Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Ligue Magnus - Boxers Bordeaux | Jonathan Janil : "Un projet ambitieux et différent"

mardi 11 août 2015 à 7:00 Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde

Après cinq années passées à Rouen, le défenseur international a posé ses valises à Bordeaux pour une nouvelle aventure. Ses premières impressions, son adaptation, le projet bordelais, son expérience du haut niveau et ses ambitions. Entretien.

Jonathan Janil en action avec les Bleus face à l'Allemagne lors du dernier championnat du monde.
Jonathan Janil en action avec les Bleus face à l'Allemagne lors du dernier championnat du monde. © MaxPPP

France Bleu Gironde : Ca se passe comment la première journée d’une recrue ?

Jonathan Janil  : On regarde, on écoute, on apprend à connaître les lieux et le staff. Pour ma part, j’ai la chance de connaître 60-70% de l’effectif, que ce soient les Bordelais ou d’autres joueurs côtoyés en club ou en équipe de France. Donc je n’arrive pas totalement dans l’inconnu. Après, je vais apprendre à connaître le staff, l’entraîneur, les dirigeants, le vestiaire, la patinoire. Ca ne peut que bien se passer.

Pourquoi avoir choisi le projet bordelais ?

C’est un projet ambitieux et différent. Je viens de Rouen, ce n’est pas la même position. Il y a un peu tout à construire et nos preuves à faire. Ca m’a donné envie d’évoluer dans ce groupe. L’ensemble du projet sportif, le cadre de vie et l’équipe qui s’est faite. Tout ça m’a donné envie de venir jouer à Bordeaux.

Jonathan Janil sous ses nouvelles couleurs et elles sont bordelaises... - Radio France
Jonathan Janil sous ses nouvelles couleurs et elles sont bordelaises... © Radio France

La ferveur du public de Mériadeck a-t-elle joué un rôle ?

J’y ai joué avec Caen mais ça remonte à six ans maintenant et c’est vrai que la patinoire était pleine. Je n’ai eu que des bons échos sur le public. Du coup, c’est devenu l’une des plus grandes patinoires de la Ligue Magnus. J’ai hâte de découvrir ça.

Bordeaux a fait parler de lui parce qu’il a tapé fort dès le début sur le marché du recrutement. Mais les autres équipes se sont bien alignées depuis. Donc pour Bordeaux, c'était un "minimum" pour viser les playoffs.

Le fossé est grand entre la D1 et la Ligue Magnus ?

La D1 a évolué depuis que j’y ai joué. A l’époque, j’étais jeune et le cap que j’ai dû passer en Ligue Magnus les deux premières années n’a pas été facile. C’est sûr qu’il y a un petit fossé. Après, la D1 a évolué et on a vu l’an dernier Bordeaux battre des clubs de Magnus et accrocher Angers. Je ne me fais pas souci. Ceux qui étaient en D1 la saison dernière sont de très bons joueurs et ils vont vite s’adapter. Il n’y a pas de raisons.

Jonathan Janil avec les Dragons de Rouen en finale de la coupe Continentale 2011 face à Salzbourg. - Maxppp
Jonathan Janil avec les Dragons de Rouen en finale de la coupe Continentale 2011 face à Salzbourg. © Maxppp

Au point d’y jouer un rôle ?

Bordeaux a fait parler de lui parce qu’il a tapé fort dès le début sur le marché du recrutement. Mais les autres équipes se sont bien alignées depuis. Des clubs comme Grenoble, Rouen, Gap ont fait des grosses équipes et ça va être dur d’aller les titiller. Derrière, les autres ont aussi de très beaux effectifs. Donc pour Bordeaux, c’était un minimum à faire pour viser les playoffs parce qu’on aimerait jouer les huit premières places. Ce serait une sécurité pour le maintien et en tant que sportif, on vise tous ça.

Un mot sur Bordeaux ?

Je suis arrivé depuis un mois, c’est une belle ville. Mais j’ai surtout hâte de découvrir la glace et de commencer l’entraînement parce que, deux mois sans toucher la glace, ça manquait. J’ai hâte d’évoluer dans cette patinoire.