectaculaire.

C'est avec ce volant qu'ils tiennent dans leur main que Charlie et Étienne, membres de l'équipe de France de plumfoot dont le Mondial se tient à Eaubonne (Val-d'Oise), s'éclatent depuis des années.
C'est avec ce volant qu'ils tiennent dans leur main que Charlie et Étienne, membres de l'équipe de France de plumfoot dont le Mondial se tient à Eaubonne (Val-d'Oise), s'éclatent depuis des années. © Radio France - Nicolas Fillon

Eaubonne, France

Le plumfoot, ça vous dit quelque chose ? Non ? Et bien il va falloir vous y mettre parce que la Coupe du Monde de la discipline a débuté ce mercredi 21 août, à Eaubonne (Val-d'Oise), avec 15 pays représentés. Le plumfoot, c'est un sport d'origine asiatique appelée Jianzi en Chine et Da Cau au Vietnam qui mélange football frestyle, volleyball, badminton... on pourrait même ajouter le kung-fu ! Si vous n'en avez pas entendu parler - le plumfoot a débarqué en France à Marseille en 1994 -, on en trouve les premières traces de pratique au Ve siècle avant J.-C. Quand même ! 

Un volant, un filet, et des chaussures palmées

Déjà, comment y joue-t-on ? Avec un objet un peu particulier. Une sorte de volant de badminton (appelé aussi... plume), avec des plumes roses, lestées lestées par une base ronde en caoutchouc d'à peine une dizaine de grammes. "Il faut imaginer que ça retombe comme une pièce dans un mouchoir", précise Charlie, président de l'Apup, l'Association Puteaux Plumfoot et membre de l'équipe de France de la discipline. Et le jeune homme de 23 ans d'expliquer le principe de son sport : "Ça consiste à faire tomber le volant dans la surface adverse, sachant qu'on joue sur un terrain de badminton avec un filet rehaussé de dix centimètres. On a le droit, en simple, à deux touches par personnes. En général, la première sert à réceptionner et à contrôler, la seconde va servir à attaquer pour mettre en difficulté l'adversaire . On joue avec toutes les surfaces du corps, sauf les bras ou les mains."

Pour Charlie, même si on joue avec les pieds, les genoux, les hanches ou les épaules, "rien à voir" avec du foot. "On parle bien de plumfoot, sur un terrain de badminton, insiste-t-il. Et en équipe, soit en double ou en triple, c'est comme du volleyball avec les pieds. On a le droit à quatre touches par équipe, des passes, des appels, des fausses pistes, des attaques de chaque côté. On construit, on constitue un bloc..." À noter qu'un match se dispute en deux sets gagnants de 21 points. Et que ses pratiquants jouent avec des "palmes", des chaussures plus larges sur le dessus du pied, même si les modèles peuvent varier.

Des figures acrobatiques impressionnantes

Les principales caractéristiques de ce sport pas comme les autres ? "Ça va être la dextérité, la souplesse, répond Étienne, 23 ans également et champion de France de plumfoot. Il faut aussi savoir lire les trajectoire et se déplacer sur le terrain." La discipline donne surtout lieu à des envolées assez spectaculaires et acrobatiques, quand on sait que le filet est dressé à 1,60 m du sol. Notamment au moment de marquer le point, il faut avoir des adducteurs de compétition

Un exemple de smash réalisé avec Charlie, membre de l'équipe de France de plumfoot. Réaliser un grand écart pour envoyer le volant avec la semelle de l'autre côté du terrain paraît anodin... - Radio France
Un exemple de smash réalisé avec Charlie, membre de l'équipe de France de plumfoot. Réaliser un grand écart pour envoyer le volant avec la semelle de l'autre côté du terrain paraît anodin... © Radio France - Nicolas Fillon

"Quand on réussit à maîtriser les gestes de base, on peut se permettre de faire des attaques spéciales, détaille Étienne. Il y en a deux spécifiques. D'abord, celle qui consiste à taper le volant avec le cou-du-pied, à la manière d'une bicyclette en football. Les Asiatiques appellent ça "le coup du dragon". Ou alors, on peut frapper le volant de face, comme une sorte de smash, il faut pouvoir lever la jambe, faire un grand écart et la rabattre assez facilement."

