Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les clubs normands découvrent progressivement le dénouement de leur saison

A l'arrêt à cause de l'épidémie de coronavirus, les championnats se cherchent une issue. Les fédérations et ligues commencent à se prononcer. Tour d'horizon des clubs normands.

Le hockey sur glace a été le premier sport collectif à mettre un terme à ses championnats en France.
Le hockey sur glace a été le premier sport collectif à mettre un terme à ses championnats en France. © Radio France - Olivier Duc

Comment terminer des championnats brutalement stoppés par l'épidémie de coronavirus ? Les acteurs du sport se creusent les méninges. Les ligues et fédérations commencent à trancher. Les clubs normands vont peu à peu être fixés, même si le flou demeure, de paire avec de nombreuses inquiétudes.

Premier sport collectif à avoir tranché dans le vif, le 17 mars : le hockey sur glace avec l'annulation de toutes ses compétitions, dont la Ligue Magnus alors que Rouen était dans le dernier carré des play-off. La reconquête du titre de champion de France attendra.

Les Drakkards de Caen, en D1, s'arrêtent aussi en play-off.

Le handball suivi le mouvement mardi 24 mars avec la fin des championnats amateurs. Les classements seront conservés en N1 pour Caen, Vernon et Gonfreville chez les hommes, et Colombelles chez les dames. 

Tout en rappelant la priorité d'en finir avec le virus, Thomas Lamora, le président du Caen Handball, s'est épanché sur la fin de saison prématurée. _"On a 14 salariés, on a des obligations contractuelles, avec les joueurs, les partenaires, qui nous inquiètent énormément_. On travaille à la petite semaine. On ne sait même pas dans quel championnat on va évoluer la saison prochaine."

La réaction de Thomas Lamora, président du Caen HB, sur l'arrêt du championnat

La poule 1 de Nationale 1 est l'antichambre du handball professionnel. Les enjeux sportifs et administratifs se combinent et il faudra encore attendre les modalités décidées par les instances pour en savoir plus sur le sort des clubs. En attendant, Thomas Lamora est dans l'expectative :

Normalement, à ce moment là de la saison, on prépare la suivante. On démarche les partenaires, on commence à recruter. Mais là, on attend."

Chez les dames, Le Havre et Octeville-sur-mer attendent le verdict lundi 30 mars sur la D2 féminine.

Quant aux pros, ils patientent. Les compétitions sont suspendues jusqu'au 22 avril au moins. La JS Cherbourg, auteure d'une belle saison en Proligue, surveille l'évolution de la situation. Et ses joueurs, comme tous les sportifs, essaient tant bien que mal de tuer le temps.

En volley, la saison est terminée pour les filles d'Evreux, qui disputaient les play-off en Elite féminine. La fédération a acté l'arrêt de la saison dans les championnats amateurs. Le suspens perdure chez les pros.

De nombreux championnats amateurs s'arrêtent, les pros discutent pour continuer

Du côté du basket, la Fédération française de basket-ball vient d'annoncer ce dimanche 29 mars la fin de ses championnats, à l'exception de la Ligue féminine. Une décision sera rendue le 10 avril, avec l'espoir de terminer la saison.

Cette décision concerne de nombreux clubs normands. En Ligue 2 féminine, Mondeville s'arrête là. Tout comme les joueuses d'Ifs, Alençon, Le Havre et La Glacerie en Nationale 1. Il s'agit d'un gros coup dur pour les Manchoises qui survolaient leur championnat, et qui ne monteront pas. C'est fini également pour les basketteurs du Caen Basket Calvados et du STB Le Havre, en N1.

La Pro B, régie par la Ligue nationale de basket, est toujours suspendue. Rouen et Evreux patientent.

En rugby, c'en est fini des championnats amateurs. La Pro D2, où évolue le Rouen Normandie rugby, reste suspendue. Eric Leroy, le co-président du club, a fait le point :

Très honnêtement, il faut d'abord penser à sortir de cette crise sanitaire. Le reste est secondaire. Mais on se réunit avec les présidents des clubs de Top 14 et Pro D2. On réfléchit à des scénarios, notamment au sujet des montées et des descentes."

Aucune décision n'a été prise pour le moment. D'après le dirigeant, il pourrait y avoir du neuf dans les toutes prochaines semaines. "Peu importe l'issue, nous devons préparer la saison prochaine, donc il va falloir qu'on sache", ajoute Eric Leroy. Rouen, au moment de l'interruption, était avant dernier de Pro D2 et relégable. 

Le football se questionne sur fond de colossaux enjeux financiers

Quant au football, les championnats amateurs et professionnels sont en suspens. Des commissions ont vu le jour pour tenter de trouver des solutions alors que le temps ne joue pas en faveur des compétitions. 

Le report de l'Euro 2020 en 2021 doit donner plus de souplesse au calendrier mais les présidents de clubs de Ligue 1 estiment qu'une reprise du championnat est impossible avant mi-juin. Restera t-il assez de temps pour terminer la saison ? Pas certain. 

Les clubs pros, au modèle financier fragile, sont sevrés de recettes, et les diffuseurs pourraient revoir à la baisse leur dotation pour la saison en cours, d'autant plus si elle venait ne pas aller à son terme. Et si c'était le cas, que faire ? Arrêter les classements à la date de l'interruption ? Annuler la saison ? Les enjeux sont énormes et les acteurs loin d'être tous d'accord.

En Ligue 2, Le Havre était encore en course pour la montée en L1. Le SM Caen suit aussi l'affaire. 

A l'échelon inférieur, Avranches avait des vues sur une accession en L2 et Quevilly Rouen Métropole luttait pour son maintien. En N2, le FC Rouen rêvait de retrouver la N1. Sans parler de la poule régionale de N3, et des championnats régionaux. Les coupes de Normandie sont d'ores et déjà annulées. 

Enfin, les pilotes normands Pierre Gasly et Esteban Ocon restent aux stands... Les 8 premiers grand prix de la saison de Formule 1 ont été annulés ou reportés. Départ au mieux, le 14 juin au Canada.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu