Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gilles Sezionale : "L'équipe de France de natation est dans une attitude positive"

-
Par , France Bleu Azur

Jusqu'à dimanche, la piscine Jean Bouin accueille le meeting de natation de Nice. Première étape du Golden Tour Camille Muffat, en hommage à la nageuse niçoise disparue en 2015. Les meilleurs tricolores sont là (dont Stravius et Bonnet) sous le regard de Gilles Sezionale, le président de la FFN.

Gilles Sezionale, le président de la Fédération française de Natation, à Nice.
Gilles Sezionale, le président de la Fédération française de Natation, à Nice. © Maxppp - PHOTOPQR/NICE MATIN

Les meilleurs nageurs français, et une sélection d'étrangers, s'affrontent tout le week-end à la piscine Jean Bouin à l'occasion du meeting de Nice, première étape du Golden Tour Camille Muffat. Une compétition labellisée par la Fédération française de natation dirigée par le Niçois, Gilles Sezionale. France Bleu Azur l'a rencontré, au bord des bassins.

Ce meeting de Nice est un rendez-vous particulier pour vous ?

Il le sera toujours. J'ai créé les Golden Lanes (ancien nom du Golden Tour, ndlr) en 2013 à la Fédération et comme j'ai été président du comité Côte d'Azur puis PACA avant d'être élu à la tête de la FFN, je suis très heureux d'organiser cette compétition à Nice, dans ma ville. Et puis surtout c'est le meeting Camille Muffat. On essaye de faire vivre son souvenir avec tout ce qu'elle a pu apporter à la natation azuréenne et française.

C'était important, pour la Fédération, de baptiser ce Golden Tour "Camille Muffat" ?

C'était indispensable. On le souhaitait, avec l'accord de la famille de Camille, son papa Guy. Surtout ici, à Nice. Dans toute la ville elle est très présente, dans la piscine il y a son portrait. Toute la ville a vécu ses exploits. Ça reste un souvenir très émouvant.

Gilles Sezionale vous dirigez la Fédération française de natation depuis neuf mois. Quels ont été les changements apportés ?

On a modifié la gouvernance de la FFN. Le nombre de mandat de président est désormais limité à deux, avec un âge maximal fixé à 70 ans. Nous avons redonné le pouvoirs aux clubs qui votent directement, et non plus un collège de grands électeurs. Maintenant on travaille sur la restructuration sportive (lire plus loin).

" Le désastre annoncé n'a pas eu lieu "

L'équipe de France a eu des résultats dès le début de votre mandat...

Cela a très bien démarré. À Budapest (championnat du Monde en juillet dernier, ndlr), nous avons remporté deux médailles en course, six en eau libre et une médaille d'or pour le plongeon (la première de l'Histoire de la France à l'internationale). Pour le désastre qui avait été annoncé par certains, on s'en est bien sorti. On termine troisième nation.

L'embellie s'est poursuivie au championnat d'Europe en petit bassin en fin d'année...

Oui ! L'équipe de France féminine s'est transcendée à Copenhague (elles ont ramenés six médailles, ndlr). Chez les garçons, il y avait beaucoup d'absents mais Jérémy Stravius a remporté une médaille. Globalement, on reste sur du positif en terme de résultats, et ça vient démentir les pires pronostics.

Ici, à Nice, on a retenu la performance de Charlotte Bonnet, qui a remporté son premier titre européen.

"Chacha" je l'ai vu arriver à Nice, elle avait 16 ans. Entre temps on a fait construire, avec l'Olympique Nice Natation et le soutien de la ville et de Christian Estrosi, un bassin d'entraînement dans la plaine du Var. Fabrice Pellerin (entraîneur de Bonnet) a eu toutes les clés pour réussir avec ses athlètes. Aujourd'hui, Charlotte a remporté sa première couronne européenne(en décembre à Copenhague). C'est toujours une étape importante dans une carrière. On dit "Chacha" elle est là depuis "x" années mais elle n'a que 22 ans. Camille (Muffat) a aussi éclos très jeune. Quand elle avait 16 ans elle bat Laure Manaudou. Et puis il a fallu attendre ensuite. Les nageurs se construisent sur la durée en France. On n'est pas les Américains, les Australiens. Pour en revenir à Charlotte, elle a battu ses records. Elle dans une attitude positive.

" Objectif Paris 2024 "

Elle est là, la nouveauté chez les Bleus ?

Ce qui a changé en équipe de France, c'est l'ambiance. C'est primordial. Sur les derniers championnats, on a vu des athlètes qui s’encourageaient, les coaches étaient tous ensemble. Des images que l'on ne voyait plus chez les Bleus. Alors ils ne partiront peut-être pas tous ensemble en vacances, mais les gens se parlent. On est reparti sur une bonne dynamique autour de Richard Martinez, le directeur de la discipline. C'est le collectif qui transcende les athlètes et amène les résultats.

Justement, vous travaillez à la construction d'une équipe de France performante pour Tokyo 2020 ?

Nous voyons plus loin. On est carrément tourné vers Paris 2024. Tokyo bien évidemment on y travaille, mais nous avons comme objectif de préparer une génération pour les Jeux Olympiques en France. Cela met six ou sept ans à se construire. La restructuration sportive est en marche, avec le ministère et le projet de performance fédéral (PPF). Ses mesures auront des effets dans quelques années.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Marie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess