Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Les jeunes espoirs du club de badminton du Val de Morteau privés d'entraînement depuis novembre

-
Par , France Bleu Besançon

Depuis novembre, les jeunes du club de badminton du Val de Morteau ne peuvent plus s'entraîner au gymnase. Trois mois et demi qu'ils n'ont pas touché une raquette et pourtant ils doivent préparer les championnats de France junior, en mai. La préfecture refuse de leur accorder une dérogation.

Michaël Césari entouré de quatre jeunes espoirs très prometteurs du club de badminton du Val de Morteau.
Michaël Césari entouré de quatre jeunes espoirs très prometteurs du club de badminton du Val de Morteau. © Radio France - Rachel Saadoddine

Au club de badminton du Val de Morteau (Doubs), huit jeunes sont particulièrement prometteurs. Avant le reconfinement de novembre, ils s'entraînaient quatre jours par semaine. Tous les week-end ils avaient des compétitions et préparaient les championnats de France junior qui auront lieu en mai. Seulement voilà, depuis trois mois et demi, ils n'ont pas touché une raquette, alors même que leurs compétiteurs d'autres départements sont autorisés à jouer. 

Une demande de dérogation rejetée par la préfecture du Doubs

C'est une véritable injustice pour Michaël Césari, membre actif du club du Val de Morteau et père de deux jeunes espoirs : Louka, 10 ans et Lana, 13 ans. "On a proposé un protocole très strict, avec mes enfants qui s'entraînent entre midi et deux, donc un frère et une soeur qui vivent ensemble et cinq autres jeunes, qui sont dans la même classe au collège et qui viendraient jouer à un autre moment", proposition rejetée par la préfecture, mi-décembre 2020. 

J'ai un ami qui a repris l'entraînement et moi je perds mon niveau"

"J'ai un ami à Bourges, il a repris l'entraînement et moi pendant ce temps-là je fais des pompes en visio et je perds mon niveau", déplore Tom, 14 ans. "Ca me fait du mal, je faisais 10 heures de badminton par semaine avant et maintenant zéro", s'attriste Louka, 10 ans. 

Le club de badminton du Val de Morteau a demandé de l'aide à la député du Doubs et vice-présidente de l'Assemblée nationale, Annie Genevard : "elle a écrit une lettre au préfet il y a neuf jours, on attend toujours une réponse", explique Michaël Césari. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess