Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus - Les organisateurs de l'Open de tennis de Caen doivent décider s'il faut le maintenir

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Denis Agostini est directeur de l'Open de Tennis de Caen depuis quatre ans. Il se donne quinze jours à trois semaines pour décider du maintien ou non du tournoi programmé du 13 au 16 décembre prochain au Zénith de Caen en raison de la pandémie du coronavirus.

Le directeur de l'Open de Tennis de Caen Denis Agostini se donne quinze jours à trois semaines pour trancher sur le maintien ou non de l'événement
Le directeur de l'Open de Tennis de Caen Denis Agostini se donne quinze jours à trois semaines pour trancher sur le maintien ou non de l'événement © Radio France - Olivier Duc

France Bleu : Denis Agostini, les organisateurs de l'Open de Tennis de Caen se posent aujourd'hui clairement la question du maintien ou non du Tournoi.

Denis Agostini : Absolument. Du fait d'une deuxième vague qui arrive. Il faut effectivement être sûr que l'événement puisse être valable et correct au mois de décembre avec des aménagements énormes sur le plan sanitaire. On prendra effectivement une décision dans les quinze jours - trois semaines pour savoir si l'on va maintenir cet événement.

FB : Quelles sont les difficultés que vous rencontrez?

D.A : C'est un événement dans un lieu clos, le Zénith. On ne sait pas si la jauge des 5.000 personnes en tant que spectateurs sera encore autorisée. L'élément important concerne également les joueurs. On a vu sur l'US Open que les conditions étaient très strictes pour les passages. Or dans le Zénith, nous sommes un petit peu cloîtré. C'est donc tout un système d'entrée, de sortie, de distanciation qu'il va falloir respecter et c'est très problématique aujourd'hui au Zénith. Et puis, encore une fois, en fonction des données de l'Agence Régionale de Santé  ou du préfet, des événements comme l'Open de Tennis de Caen sont faisables mais le seront-ils ou non dans un mois ou deux ? On suit au jour le jour cette pandémie qui revient progressivement. C'est moins le cas sur la Normandie mais sait-on jamais.

On ne sait pas si la jauge des 5.000 personnes en tant que spectateurs sera encore autorisée. L'élément important concerne également les joueurs

FB : Vous êtes d'autant plus sensible à cette question que vous êtes cardiologue au CHU de Caen.

D.A : C'est effectivement la casquette du médecin qui fait que l'on fera cet événement si et seulement si toutes les conditions sanitaires sont identifiées à la fois pour les joueurs, les spectateurs, tout le staff du Tennis Club de Caen et des bénévoles. Tout cela doit être bien pesé pour que l'on puisse donner soit un oui soit un non.

C'est tout un système d'entrée, de sortie, de distanciation qu'il va falloir respecter et c'est très problématique aujourd'hui au Zénith

FB : L'Open de tennis de Caen est une grosse machinerie à lancer. Cela ne se fait pas du jour au lendemain. Cela fait un an que vous travailler sur l'événement mais aujourd'hui de nombreuses choses sont en suspens?

D.A : On a démarré dès le mois de janvier. Après il y a eu une coupure liée au coronavirus et nous avons redémarré à la sortie du confinement. C'est contacter les gens, c'est convaincre les partenaires de rester sur l'événement donc oui c'est un gros travail.

Ce qui a été fait en 2019 ne pourra pas se faire en 2020 de façon identique. Ça, c'est clair. Que ce soit pour les animations pour les jeunes, pour la mise en place des cocktails avec nos partenaires. Cela veut dire des budgets supplémentaires. Et de la même façon, pour les joueurs c'est d'être absolument certains qu'ils ne soient pas angoissés. 

Tous ces éléments, quand on les associent, font qu'il ne faut pas que ce soit un Open risqué. Il faut que ce soit un Open bien pensé. C'est pour cela que l'on y réfléchit pour être certain de donner la bonne décision dans les deux ou trois prochaines semaines.

Nous sommes obligés de réfléchir à tous ses facteurs pour prendre une décision dans les prochains jour sur l'Open de Caen.

FB : Vous ne ferez pas cet Open de Tennis de Caen à tout prix dans le sens ou il y'a un budget, il y a l'image du tournoi et il y a la santé publique ?

D.A : Je dirai que c'est le dernier mot qui prime. C'est la santé de tout à chacun. Il est clair que s'il y a le moindre risque ou si nous ne sommes pas capable de faire l'événement dans les bonnes conditions sanitaires, on ne le fera pas. 

FB : Et vous devez aussi vous assurer qu'il y aura un plateau suffisant de joueurs et une jauge de spectateurs suffisante pour assurer la viabilité financière de l'événement?

D.A : Absolument. C'est un élément important pour la billetterie (14.000 à 15.000 spectateurs sur quatre jours), pour le spectacle. Nous sommes obligés de réfléchir à tous ses facteurs pour prendre une décision dans les prochains jour sur l'Open de Caen.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess