Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Les meilleurs tennismen européens de 12 ans réunis à Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

Ils ont 12 ans, et ce sont les espoirs du tennis dans leurs pays respectifs. Ces jeunes tennismen disputent depuis le 7 août à Dijon la phase finale de la Coupe d'Europe U12. La compétition se déroule jusqu’à dimanche sur les courts de terre battue du lac Kir.

Grégory Vrel-Nagel et Karim Bennani en double contre l'Italie
Grégory Vrel-Nagel et Karim Bennani en double contre l'Italie © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Les meilleurs jeunes joueurs de tennis européens sont réunis à Dijon jusqu'à dimanche. Ils participent à la Coupe d'Europe U12 par équipes nationales. Elle met en lice les joueurs de 8 nations, France, Bulgarie, Finlande, Espagne, Italie, République Tchèque, Roumanie et Russie. Les trois joueurs français sont Grégory Vrel-Nagel, Karim Bennani et Yoshka Sborowsky. Ils sont licenciés respectivement au TC Bouscat, près de Bordeaux, au TC Bressuire dans les Deux-Sèvres, et Dardilly-Champagne près de Lyon. Les rencontres se déroulent en deux simples et un double.

Un âge où se distinguent les futurs champions

Les compétiteurs sont à un âge charnière, précise Jacky Terreau, le président de la Ligue de Bourgogne-Franche-Comté de tennis : « une grande partie de la technique est acquise à cet âge-là. Tous ceux qui sont devenus des champions étaient déjà détectés à 12 ans ». Roch Vidal est le capitaine de cette jeune équipe de France, et il estime qu’à cet âge, il est plus facile de déceler les valeurs sûres chez les filles que chez les garçons : « la phase de détection, sélection, repérage est plus avancée pour les filles que pour les garçons. La hiérarchie bouge beaucoup plus chez les garçons sur les années suivantes. C’est vraiment très important chez les filles d’être dans les temps. Chez les garçons on a plutôt un pool de joueurs, et d’ailleurs la sélection a été un peu plus compliquée à faire par rapport au nombre de joueurs éligibles, que chez les filles ».

Des rêves de classement ATP

Yoshka Sborowsky vient de la banlieue lyonnaise. Il est licencié au club de Dardilly-Champagne et pratique le tennis depuis l’âge de 4 ans. Sa référence c’est Roger Federer, et chez les Français il admire Gaël Monfils et Jo-Wilfried Tsonga. Il a perdu en deux sets face à un joueur italien, dont, bon perdant, il reconnaît les qualités : « j’aurais pu faire un meilleur match, mais on apprend toujours de ses défaites ». Un vrai commentaire d’après-match de pro. Du reste, Yoshka affiche ses ambitions : « depuis janvier, j’ai de bons résultats, je suis dans les meilleurs européens, et j’espère que ça va continuer. J’essaie d’apprendre à chaque entraînement, et mon objectif, c’est d’être numéro un mondial ».

En attendant de figurer au classement ATP, il faudra détrôner la République Tchèque, qui détient cette Coupe d’Europe U12 depuis trois ans. La compétition se poursuit, elle s’achèvera avec la finale dimanche.