Tous les sports

Nordique des crêtes : le canicross à en perdre haleine

Par Jules de Kiss, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass samedi 30 janvier 2016 à 20:41

Une coureuse du canicross et son chien
Une coureuse du canicross et son chien - Jules de Kiss

Pour la deuxième année consécutive à la Nordique des crêtes, le canicross blanc s'est couru au Markstein. Une course de cinq kilomètres ou les compétiteurs courent derrière leur chien, à en perdre haleine.

Au beau milieu de 500 skieurs de fond, ils sont là, fiers, leurs bottes ou leurs baskets aux pieds. Jamais loin d'eux, on trouve leur chien. Il y en a de toutes races, des petits, des grands, des noirs, des blancs, tous ravis de courir dans la neige aux côtés de leur maitre pour cette deuxième édition du Canicross blanc.

Trouver le chien qui tire fort dans les montées mais ralenti dans les descentes

Une quarantaine de canicrosseurs a répondu à l'appel du vent glacial qui tourbillonne ce samedi sur les pistes du Markstein. Une course d'une vingtaine de minutes - pour les plus rapides - les attend, sur une piste enneigée. Le secret pour s'imposer, même si ce n'est pas pour cela que la plupart des compétiteurs s'alignent, ce n'est pas d'être endurant, mais plutôt d'être un bon maitre, de savoir diriger son chien. "Il faut trouver le chien qui va vous tirer fort dans les montées" explique Jacques Adam, président du Spiridion Club, acteur central du canicross Alsacien. "Mais aussi celui que vous pourrez faire ralentir dans les descentes, continue-t-il, il faut lui donner des ordres,_ sinon c'est la chute ! Ça ne 's'improvise pas d'être canicrosseur...", conclut-il.

Le Canicross blanc, la course suivie par Jules de Kiss

Si le chien veut s'arrêter, vous êtes obligé de vous arrêter

Les règles du canicross sont également très sérieuses, établies pour garantir le respect du chien explique Raphael, le juge arbitre de la course : "Votre chien doit toujours courir devant vous, au maximum au niveau de votre cuisse. Vous n'avez pas le droit de tirer le chien, vous n'avez pas le droit de le taper. S'il veut s'arrêter, vous êtes obligés de vous arrêter."

Après 25 minutes et 43 secondes d'efforts, c'est Christophe, coureur et traileur confirmé qui s'impose. "Une course très dure", lâche-t-il, haletant, juste après avoir franchit la ligne. Et cette victoire, il la doit d'après lui à Lidia, sa chienne Dalmatien dont la cage thoracique ne se soulève même pas, elle n'est pas essoufflée : "Sans elle, je serais loin derrière", dit le jeune homme.

Le canicross à ski : le skidjöring

Autre épreuve de sport canin samedi sur les pistes du Markstein : le skidjöring. Derrière votre chien vous ne courrez pas, vous patinez, sur vos skis nordiques. L'effort est intense et la maitrise de l'animal encore plus primordiale.

Skidjöring: "croiser les doigts pour que le chien ne flaire pas un chevreuil !"

Les mains prises par les bâtons, la longe du chien reliée à votre baudrier, vous n'avez aucune prise sur la cadence, seul vos ordres dirigent le chien. "Il faut tenir sur les skis, mais surtout que le chien obéisse bien", explique Jacques Adam. Et si le chien devient fou ? "Il faut skier, il faut bien suivre et y aller ! Et croisez les doigts en espérant qu'il ne parte pas sur une piste de chevreuil dans la foret, sinon c'est la chute assurée !", explique l'expert, sourire goguenard jusqu'aux oreilles.