Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Ligue Magnus - Boxers de Bordeaux : "On est passé des paroles aux actes" estime Thierry Parienty

lundi 27 mars 2017 à 16:24 Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde

Le président revient pour France Bleu Gironde sur la deuxième saison des Boxers en Ligue Magnus. Une saison qui a vu le club atteindre les demi-finales du championnat et confirmé la crédibilité du projet bordelais. Reste maintenant à grimper les dernières marches. Entretien.

Les Boxers ont montré qu'ils pouvaient aujourd'hui rivaliser.
Les Boxers ont montré qu'ils pouvaient aujourd'hui rivaliser. © Radio France - Justine Hamon

France Bleu : Votre regard sur la 2ème saison en Ligue Magnus de vos Boxers ?

Thierry Parienty : Un bilan plutôt positif parce que le club a progressé sportivement, économiquement et en termes de renommée. On a joué deux demi-finales, en coupe de France et en championnat. Effectivement, on aurait préféré une meilleure issue mais globalement l'évolution du club est là et nous laisse de belles perspectives pour l'avenir.

On a identifié ces manques d'un point de vue sportif. C'est à nous de construire l'équipe pour la saison prochaine. On va s'appuyer sur tout le groupe de cette année qui nous a donné satisfaction et essayer ensuite, par réglages, d'aller chercher des éléments qui puissent nous permettre de franchir ce palier là l'année prochaine.

Le regard du petit monde du hockey a-t-il changé à votre égard ?

Oui. Aujourd'hui on fait partie du Top 4 du hockey français. Maintenant il va falloir confirmer car la concurrence va être rude. On est passé des paroles aux actes même si l'an dernier il y avait eu un petit loupé, ou en tous cas des résultats qui n'étaient pas à la hauteur de ce que l'on souhaitait. Cette année, ce n'est pas le cas.

La demi-finale face à Gap a-t-elle illustré ce qui vous manquait encore ?

On a identifié ces manques d'un point de vue sportif. C'est à nous de construire l'équipe pour la saison prochaine. On va s'appuyer sur tout le groupe de cette année qui nous a donné satisfaction et essayer ensuite, par réglages, d'aller chercher des éléments qui puissent nous permettre de franchir ce palier là l'année prochaine. L'idée c'est d'apporter des retouches et peut-être d'introduire un peu de jeunes qui peuvent venir finir leur formation sur Bordeaux. On a vu que les deux jeunes, Victor Goy et Julien Guillaume, ont donné satisfaction. Amener cette fraîcheur peut permettre aussi d'avoir plus de profondeur.

Les Boxers de Bordeaux sont en vacances, pas leur président... - Radio France
Les Boxers de Bordeaux sont en vacances, pas leur président... © Radio France - Damien Gozioso

Thierry Parienty : "L'idée c'est d'apporter des retouches"

Le fait de voir l'ossature de l'équipe rester avec vous est une satisfaction ?

On a l'avantage d'avoir des atouts, Bordeaux et sa région sont attractives, la patinoire et le travail staff emmené par Philippe Bozon aussi. Ça fait partie des éléments qui jouent en notre faveur en termes de recrutement.

On aura une progression du budget mais pas à la hauteur des années précédentes où on l'augmentait de 400 à 500 000 euros. Elle sera moins significative. Je pense qu'on sera le troisième ou quatrième budget du hockey français.

Quel sera le budget des Boxers la saison prochaine ?

Le budget était de deux millions cette année. Le prochain n'est pas encore déterminé mais à partir du moment où on veut continuer à développer le club, on aura une progression du budget mais pas à la hauteur des années précédentes où on l'augmentait de 400 à 500 000 euros. Elle sera moins significative. Je pense qu'on sera le troisième ou quatrième budget du hockey français après Rouen et Grenoble même si les chiffres, on leur fait un peu dire ce qu'on veut.

Les Boxers ont attiré 2800 à 2900 personnes par match en moyenne cette saison. - Radio France
Les Boxers ont attiré 2800 à 2900 personnes par match en moyenne cette saison. © Radio France - Justine Hamon

Quel bilan vous tirez de l'affluence à Mériadeck avec cette nouvelle formule de Ligue Magnus ?

On est autour de 2800 à 2900 personnes par match. Ça a été un succès de voir le public répondre présent. On avait 650 abonnés. Le but c'est de continuer à fidéliser ce public et aussi celui qui vient moins régulièrement mais à qui on a peut-être donné envie de revenir. Avec notre situation géographique, les déplacements nous coûtent plus cher qu'à d'autres clubs. C'est parce qu'on a des recettes significatives à Bordeaux qu'on peut se permettre de voyager avec un peu plus de confort quand on se déplace. Quand on joue régulièrement, ces détails peuvent faire la différence sur la durée.

Toute cette semaine, les joueurs vont être reçus par le manageur et le coach. On n'a pas préparé tout ça parce qu'on espérait aller en finale mais d'ici quinze jours il y aura du mouvement.

Quel est le ressenti de l'entraîneur Philippe Bozon après sa première saison bordelaise ?

On n'a pas encore entièrement débriefé la saison mais, de ce que je sais, il est plutôt satisfait. Ce qui avait été évoqué avant sa venue a été globalement tenu. Il apprécie la ville, l'équipe, le club, du public au président. Il y a vraiment une colonne vertébrale qui fait qu'aujourd'hui ça fonctionne très bien. Il s'est engagé pour deux ans plus un an. Il est encore là la saison prochaine donc pas de soucis là-dessus.

Le Canadien Francis Charland a fait ses adieux au public de Mériadeck. - Radio France
Le Canadien Francis Charland a fait ses adieux au public de Mériadeck. © Radio France - Justine Hamon

Francis Charland a été le premier à annoncer son départ, d'autres vont suivre ?

Toute cette semaine, les joueurs vont être reçus par le manageur et le coach. On n'a pas préparé tout ça parce qu'on espérait aller en finale mais d'ici quinze jours il y aura du mouvement.

L'ouverture de l'Arena à Floirac va vous permettre de mieux profiter de Mériadeck à partir de janvier prochain ?

Mériadeck va être orienté "sports de glace" avec du hockey mais aussi des spectacles de danse. Ça va nous amener une bouffée d'oxygène sur la disponibilité et les occultations potentielles. C'est important pour nous. Sous dix-huit mois, il y aura même quelques aménagements pour amener du confort au public et même à l'équipe des Boxers pour qu'on puisse être un peu plus "chez nous" et donc plus efficaces.

A LIRE AUSSI :

►►►Les Boxers de Bordeaux n'ont rien pu faire face à Gap