Tous les sports

Open de Tennis de Caen - "On réfléchit peut-être à une filière féminine"

Par Olivier Duc, Thomas Pontillon et Julien Crué, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) vendredi 16 décembre 2016 à 11:30

Denis Agostini est le nouveau directeur de l'Open de Tennis de Caen
Denis Agostini est le nouveau directeur de l'Open de Tennis de Caen © Radio France

Denis Agostini a pris ses fonctions de nouveau directeur de l'Open de Tennis de Caen mercredi soir au terme de la finale de la 10e édition remportée par Jo Wilfried Tsonga. Il succède à Pascal Vesques et devient le 3e directeur de l'épreuve normande. Il était l'invité de France Bleu jeudi midi.

Denis Agostini, j'imagine que quand vous étiez cette semaine autour de l'Open de Tennis de Caen vous avez scruté l'organisation de près puisque l'an prochain c'est vous qui prendrez les rênes?

Oui. C'est vrai que j'étais déjà dans l'organisation en tant que médecin pour les joueurs.Avec l'ancien directeur, Pascal Vesques, je l'ai suivi, on a regardé un petit peu les différents partenaires, prendre contact justement avec ces personnes qui adorent le tennis et nous permettent d'avoir cet événement chaque année.

Vous avez une petite pression?

Une pression... disons qu'elle a été réfléchie. La pression, c'était un petit peu avant. Maintenant, ce qui est intéressant pour le prochain Open c'est d'innover, de trouver d'autres solutions.

C'est une manifestation qui va très bien. En dix ans, elle s'est vraiment imposée. C'est impressionnant. Quel regard portez-vous?

C'est vrai. quand on a démarré en 2007 avec Aristide Olivier (le Ier directeur) et Michel De Longcamp qui étaient les créateurs de l’événement au TC Caen, on a fait ça à l'intérieur du club. Quelques années après (2011), on a pu venir au Zénith. On a dit "c'est n'importe quoi, c'est fou cette idée" et clairement on a réussi le pari. Après, Pascal Vesques a été le bâtisseur et puis automatiquement il y a une filiation, par amitié, je me suis dit que c'est un événement tellement important pour la région qu'il fallait prendre les rênes maintenant.

"Ce qui est intéressant pour le prochain Open c'est d'innover, de trouver d'autres solutions"

L'open de Tennis de Caen, C'est 5000 spectateurs chaque soir au moins sur les deux derniers jours. Cette année, vous aviez trois joueurs du Top 20 mondial. Comment pouvez-vous faire mieux?

C'est vrai que là c'est exceptionnel. On a en plus des joueurs qui sont des vrais pros sur et à l'extérieur des courts. La filière française avec Tsonga et Gasquet, c'est exceptionnel. La filière espagnole avec Roberto Bautista Agut, il y a eu Robredo... donc on a vraiment des joueurs de qualités. Maintenant il va falloir effectivement trouver le plus. On va y réfléchir. On a quelques pistes. De toutes les façons, au mois de Décembre, c'est essentiellement des filières européennes donc des gens qui sont proches de la France. C'est l'Espagne, ça peut être l'Allemagne, la Suisse, la Belgique puisqu'on avait eu David Goffin. Et puis on réfléchit peut-être à une filière féminine. C'est une des réflexions.

"On a quelques pistes (Espagne, Allemagne, Suisse, Belgique..) et puis on réfléchit peut-être à une filière féminine"

Pourrait-il y avoir plus de matchs?

Plus de matchs, non parce qu'après en terme de calendrier, d'organisation et puis il faut avoir aussi le public. Et puis même, nous, nous sommes quand même tous des bénévoles. On ne peut pas démarrer les matchs à onze heures du matin. On a un métier donc ça va être difficile. il faut encore une fois réorganiser, repenser, retravailler le planning mais ça va être difficile de faire plus.

"Plus de match? Non

Ça restera sur quatre jours?

Oui je pense que là aussi pour les professionnels, c'est important. Ils savent quand ils arrivent, ils savent quand ils doivent repartir donc on ne peut pas faire sur une semaine ne serait-ce que pour encore une fois les bénévoles. C'est déjà un gros boulot.

Ça veut dire que vous envisagez des joueurs encore de plus haut niveau plutôt que d'organiser des doubles par exemple?

Oui, les doubles, c'est une autre piste. On a effectivement des doubles messieurs qui sont extraordinaires mais là ça ne peut pas être un tournoi en tant que tel. Ça peut être des matchs entre guillemet pas d'exhibition non plus mais c'est une autre piste.

"Le Double est une autre piste (..) mais ça ne peut pas être un tournoi en tant que tel"

Vous allez contacter les joueurs d'ici septembre. Votre plateau de rêve, ce serait quoi?

Je dirai que c'est même en amont et après on a des réponses qui sont positives ou négatives à partir du mois de septembre et parfois même un peu plus tardivement pour des raisons diverses. Ça peut être la Coupe Davis par exemple ou une blessure. Là on a eu un étranger, l'idée c'est peut-être d'en avoir deux voire.... Ce qui est important c'est une composition et une compétition entre des joueurs français et joueurs étrangers, ça c'est fondamental.

"On a eu un étranger. L'idée c'est d'en avoir deux"

Tout à l'heure vous parliez de la filière suisse. On pense Fédérer, Wawrinka...

C'est un rêve pour tous les organisateurs amateurs. Pour l'instant, on peut être dans le rêve ce qui fait que ça nous fait une motivation supplémentaire.