Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports DOSSIER : Jeux olympiques d'hiver 2018 de PyeongChang

Objectif médaille pour la skieuse pyrénéenne Perrine Laffont à deux mois des JO en Corée du Sud

mercredi 29 novembre 2017 à 5:48 Par Vanessa Marguet, France Bleu Roussillon et France Bleu Occitanie

Perrine Laffont se sent bien. La spécialiste du ski de bosses se prépare pour les Jeux Olympiques d'hiver en Corée du Sud. La jeune Ariégeoise de 19 ans est l'une des grandes chances de médailles pour la France.

Perrine Laffont lors de sa victoire aux championnats du monde en ski de bosses, en parallèle, en mars 2017 en Espagne.
Perrine Laffont lors de sa victoire aux championnats du monde en ski de bosses, en parallèle, en mars 2017 en Espagne. - ®AgenceZoom

Toulouse, France

Les Jeux Olympiques d'hiver démarrent dans un peu plus de deux mois, le 9 février à Pyeongchang en Corée du Sud, et parmi les chances de médailles il y a Perrine Laffont, la jeune Ariégeoise de Niaux spécialiste du ski de bosses, la discipline dans laquelle Edgar Grospiron avait décroché l'or à Albertville en 1992.

Championne du monde

A 19 ans, la skieuse des Monts d'Olmes, membre de la Team Occitanie Sud de France, va vivre ces deuxièmes JO. Elle avait terminé 14ème à Sotchi en 2014 alors qu'elle n'avait que 15 ans, et cette fois, elle espère bien revenir avec une médaille autour du cou. Elle a montré qu'elle en était capable la saison passée en décrochant le titre de championne du monde en parallèle au mois de mars en Espagne, dans la Sierra Nevada. Elle a aussi décroché l'argent le même week-end sur l'épreuve single.

Il y a des figures à réaliser quand ont fait du ski de bosses.  - Aucun(e)
Il y a des figures à réaliser quand ont fait du ski de bosses. - ®AgenceZoom

Mais Perrine ne veut pas s'avancer pour l'instant sur la couleur de la médaille qu'elle vise à Pyeongchang. Elle attend de "voir comment ça se passe dans les premières étapes de la coupe du monde" et notamment le lancement le 9 décembre prochain à Ruka en Finlande pour se jauger par rapport aux autres concurrentes, notamment l'Australienne Britney Cox. Mais elle estime qu'elle a bien géré sa préparation, tant sur le plan physique que mental.

"Je me sens bien sur les skis et sur les sauts"

La jeune fille a même pris une préparatrice mentale pour l'aider à gérer la pression avant les compétitions. Elle estime que la gestion du stress sera essentielle aux JO, car "tout se joue en 30 secondes", le temps de descendre les 250 m de bosses et de réaliser deux figures sur les tremplins.

Finale des JO le 11 février

Perrine Laffont sait qu'elle peut compter sur sa famille pour la soutenir et son club de supporters en Ariège. D'ailleurs, elle retourne chez elle à Niaux, au sud de Tarascon chaque fois qu'elle le peut, mais les occasions se font de plus en plus rares. Perrine passe beaucoup de temps en stage dans les Alpes. C'est aussi en Haute-Savoie qu'elle fait ses études pendant la période estivale dans un IUT de commerce dédié aux "sportifs d'hiver". Et elle va faire encore moins d'allers-retours maintenant que la saison démarre, avec des courses presque tous les week-end à travers le monde et surtout avec les JO en Corée du Sud à partir du 9 février. La finale du ski de bosses féminin est programmée le dimanche 11 février à 11h30 heure française.

Perrine Laffont, une chance de médaille. Reportage Vanessa Marguet

Concernant enfin la situation tendue avec la Corée du Nord, la jeune Ariégeoise explique qu'elle ne s'en soucie pas outre-mesure. "C'était déjà tendu à Sotchi et finalement ça s'est bien passé" explique-t-elle.