Un sport physiquement prenant

Forcément, mieux vaut être physiquement en bonnes conditions pour pouvoir pratiquer le plumfoot, juge Étienne : "On utilise notre corps quasiment à plein potentiel ! Quand tu dois faire des sauts pour attaquer ou te ruer sur le volant pour défendre... C'est vraiment tout le corps qui va travailler. On le prépare au maximum pour pouvoir subvenir à nos besoins sur le terrain. C'est très demandeur en souplesse, en muscles et en énergie." Surtout en simple, où le joueur court davantage "pour couvrir toute la surface du terrain", abonde Charlie, dont la formation de gymnaste aide pas mal pour faire toutes ces acrobaties...

Football freestyle, badminton, volleyball, kung-fu : on l'aura compris, on retrouve un peu de tout ces sports dans le plumfoot. Mais les deux joueurs évoquent également le tennis, pour son aspect mental. "On n'a pas le droit de craquer, de s'énerver, il faut évacuer la frustration au mieux", dit Étienne. Son compère renchérit : "Il faut une grosse concentration, ça prend beaucoup d'énergie psychique et ça peut aller très vite. Il suffit de lâcher un petit instant, et les points s'enchaînent pour l'adversaire. Tout ça joue sur le physique et la qualité de jeu."

Le plumfoot, une passion d'enfance

Mais comment le "virus" plumfoot s'est-il propagé dans les veines de ces deux amis d'enfance ? "Au lycée, un pote est parti au Vietnam, raconte Charlie. Il faut se dire que là-bas, le volant de plumfoot, c'est comme les ballons dans des pays de foot. C'est le sport national. Il y en a partout, dans toutes les rues. L'objet est assez rigolo et folklorique, il a pu en ramener quelques uns en France." À partir de là, Charlie et Étienne se mettent à tâter de la plume chaque soir avec d'autres amis après les cours, en cercle, comme une "brésilienne", ce jeu qui consiste à se passer la gonfle sans qu'elle ne touche le sol, le tout agrémenté de quelques gestes techniques.

Même au service, il faut se déployer au plumfoot. Autant vous prévenir : vos adducteurs et articulations devront être bien préparés ! - Radio France
Même au service, il faut se déployer au plumfoot. Autant vous prévenir : vos adducteurs et articulations devront être bien préparés ! © Radio France - Nicolas Fillon

"C'était devenu addictif, poursuit Charlie. Quand notre dernier volant a rendu l'âme, on était désemparé. Pour en racheter, ce n'était pas évident. Les références sur Internet sont difficiles à trouver. En cherchant, on s'est rendu compte qu'il existait un club de plumfoot à Puteaux, là ville d'où l'on venait. C'est notre coach, une ancienne championne vietnamienne de la discipline et qui vit en France depuis une vingtaine d'années, qui a créé la structure. En s'inscrivant, on a pu retoucher aux plumes, on était heureux ! C'est là qu'on a découvert la version "filet" du plumfoot, celle qui se joue en compétition officielle."

La France peut aller chercher le top 5 pour son Mondial

Justement, quelles sont les ambitions de l'équipe de France de plumfoot pour son Mondial ? "Il y a deux nations inatteignables encore pour nous, les pays fondateurs du plumfoot, à savoir la Chine et le Vietnam, qui comptent des joueurs professionnels, souffle Charlie. En Europe, deux équipes sont encore devant nous : la Hongrie et l'Allemagne. On va essayer de les battre en priorité car on est assez proches d'eux en termes de niveaux. La France est autour de la 7e, 8e place. On va essayer de se maintenir autour de ses positions, et pourquoi pas viser plus haut."

Au Vietnam et en Chine, le plumfoot est professionnel. Rien que pour ce Mondial en France, la délégation chinoise affiche un contingent d'une vingtaine de joueurs et joueuses. - Radio France
Au Vietnam et en Chine, le plumfoot est professionnel. Rien que pour ce Mondial en France, la délégation chinoise affiche un contingent d'une vingtaine de joueurs et joueuses. © Radio France - Nicolas Fillon

Pour ambitionner le top 5, il faudra également se méfier de la Finlande, de la Mongolie, de Taïwan... "En France, seulement quatre clubs de plumfoot où l'on peut pratiquer en compétition sont répertoriés, ajoute Étienne. Il y a Puteaux, Paris, Marseille et Dunkerque. La Chine et le Vietnam sont au-dessus. Mais on est chez nous. Il faut représenter le niveau français, ça va être une belle compétition."

Une compétition à suivre en live sur la page Facebook France Plumfoot. L'entrée est libre.

Choix de la station

France Bleu