Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - Le retour du public à l'hippodrome de Meslay-du-Maine

-
Par , France Bleu Mayenne

Les hippodromes mayennais peuvent accueillir du public depuis le déconfinement du 19 mai, avec une jauge réduite à 35% de leur capacité. À Meslay-du-Maine (Mayenne), 800 personnes ont pu assister aux huit premières courses de la saison vendredi 21 mai.

Les huit courses ont rassemblé près de 130 partants.
Les huit courses ont rassemblé près de 130 partants. © Radio France - Maxime Glorieux

L'hippodrome la Bretonnière, à Meslay-du-Maine (Mayenne), a accueilli vendredi 21 mai ses premières courses de la saison. Huit courses de trot entre 16h30 et 21 heures se sont déroulées en public : 800 personnes, dont 500 professionnels ont pris place dans les gradins.

Au premier rang, "le petit frisson"

La toute première course de la saison a démarré à 16h30 avec 16 partants. Tout devant, à la barrière, leur feuille de pronostic à la main, Lalou et sa femme attendent, tous les deux fébriles, le début de la course. "D'habitude, on joue dans les cafés, on regarde à la télé mais c'est pas pareil ! Ça vous fait un petit frisson, quand vous les voyez à côté et que vous pariez sur un cheval !"  

Les jockeys n'ont pas arrêté les courses pendant les confinements mais elles étaient à huis clos.
Les jockeys n'ont pas arrêté les courses pendant les confinements mais elles étaient à huis clos. © Radio France - Maxime Glorieux

Dans les gradins, jumelles vissés sur les yeux, Jacques suit son cheval. "Il faut qu'il y ait du public aux courses sinon c'est triste, on ne demande que ça". Un peu plus loin, la chance du débutant sourit à Céline, une maman alsacienne, en vacances avec sa famille dans un camping mayennais. Elle a misé sur le bon cheval. "Ça fait du bien de sortir, revoir du monde et de reprendre la vie normale."  

Entrée gratuite pour faire revenir le public

David, lui, a fait la route depuis Saint-Brieuc pour voir concourir son cheval. "On est heureux de pouvoir faire le déplacement. On a le droit jusqu'à 21 heures donc on sera rentrés à l'heure à la maison. On connait l'entourage comme on est avec l’entraîneur, le jockey, on vit ça à 100% ! On caresse la bête, on peut la toucher !", lance-t-il, un large sourire derrière son masque.  

Près de 300 spectateurs et 500 professionnels étaient rassemblés sur la journée.
Près de 300 spectateurs et 500 professionnels étaient rassemblés sur la journée. © Radio France - Maxime Glorieux

L'hongre de David répond au nom de Fameux Destin : il espère que ça lui portera chance pour la deuxième des huit courses de la journée. Cette première journée avec du public était proposée en entrée libre. "On l'a fait en gratuit parce que les gens ils ont tellement été privés qu'il faut leur laisser l'envie de revenir aux courses", explique Jean-Baptiste Bossuet, le président de la Société des courses de la Bretonnière. 

Vous avez le public, c'est une autre ambiance qu'à la télévision

Le retour des spectateurs est une très bonne nouvelle pour le président. "C'est comme si vous organisiez un match de foot et qu'il n'y avait personne. On a fait des courses à huis clos : vous pouvez discuter avec personne, il n'y a que les professionnels, rien d'agréable. Les courses j'aime bien les regarder sur Equidia aussi mais là, vous avez le public, c'est une autre ambiance !" 

Ils étaient nombreux à être venus avec leurs jumelles pour pouvoir profiter de la course au maximum.
Ils étaient nombreux à être venus avec leurs jumelles pour pouvoir profiter de la course au maximum. © Radio France - Maxime Glorieux

Le président enchaînera les hippodromes dans les deux prochaines semaines et espère que le public sera au rendez-vous. "Les quinze prochains jours je vais regarder sur d'autres hippodromes comment ça se passe et après on va pouvoir savoir si les gens sont revenus normalement."

Masque obligatoire pour tous

L'hippodrome ne peut accueillir que 1.000 personnes en raison du contexte sanitaire. Un protocole strict a été mis en place avec le port du masque obligatoire pour le public mais les jockeys et drivers doivent, eux-aussi, porter un masque.

La jauge de 35% restera la même lors de la prochaine étape du déconfinement le 9 juin, elle pourrait passer de 1.000 à 5.000 personnes maximum seulement en cas de mise en place d'un contrôle via le pass sanitaire. 

La saison des courses hippiques continue. Les prochaines courses en Mayenne auront lieu à Laval vendredi 28 mai puis à Meslay-du-Maine le jeudi 3 juin. Ensuite, ce sera au tour de l'hippodrome de Craon d'ouvrir sa saison le jeudi 17 juin avec au programme six courses plates. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess