Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

“Les 24 Heures du Mans virtuelles : Une affiche de dingue !” - Pierre Ragues, engagé avec Alpine

Le pilote caennais Pierre Ragues fait partie des 200 engagés aux premières 24 Heures du Mans virtuelles. Il va y affronter des pilotes de tous horizons (F1, Indycar, Endurance...) libres du fait de l’absence de vraies courses sur circuit. Un choc des cultures inédit à plusieurs titres.

La version "jeu vidéo" de l'Apine A 470 engagée aux 24 Heures du Mans virtuelle. Seule modification perceptible : le nom de Nicolas Longuet (simracer) rajouté sur le flanc
La version "jeu vidéo" de l'Apine A 470 engagée aux 24 Heures du Mans virtuelle. Seule modification perceptible : le nom de Nicolas Longuet (simracer) rajouté sur le flanc

Le départ des 24 Heures du Mans sera donné ce samedi à 15 heures. Comme prévu. Ou presque…… puisque les rassemblements publics “physiques” restent interdits en cette période de déconfinement progressif. Il s’agira donc du premier double tour d'horloge en version virtuelle. Ce qui n’était qu’un rendez-vous destiné à meubler un calendrier désert est devenu une course attirante pour les pilotes en mal de compétition. L’affiche est assez exceptionnelle avec la confrontation de 22 pilotes ayant participé à au moins un Grand Prix de Formule 1 (dont cinq en exercice) auxquels s’ajoutent quelques pointures de l'Endurance, des vainqueurs des 500 miles d’Indianapolis et la crème des simgamers (les pilotes spécialistes des courses virtuelles). 

De long entrainements sur simulateur pour Pierre Ragues, avant de se lancer dans les 24 Heures du Mans virtuelles
De long entrainements sur simulateur pour Pierre Ragues, avant de se lancer dans les 24 Heures du Mans virtuelles

Dans ce décor : Pierre Ragues avec ses douze participations aux vraies 24 Heures sur la piste. Impressionné par le casting “La liste des pilotes en exercice sur pistes est juste dingue ! On en rêverait pour la vraie course. Le grand public va aussi découvrir les gamers pros. Et sur ce que j’ai vu sur les serveurs, ça roule fort de leur côté !” confie le Caennais.

Virtuel/réel : Pas tout à fait le même pilotage

Durant ces 24 Heures virtuelles, Ragues retrouvera Thomas Laurent et André Negrao, ses coéquipiers du championnat du monde LMP2, et découvrira Nicolas Longuet, le simracer de Renault (maison mère d’Alpine). “Un pilote reconnu en simracing. Il nous apporte énormément pour comprendre les procédures et les réglages techniques” détaille le Caennais, 36 ans, sans aucune expérience en courses virtuelles. L’approche n’est pas simple : “Les Gamers nous disent d’abandonner nos repères en réel” résume-t-il ! Il doit s’habituer à comprendre le comportement d’une ‘fausse’ voiture. “Le design est celui de l’Alpine. Mais les réactions vraiment différentes de la réalité”. Ces premières 24 Heures virtuelles devraient permettre aux simracers de se distinguer malgré les belles cartes de visite des Fernando Alonso, Jenson Button, Simon Pagenaud, Max Verstappen, Charles Leclerc et autre Juan-Pablo Montoya ! 

Alpine jouera la carte de l’expérience de l'endurance

Ces 24 Heures seront donc un savoureux mélange de vitesse pure des sprinteurs de la F1, d’expérience de l’outil virtuel pour les simracers et de science de l'endurance pour les habitués du Mans comme Pierre Ragues. “Ces 24 Heures seront un peu comme les autres. Il faudra gérer son temps de conduite, le sommeil, les réveils musculaires” observe le Caennais, jamais parti à la faute en douze participations à la “vraie” course. Une expérience précieuse face à tous ceux qui découvriront les longs relais au volant, comme les cinq pilotes titulaires de F1 (Verstappen, Leclerc, Norris, Gasly et Giovinazzi). 

Autre paramètre de ces 24 Heures derrière l’écran, aucune ambiance de circuit mais 200 pilotes répartis sur toute la planète, essentiellement à leur domicile. Ce qui pourra entraîner quelques subtils choix dans l'organisation des relais. “André (Negrao) sera chez lui au Brésil” sourit Pierre Ragues. “Avec le décalage horaire il pourra rouler de nuit en France sachant que lui sera en début de soirée”. Des pilotes sur des fuseaux horaires différents. Mais également tributaires des aléas d'internet, le règlement prévoit même des pénalités pour ceux qui perdrait la connexion

Les Hunaudières... loin du Mans pour les 200 pilotes engagés dans ces premières 24 Heures virtuelles
Les Hunaudières... loin du Mans pour les 200 pilotes engagés dans ces premières 24 Heures virtuelles - Xynamic Automotive Photography

Ces 24 Heures du Mans virtuelles vont donc permettre aux pilotes de retrouver un parfum de compétition avant la reprise des courses sur circuits ( 5 juillet pour la formule 1, 15 août pour l'Endurance). La 88e édition des “vraies” 24 Heures est prévue les 19 et 20 septembre prochain. La présence du public est encore incertaine. 

Pour suivre les premières 24 Heures du Mans sur YouTube 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess