Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Pro France Hossegor : ce qu'il faut savoir sur LE rendez-vous surf

mardi 2 octobre 2018 à 21:59 Par Paul Ferrier, France Bleu Gascogne et France Bleu Pays Basque

C'est parti pour une semaine et demi de compétition à Hossegor. A partir de ce mercredi matin débute le Quicksilver Pro France, l'étape française du championnat du monde de surf. C'est jusqu'au 14 octobre. Les meilleurs surfeurs et surfeuses de la planète s'y donnent rendez-vous.

La plage naturiste d'Hossegor, le calme avant la tempête.
La plage naturiste d'Hossegor, le calme avant la tempête. © Radio France - PF

Hossegor, France

De ce mercredi 3 octobre jusqu'au dimanche 14 octobre, les meilleurs surfeurs et surfeuses de la planète ont rendez-vous avec les vagues landaises d'Hossegor. C'est l'étape française du championnat du monde de surf, organisé par la WSL. Une édition historique : cette année sept français, sont sur la ligne de départ. Trois filles (Johanne Defay, Pauline Ado et Vahine Fierro) et quatre garçon (Michel Bourez, Jérémy Florès, Joan Duru et Jorgann Couzinet). 

Du monde si la météo est de la partie

Selon le temps annoncé, la qualité des vagues, si par exemple les finales tombent le week-end comme l'an passé, Hossegor peut accueillir jusqu'à 150 000 personnes sur la durée de la compétition. Mais c'est  très aléatoire. Cette année, le site principale est situé sur la plage naturiste, dites des culs nus, avec un imposant barnum installé : des contrôle de sécurité, de la vidéo surveillance et, comme chaque année, c'est la côte sauvage, il n'y a donc pas vraiment de parking.  Il faut par exemple se garer dans les rues résidentielles du tour du lac et surtout "faire attention à la nature", prévient la police municipale. Pensez à consulter le site de la WSL pour savoir, jour par jour, sur quelle plage, en fonction des conditions de vague, vont se tenir les compétitions. 

Les résidents landais à suivre

Chez les garçons, le réunionnais Jérémy Florès peut encore, en cas de performance, rêver de terminer dans le top 10. Il est actuellement 13e. Mais ce dont rêve le réunionnais qui vit une partie de l'année dans les Landes, c'est de gagner ici, en France. Bien connaître le spot ? "Il faut que ce soit un avantage mais Hossegor c'est très capricieux, ça change beaucoup", tempère Jérémy Florès. "Le secret pour réussir, il faut vraiment s'adapter, il faut être prêt à tout sur cette épreuve. Et c'est ce qui fait que c'est l'épreuve la plus compliqué du Tour

Joan Duru, 34e du classement, doit lui récupérer des points pour espérer continuer son aventure dans l'élite du surf la saison prochaine. "J'ai pas fait grand chose cette année donc je ne pense même pas à ça. Je veux profiter, faire un bon résultat, le reste après on verra. C'est top, j'habite juste à côté en plus, il y a la famille, le public avec nous, les potes."  

Enfin l'invité de dernière minute, Jorgann Couzinet, espère profiter un maximum de la chance qui lui est offerte de participer à cette compétition. 

  • Les groupes pour la première manche : 

Heat 2 : Owen Wright (5) // Sebastian Zietz (20) // Joan Duru (34) 

Heat 6 : Filipe Toledo (1) // Connor O'Leary (24) // Jorgann Couzinet (WC) 

Heat 12 : Jeremy Flores (13) // Willian Cardoso (12) // Joel Parkinson (25)

Un sacre à Hossegor chez les filles ? 

Chez les filles, les françaises à suivre seront Johanne Defay, 6e du classement, Pauline Ado qui se retrouve invité du fait du forfait d'une autre concurrente et la jeune Tahitienne championne du monde junior Vahine Fierro, qui bénéficie d'une Wild Card. Mais à Hossegor, c'est la légende australienne, Stéphanie Gilmore, qui pourrait être sacrée championne du monde. Pour cela, elle doit remporter la compétition, voire espérer un faux pas de sa concurrente. Ce serait son septième titre mondial. 

  • Les groupes pour la première manche :

Heat 3 : Stephanie Gilmore (1) // Sage Erickson (14) // Vahine Fierro (WC)

Heat 4 : Lakey Peterson (2) // Courtney Conlogue (13) // Pauline Ado (Inv)

Heat 6 : Johanne Defay (6) // Sally Fitzgibbons (7) // Keely Andrew (15)

Des absents de marque

Deux grands nom du surf ne participeront pas à ce Pro France 2018. Pas de Kelly Slater ni  de John john Florence à Hossegor, visiblement blessé. Une blessure qui n'a pas empêché la légende américaine du surf, Kelly Slater et ses 46 ans, de tester son swing ce week-end à la Ryder Cup à Saint-Quentin-en-Yvelines. 

La météo ? "Pas super géniale"

Lors de la conférence de presse qui a lancé la compétition ce mardi, Alain Riou, le directeur du Pro France, a fait un petit point sur les conditions qui attendent les surfeurs. "Les prévisions ne sont pas super géniales", a regretté d'entrée le directeur. Il pense que les premières séries pourront commencer dès ce mercredi matin, 8h05. "Ce sera propre demain (mercredi, ndlr), mais jeudi ça va baisser. Après on aura du mauvais temps et ça va s'améliorer la semaine prochaine. Il y a des chances qu'on aille jusqu'au dimanche 14 octobre, jusqu'à la fin cette fois.

Malheureusement les bancs de sable ne sont pas comme on le voudrait. Il va y avoir de jolies vagues mais ça ne va pas être des gros tubes comme on les aime. J'espère avoir tort. " Jérémy Florès.