Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Pierre Ragues (encore) mal payé pour ses efforts aux 4 Heures de Monza

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Déception pour Pierre Ragues ce dimanche à Monza, pour la deuxième course du championnat d'Europe d'Endurance. Le Caennais a livré un remarquable début de course (7 places gagnées) mais il a vu ensuite son équipage reculer dans la hiérarchie pour finir sixième.

Sixième place pour Pierre Ragues ce dimanche à Monza, un mois après le podium décroché au Castellet
Sixième place pour Pierre Ragues ce dimanche à Monza, un mois après le podium décroché au Castellet

Normandie, France

Pas de nouveau podium pour Pierre Ragues et ses coéquipiers de l'écurie Duqueine Engineering. L'équipage se contente de la 6e place ce dimanche lors des 4 Heures de Monza, lors d'une course saccadée par de multiples neutralisations où la stratégie a primé sur la vitesse pure. Dommage pour le Caennais qui avait réussi un remarquable premier relais !

Le film de la course

Comme au Castellet lors de la première course de la saison, le team Duqueine Engineering est loin sur la grille : en 8e position après une sortie de piste de Nicolas Jamin, l’un des trois pilotes, en fin de qualifications. Objectif manqué par rapport aux ambitions d'avant-course mais rapidement corrigé. Pierre Ragues réussi en effet une nouvelle remontée dans le peloton dès le coup d'envoi de ces 4 Heures de Monza. Le Caennais gagne notamment trois positions dès le départ en se faufilant à l’intérieur de la première chicane.

Le Caennais va poursuivre son effort, avec une nouvelle position gagnée dès le deuxième tour, puis un beau dépassement sur l’équipage G-Drive (champion du monde en titre) dans la Parabolique. Classé troisième au moment de son premier ravitaillement, il va poursuivre sa remontée dans le run suivant, en revenant dans le sillage du leader : le Graff Racing… mais sans parvenir à lui chiper la première place. 

Durant cette bataille les deux voitures de têtes ne vont pas s’arrêter aux stands malgré une neutralisation de course. Elles se retrouvent donc en stratégie décalée. Ragues cède donc le volant à Nicolas Jamin en ayant gagné sept positions. L’autre Normand du team se retrouve toutefois dans le peloton du fait de son tableau de marche décalé par rapport à l’immense partie des adversaires. Le début de relais de Jamin est perturbé par un tête-à-queue provoqué par une touchette avec un autre concurrent.

Après trois heures de course, l’Oreca #30 est classée cinquième, à 11 secondes du Graff Racing son principal adversaire direct en terme de stratégie. Cette dernière heure sera marquée par de nouvelles neutralisations et dans cette épreuve au rythme cassé, le team Duqueine Enginnering va payer cher sa stratégie décalée. L'écurie française termine sixième à un tour du vainqueur : le G-Drive Racing, pourtant doublé par Pierre Ragues en début de course. Difficile de ne pas penser qu'il y avait la possibilité de signer à minima un nouveau podium.