Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Mercato Formule 1 : une trêve brûlante autour d’Esteban Ocon

Pilote réserviste chez Mercedes, Esteban Ocon devrait voir son avenir s’éclaircir (ou s'assombrir) pendant la trêve estivale de la Formule 1 qui vient de débuter. Le natif d’Evreux est considéré comme le pivot du marché des transferts. Tour d’horizon des différentes options.

Une trêve estivale lourde d'enjeux pour Esteban Ocon, dans l'attente d'y voir clair sur son avenir en Formule 1
Une trêve estivale lourde d'enjeux pour Esteban Ocon, dans l'attente d'y voir clair sur son avenir en Formule 1 © Maxppp - Hoch ZWEI

Normandie, France

Mon téléphone va chauffer pendant la trêve !”. Par cette petite phrase au micro de Canal +, Esteban Ocon a bien résumé sa situation. Il se sait désiré par certaines écuries mais il n’a pas totalement la main pour choisir son avenir en Formule 1. Son “cas” a encore été dans bien des conversations ce week-end lors du Grand Prix de Hongrie et les grandes décisions devraient se prendre pendant ce mois d’août. Plusieurs options sont ouvertes, de la plus brillante... à la plus sombre !

Le rêve Mercedes ?

Passer de pilote réserviste à titulaire chez Mercedes serait évidemment le scénario idéal pour le pilote ébroïcien, tant l'écurie allemande survole la Formule 1 depuis 2014 et l’ère des moteurs V6 turbo hybride. Esteban Ocon aurait la voiture pour viser la victoire. Sa candidature est crédible. Il connaît la maison (il est soutenu par la marque depuis 2015) et il y effectue une studieuse saison 2019 en tant que réserviste. Son job comprend de très longue heures dans le simulateur pour permettre aux titulaires de préparer leurs Grands Prix et Toto Wolff, le Team Principal, loue la qualité de son travail de l’ombre

Charge maintenant au patron de prendre la décision finale : quel pilote en 2020 aux côtés de Lewis Hamilton ? Soit conserver Valtteri Bottas, qui n’a pas la carrure d’un champion du monde ; soit promouvoir le Normand, au bagage technique avéré mais sans expérience de la pression subie par un pilote d’un top-team. Le Boss a indiqué que ce week-end à Budapest qu’à ses yeux “les deux pilotes méritent le baquet”. Il semble face à un cas de conscience douloureux. Le verdict est imminent.. mais il ne sera pas forcément révélé publiquement. 

Esteban Ocon aux côtés de Toto Wolff (Team Principal) dans le stand  Mercedes depuis le début de la saison 2019 - Maxppp
Esteban Ocon aux côtés de Toto Wolff (Team Principal) dans le stand Mercedes depuis le début de la saison 2019 © Maxppp - Hoch ZWEI

Un indice ? Wolff a précisé que “ce sera une décision sur le long terme, qui ira au-delà de 2020”. Une phrase avec une double interprétation possible : d’une part elle accrédite la piste Ocon, plus jeune que le Finlandais, mais d’autre part elle pourrait signifier que Mercedes conserverait Bottas une année supplémentaire…. pour se garder une option Verstappen l’année suivante. Lorsque le tonitruant Néerlandais, star de la première moitié de saison 2019, ne sera plus sous contrat avec Red Bull. Suspense et prudence face au choix de la firme à l’Etoile….

L’intérêt de Renault

Esteban Ocon est arrivé dans le paddock Formule 1 sous les couleurs de Renault. C’était en 2016 en qualité de troisième pilote, prêté par Mercedes, avant d’aller finir la saison dans la petite écurie Manor. Les années ont passé mais l’intérêt de l’écurie française pour le jeune normand existe toujours. L’an dernier Ocon était quasiment assis dans la monoplace jaune lorsque Daniel Ricciardo a déboulé. Renault a alors (logiquement) changé ses plans quand l’Australien, sept victoires en Grands Prix et courtisé depuis longtemps, a donné finalement son feu vert pour rejoindre l’écurie française en 2019. Un an plus tard l’envie de la marque au Losange est toujours là. Mais Renault doit attendre la décision de Mercedes. En attendant l’équipe se garde bien de prolonger le contrat de Nico Hulkenberg, l’Allemand auteur de surcroît d’une énorme bourde qui a coûté un podium à Hockenheim. Histoire de garder une place libre….  .  

Troisième pilote Renault début 2016, Esteban Ocon pourrait-il y devenir titulaire quatre ans plus tard ?  - Radio France
Troisième pilote Renault début 2016, Esteban Ocon pourrait-il y devenir titulaire quatre ans plus tard ? © Radio France - Didier Charpin

Racing Point, Williams, Haas…..

(Loin) derrière les options Mercedes et Renault, Esteban Ocon pourrait tardivement atterrir dans trois autres écuries. En particulier Racing Point ou Williams, toutes deux motorisées par… Mercedes. Pour l’écurie canadienne, cela dépendra du choix de Sergio Perez. Si le Mexicain part, elle bénéficierait avec Ocon d’un pilote qu’elle connaît bien (deux saisons vécues ensemble sous l’appellation Force India) avec un bagage technique renforcé par son année de réserviste chez Mercedes. Chez Williams, dernière du plateau, ce même vécu d’Ocon pourrait lui permettre de rebondir…. avec éventuellement une ristourne sur la fourniture moteur. Enfin Haas, via Guenther Steiner (Team Principal), n’a pas caché son intérêt pour le Normand. L’écurie américaine va probablement tourner une page après les accrochages à répétition entre ses deux pilotes Grosjean et Magnussen. 

Esteban Ocon : deux saisons avec Force India (devenue Racing Point) avant d'y revenir en 2020 ? Pas son premier choix.... - Maxppp
Esteban Ocon : deux saisons avec Force India (devenue Racing Point) avant d'y revenir en 2020 ? Pas son premier choix.... © Maxppp - Hoch ZWEI

Le scénario noir ? 

En Formule 1 le jeu des chaises musicales peut toujours prendre une tournure inattendue. Esteban Ocon le sait pour l’avoir subi il y a un an, lorsqu’il a vécu, en spectateur impuissant, un été cauchemardesque. Le rachat de Force India lui a fait perdre sa place puis les portes Renault et McLaren se sont brutalement refermées. Il sait aussi que dans la discipline reine du sport auto il n’y a que vingt places et forcément beaucoup de concurrence, sur fond d’intérêts sportifs et financiers. Contrairement à d’autres pilotes il n’apporte pas d’argent familial (Stroll) ou de riches partenaires (Perez). Son atout c’est le soutien de Mercedes. Mais sans garantie absolue de se voir proposer un volant. 

Désormais Ocon va régulièrement décrocher son téléphone en sous-pesant les offres des écuries qui s’intéressent à lui. Mais il va surtout guetter l’appel de Mercedes, qui décidera de la suite, par effet domino