Tous les sports DOSSIER : Jeux Olympiques de Rio 2016

Les clubs de boxe de la Loire espèrent bénéficier d'un effet JO

Par Tifany Antkowiak, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 23 août 2016 à 19:17

Tony Yoka avec ses amis de Chanteloup-les-Vignes
Tony Yoka avec ses amis de Chanteloup-les-Vignes © Radio France - Bruno Salomon

Les campagnes d'inscriptions dans les clubs de boxe de la Loire vont reprendre début septembre et les associations s'attendent à une hausse des demandes après les six médailles décrochées par les boxeurs français à Rio, dont les titres du couple Estelle Mossely - Tony Yoka.

"Fabuleux", "exceptionnel"... Les responsables des clubs de boxe de la Loire ne tarissent pas d'éloge sur le bilan des boxeurs français aux Jeux olympiques de Rio (deux médailles d'or, deux d'argent et deux de bronze). Un bilan sur lequel ils reviennent avec fierté et avec l'espoir que leur sport bénéficie de la vitrine médiatique brésilienne.

Dans la Loire, on espère que les derniers JO vont aider à améliorer l'image de la boxe

"On en a tellement fait pour les autres sports"

Le téléphone a déjà sonné plusieurs fois ces derniers jours au Boxing club de Saint-Chamond (130 licenciés), avec au bout du fil, des jeunes ou des adultes qui veulent s'essayer à la boxe, inspirés par les combats qu'ils ont pu voir à la télévision pendant les Jeux olympiques à Rio. Du côté du club de la Cotonne (120 licenciés) à Saint-Étienne, on espère surtout que l'effet JO se ressentira en terme de couverture médiatique et de politique de développement de la boxe. "On en a tellement fait pour d'autres sports : la natation, le football... Et là pour une fois qu'il y a quelque chose d'exceptionnel dans la boxe [...] donc je suis pressé de voir, est-ce que leur retour sera à la hauteur de ce qu'ils ont fourni", confie Aziz Khalid, manager général du club de la Cotonne et président du comité départemental de boxe de la Loire.

Il attend notamment un coup de pouce "au niveau national" pour faire plus de promotion de la boxe, notamment la pratique féminine. Au club de la Cotonne, une quarantaine de femmes s'entraînent régulièrement, mais essentiellement en section loisir. Elles ne sont que trois ou quatre à pratiquer ce sport en compétition, dont la championne de France Cynthia Lauvergeon.

Dans la Loire, environ 500 personnes ont une licence dans l'un des clubs de boxe du département.