Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pourquoi il n'y aura aucun athlète de Haute-Vienne et de Corrèze aux JO de Tokyo 2021 ?

-
Par , France Bleu Limousin

Les Jeux Olympiques démarrent officiellement ce vendredi, avec la cérémonie d'ouverture. Les compétitions vont vite démarrer, mais il n'y aura aucun athlète de Haute-Vienne ou de Corrèze en lice. La faute à des aspects sportifs, mais pas que...Explications.

Les raisons sont diverses : il y a un aspect sportif mais pas que...
Les raisons sont diverses : il y a un aspect sportif mais pas que... © Maxppp - Norbert FALCO

La grande fête de l'olympisme va enfin avoir lieu. Du 24 juillet au 8 août, les plus grands athlètes du monde entier vont s'affronter pour obtenir de précieuses médailles d'or. Mais parmi ceux qui sont déjà partis à Tokyo, au Japon, il n'y a aucun athlète licencié dans un club de Haute-Vienne ou de Corrèze. 

Des choix liés aux performances sportives

Bien entendu, s'il n'y a pas de limougeaud ou de corrézien à Tokyo, cela est lié à des résultats sportifs. En témoigne la déception de la championne limougeaude de triple-saut Jeanine Assani-Issouf, qui a tout tenté fin juin pour obtenir le fameux minima pour se qualifier, sans succès. Idem pour la judoka Fanny-Estelle Posvite, qui, malgré de belles performances dans sa catégorie des moins de 78 kg, n'a pas été retenue pour disputer cette grande compétition. Elle est distancée par Madeleine Malonga, une des grandes chances de médailles d'or du judo français. 

Un manque de grandes structures

Mais, il y a d'autres clés d'explications. La première est le manque de grandes structures. "Historiquement, on a plutôt des petites associations, même si le maillage territorial est remarquable" explique François Marcelaud, le président du Comité Départemental Olympique et Sportif. Il pointe l'exemple de Limoges Athlé (rassemblement de l'ASPTT et du CAPO) mais aussi du Limoges Hand. Pour lui, ces deux exemples sont symboliques : ils montrent que les clubs peuvent arriver à être au haut niveau. 

Mais à quel prix ? C'est évidemment le troisième niveau d'explication de ce manque d'athlètes sportifs capables d'aller aux Jeux Olympiques, dont la préparation et l'exigence sont les maîtres mots. L'argent manque, les partenaires privés comme publics peuvent ne pas être suffisants pour élever son niveau et recruter des entraîneurs de haut-niveau ou rénover des infrastructures. 

Les talents manquent-ils aussi ? François Marcelaud ne le pense pas. Il espère désormais, avec dans le viseur Paris 2024, que les athlètes du Limousin puissent se refaire une cerise et bien se préparer pour les prochaines olympiades. 

A noter qu'une compétitrice française, née à Limoges, sera à Tokyo. Carole Cormenier, licenciée au club de tir de Confolens, en Charente Limousine, sera engagée dans la catégorie Fosse Olympique en tir. Son entrée en lice aura lieu le 28 juillet. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess