Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Pelote : la revanche de 2017 en finale du 25e Super Prestige

dimanche 23 décembre 2018 à 18:59 Par Thibault Vincent, France Bleu Pays Basque

Comme l’an passé, Battitt Ducassou retrouvera Mathieu Ospital en finale du Super Prestige dimanche 30 décembre (16h) au trinquet Garat de Saint-Jean-Pied-de-Port. Si le tenant du titre a expédié sa demie ce dimanche 23 face à Peio Guichandut, Ospital a sorti le grand jeu pour battre Peio Larralde.

Dans un trinquet Garat plein Battitt Ducassou (en blanc) a battu Peio Guichandut pour rejoindre Mathieu Ospital en finale du Super Prestige 2018
Dans un trinquet Garat plein Battitt Ducassou (en blanc) a battu Peio Guichandut pour rejoindre Mathieu Ospital en finale du Super Prestige 2018 © Radio France - Thibault Vincent

Saint-Jean-Pied-de-Port, France

C’était jour de fêtes ce dimanche 23 décembre au trinquet Garat, plein jusque dans les placards, public debout au balcon sur les balustrades en bois. Les affiches des demi-finales du 25e Super Prestige, revanches de l'an passé, étaient aussi alléchantes qu’un repas de réveillon. 

Somptueuse demie entre Ospital et Larralde

Mais il ne pouvait y avoir de cadeaux – un ticket pour la finale – pour tout le monde. Le Père Noël a récompensé les plus appliqués au rendez-vous. Comme l’an passé, c'est Matthieu Ospital et Battitt Ducassou, les deux protégés de Pampi Laduche, qui se retrouveront dimanche 30 décembre (lever de rideau à 16h) pour le sacre convoité.

Dans la première demi-finale, somptueuse, Mathieu Ospital et Peio Larralde se sont livré un duel acharné, offrant échanges soutenus et points grandioses. Au sommet de sa forme, plus rapidement en jambes, l’enfant d’Urepel a rapidement pris les devants, menant 11-2 et enchaînant les coups gagnants. 

Mathieu Ospital régale le public garaztar

Le champion de France 2018 est revenu petit à petit faisant payer à Mathieu Ospital ses rares erreurs pour recoller à mi-partie (19-17). Mais le chouchou du public garaztar, comme un poisson sur la cancha du Garat, ne s’est pas laissé impressionné, continuant son travail de rouleau compresseur et reprenant le large (30-21). 

Si l’Haspendar a sans doute remporté le plus beau point (31-24), c’était aussi le dernier. Émoussé, Peio Larralde, double vainqueur de l’épreuve (2015, 2016) ne pouvait que constater la supériorité de son adversaire (40-24).

"Un jour il me battra, peut-être dimanche ?"

Mathieu Ospital, impressionnant, va maintenant devoir franchir un pallier supplémentaire après 3 finales consécutives en tête à tête (Super Prestige et Championnat de France) toutes perdues. Sur son chemin dimanche, il retrouvera le tenant du titre.

Battitt Ducassou l’avait difficilement battu l’an passé (40-34), mais l’étoile montante de la pelote à main nue ne l’a jamais battu, « même pas à l’entrainement », glisse Ospital. « C’est un menteur, rigole le numéro 1 de la saison écoulée, il m’a déjà battu à l’entraînement et un jour il me battra en partie officielle. »

Ducassou expéditif

Le champion du monde individuel, d’une efficacité redoutable au but, n’a laissé aucune chance à Peio Guichandut dans la seconde demi-finale. Souvenir encore chaud de son quart de finale compliqué contre Antton Monce, le pilotari d’Itxassou a cette fois pris les devants d'entrée (7-0) et étouffé son adversaire, trop rapidement dépassé (25-4). 

Entré en action trop tardivement pour refaire un retard irrémédiable face à un joueur de ce calibre, le champion de France par équipes n’a pu que faire durer un peu le plaisir. Une partie malgré tout trop rapidement expédiée (40-16), laissant forcément les convives sur leur faim.