Tous les sports

Les proches de Cécilia Berder se déplacent en force à Rio

Par Léo Rozé, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Orléans dimanche 7 août 2016 à 7:40

La sabreuse Cécilia Berder (à droite) espère décrocher une médaille à Rio.
La sabreuse Cécilia Berder (à droite) espère décrocher une médaille à Rio. © Maxppp - THIERRY BOUGOT

Ils seront 20, des amis et de la famille, à Rio pour supporter la sabreuse finistérienne. Plusieurs générations sont du voyage : de Marie-Claude, la grand-mère qui a 80 ans, à Manon, la petite dernière de la famille, 4 mois seulement.

Cécilia Berder commencera la compétition lundi 8 août en individuelle et elle pourra compter sur ses plus fidèles supporteurs. 20 proches, de la famille et des amis, de la vice-championne du monde en titre sont à Rio. Même la grand-mère, Marie-Claude, 80 ans, est de la partie. La plus jeune, Manon, a seulement 4 mois !

C'est quelque chose de formidable, j'en rêve ! Patricia, la maman de Cécilia

Eric, le papa de Cécilia Berder, Patricia, la maman, et Clément, le petit frère, seront du voyage à Rio pour soutenir leur championne. - Radio France
Eric, le papa de Cécilia Berder, Patricia, la maman, et Clément, le petit frère, seront du voyage à Rio pour soutenir leur championne. © Radio France - Léo Rozé

Clément, le petit frère de Cécilia, s'y voit déjà. "Tous les soirs je me fais mon petit scénario dans ma tête avant d'aller dormir. Je pense qu'à ça depuis un bon moment" confie -t-il. Les proches de la sabreuse sentent aussi la pression montée. "J'en rêve ! Les nuits sont un peu agitées depuis une semaine. Il y a beaucoup de pression, mais je me dis qu'il y a peut-être une médaille derrière ça", espère Patricia, la maman.

Un secret gardé près d'un an

La surprise a été gardée secrète pendant près d'un an ! Les proches de Cécilia ont acheté leurs billets d'avion en septembre 2015 mais ils ont attendu qu'elle soit assurée d'être sélectionnée à Rio pour lui annoncer, c'était début juin. Et son papa, Eric, espère qu'elle ne se mettra pas de pression supplémentaire. "Est-ce que notre présence sera néfaste ou bonifiante ? On lui a dit, on n'existe pas, fais ton match et tu nous oublis".

Partager sur :