Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Les sportifs girondins signent un manifeste pour défendre les moyens du sport

lundi 22 octobre 2018 à 18:08 Par Camille Huppenoire, France Bleu Gironde

Trente sportifs girondins, dont plusieurs médaillés olympiques, ont signé ce lundi, à Bordeaux, un manifeste pour défendre les moyens alloués au sport. Ils s'inquiètent des coupes budgétaires successives, qui impactent fortement le tissu associatif local.

De g. à d. : Mathieu Bisseni (basket), Karima Medjeded (judo paralympique), Patrick Hude (président CDOS), Michel Andrieux (aviron), Emilie Andéol (judo).
De g. à d. : Mathieu Bisseni (basket), Karima Medjeded (judo paralympique), Patrick Hude (président CDOS), Michel Andrieux (aviron), Emilie Andéol (judo). © Radio France - Camille Huppenoire

Bordeaux, France

Trente sportifs girondins ont signé ce lundi, à Bordeaux, un manifeste destiné au Premier ministre et à la ministre des Sports. Dans le sillage de la lettre ouverte adressée la semaine dernière à Emmanuel Macron par plus de 350 sportifs, les champions girondins dénoncent une baisse des budgets impactant de plus en plus le sport local et amateur.

Leur texte est un véritable signal de détresse, preuve de leur inquiétude pour le sport, "toujours la cible de coupes budgétaires et (...) variable d'ajustement des gouvernements successifs", affirme le manifeste. Tête de gondole de ce mouvement sportif girondin, Emilie Andéol, championne olympique de judo en 2016, née à Bordeaux, explique qu'il s'agit de "montrer que les provinces sont là, qu'il ne faut pas les oublier. On m'a proposé d'être porte-parole de ce message, j'ai dit oui direct !"

Si on ne le fait pas maintenant, demain on n'existe plus !

Les trente signataires sont issus de disciplines aussi diverses que le rugby, le basket, la lutte ou encore le waterpolo. Plusieurs sont retraités du sport de haut niveau et aujourd'hui à la tête de clubs amateurs, comme Philippe Bahuet, plusieurs fois champion de France de lutte. Il confie avoir du mal à faire vivre son club, en raison de subventions qui ont chuté, en deux ans, "d'environ 60 %. C'est énorme, c'est un manque à gagner pour continuer à faire quelque chose de cohérent." Pour lui, il devient urgent de "taper du poing sur la table. Si on ne le fait pas maintenant, demain on n'existe plus !"

A ses côtés, Michel Andrieux, champion olympique d'aviron en 2000, approuve. Il dirige l’Émulation Nautique de Bordeaux et a dû se résoudre à supprimer un poste rémunéré, sur les trois que comptait son club. Résultat, "on ne peut plus mener de projets, on ne fait presque que du fonctionnement.

Inquiétude pour les performances françaises aux JO de Paris 2024

Paris 2024 était sur toutes les lèvres lors de la signature du manifeste. Plusieurs sportifs ont souligné que les très hautes ambitions françaises (80 médailles, presque le double des JO de Rio 2016) ne pourraient se réaliser sans former la jeune génération. Or, cette formation passe par les infrastructures, locales et nationales, impactées par les baisses de budget. "Il faut que les élus de la nation comprennent que le sport, ce n'est pas que de la compétition" a asséné Patrick Hude, président du Comité Départemental Olympique et Sportif de Gironde.

La suppression de nombreux postes de cadres techniques inquiète particulièrement Emilie Andéol. "Il faut des structures, il faut des cadres" a-t-elle déclaré. A la lecture de la dernière phrase du manifeste, "la réussite sportive et citoyenne des Jeux olympiques et paralympiques, c’est maintenant et ensemble que nous devons la construire pour 2024 et au-delà", la championne hoche la tête et approuve.

Les 30 signataires du manifeste

Capucine AGARD (boxe française), Emilie ANDEOL, Cathy ARNAUD, Christine CICOT, Muriel IGLESIAS (judo), Michel ANDRIEUX, Isabelle LACCOURS-DANJOU (aviron), Virginie ARNOLD (tir à l'arc), Philippe BAHUET (lutte), Mathieu BISSENI (basket), Géraldine BONENFANT (hockey-sur-gazon), Jean-Marc BROSSARD (sport adapté, tennis), Corinne CARDASSAY (volley),  Stéphane DIAZ, Emmanuel ARNAUD (sport adapté, athlétisme), Cédric DUBORD (rugby fauteuil), Stéphanie FALZON (marteau), Louise GUILLET (waterpolo), Andrea LARDEZ (football), Karima MEDJEDED (judo paralympique), Romain MESNIL (perche), Clément MAYNADIER, Serge SIMON (rugby), Marciana MUKAMURENZI (athlétisme), Bruno RIOS (handball), Damien TOKATLIAN (escrime), Erick ZELENAI, Florian LUCK, Edith AUFFREY, Simon MAUGIN (sport adapté, handball).