Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Pass sport, fête de l'olympisme : l'adjoint aux sports de Bordeaux détaille les mesures de soutien aux clubs

-
Par , France Bleu Gironde

Les associations sportives tournent encore à régime très réduit à cause de la fermeture des gymnases en raison de la crise sanitaire. "La santé de nos clubs m'inquiète", confie Mathieu Hazouard, adjoint aux sports de la ville de Bordeaux. Plusieurs mesures de soutien vont être mises en place.

Mathieu Hazouard, adjoint aux sports à la mairie de Bordeaux, était l'invité de France Bleu Gironde ce lundi.
Mathieu Hazouard, adjoint aux sports à la mairie de Bordeaux, était l'invité de France Bleu Gironde ce lundi. - Capture d'écran France 3

"Il faut que les licenciés puissent retrouver le chemin de leurs clubs, et qu'ils y pérennisent leur activité physique", demande Mathieu Hazouard, adjoint chargé des sports à la ville de Bordeaux, invité de France Bleu Gironde lundi 1er mars. Depuis plusieurs mois, les gymnases sont fermés à cause de la crise sanitaire. "Ce qui m'inquiète, c'est la santé de ces clubs", explique-t-il. Une enquête du comité régional olympique indique qu'en décembre 2020, il y avait 300 000 licenciés de moins en Nouvelle-Aquitaine qu'en décembre 2019. "C'est un nombre assez incroyable", déplore l'adjoint. "En plus, il y a une hétérogénéité entre les différentes disciplines, il faut accompagner ces clubs en prenant des mesures", indique-t-il. 

"On va déjà à nouveau voter un fonds covid de 2 millions d'euros pour toutes les associations de la ville de Bordeaux. Les acteurs sportifs seront évidemment concernés", développe Mathieu Hazouard. "Le maire Pierre Hurmic a aussi annoncé la mise en place d'un pass sport. La ville va accompagner des jeunes en difficulté financière pour qu'ils puissent prendre ou reprendre une licence dans des clubs. Cela va aussi nous permettre d'accompagner ces clubs", continue l'adjoint aux sports. "Nous espérons juste qu'avant l'été, nous pourrons retourner dans l'espace public, dans les gymnases et les terrains de sport". Il explique également que l'équipe municipale réfléchit à une fête à la fin du mois de juin, en lien avec le comité régional olympique et sportif, "pour que Bordeaux respire le sport".

La vente du Matmut Atlantique "toujours d'actualité"

L'adjoint chargé des sports à la ville de Bordeaux ne veut pas non plus laisser les clubs professionnels sur la touche. "Les Girondins, l'UBB, les Boxers, mais aussi le Bordeaux Mérignac Volley, les Girondins Hand ou les JSA Bordeaux Métropole Basket sont aussi au centre de notre attention", explique Mathieu Hazouard. "Ces clubs sont dans une situation compliquée et demandent un accompagnement des pouvoirs publics. Il faut aussi travailler à de nouveaux modèles économiques, notamment dans le monde du football professionnel", développe-t-il. "Tous ces clubs sont aussi l'image et la vitrine de Bordeaux. Le sport professionnel doit trouver sa place et nous souhaitons le conforter."

Mathieu Hazouard est aussi revenu sur l'organisation de la coupe du monde de rugby en 2023. Cinq matchs se dérouleront au stade Matmut Atlantique de Bordeaux, dont une rencontre Galles-Fidji. "Ce sera une fête assurée", se réjouit l'adjoint. "L'organisateur, le GIP #France2023, va s'implanter dans chaque ville-hôte, avec des démarches autour des circuits courts et de l'emploi. C'est un beau récit à écrire, ça va peut-être aussi nous permettre de nous entraîner dans une nouvelle dynamique positive", explique-t-il, tout en précisant que la vente du Matmut Atlantique est "toujours d'actualité". "Mais déjà, il faut qu'il y ait un acheteur, et puis il faut s'entendre avec tous les acteurs pour déterminer les conditions de cession. Il ne faut pas que cette vente se fasse au détriment de l'argent public."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess