Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Qui sont les Français à suivre aux JO de Tokyo ?

- Mis à jour le
Par

Ils sont 378 Français à être qualifiés pour les Jeux olympiques de Tokyo, qui débutent officiellement ce vendredi. Michel Vion, chef de mission de la délégation française aux JO, a fixé l'objectif d'une quarantaine de médailles pour la France. Qui sont les Français à suivre ? On fait le point.

(de gauche à droite, et de haut en bas) Clarisse Agbegnenou, Samir Aït Saïd, Kevin Mayer et Teddy Riner seront tous les quatre aux jeux. (de gauche à droite, et de haut en bas) Clarisse Agbegnenou, Samir Aït Saïd, Kevin Mayer et Teddy Riner seront tous les quatre aux jeux.
(de gauche à droite, et de haut en bas) Clarisse Agbegnenou, Samir Aït Saïd, Kevin Mayer et Teddy Riner seront tous les quatre aux jeux. © AFP - Lionel Bonaventure, Attila Kisenedek, Karim Jaafar, Jean-Marie Hervio

378 athlètes français se sont qualifiés pour les Jeux olympiques de Tokyo, qui débutent officiellement ce vendredi 23 juillet et dureront jusqu'au 8 août 2021. Prévus initialement l'année dernière au Japon, ils ont été décalés d'un an en raison de la crise sanitaire. Pour cette XXXIIème édition des Jeux olympiques, la France a de belles espérances : en avril, Michel Vion, chef de mission de la délégation française avait dévoilé un objectif d'une quarantaine de médailles pour les sportifs français, toutes disciplines confondues. Les Tricolores en avaient décrochées 42 lors des jeux de Rio, en 2016.

Publicité
Logo France Bleu

Qui sont les Français à suivre cette année, malgré le décalage horaire de sept heures ? France Bleu fait le point. 

Athlétisme 

C'est la discipline reine des Jeux olympiques, et surtout la plus attendue du public. Aux Jeux olympiques de Rio, en 2016, six des 42 médailles françaises étaient en athlétisme. Cette année, ils sont 61 sportifs en athlétisme (c'est 19 de plus qu'à Rio).

Mélina Robert-Michon : à 41 ans, la Lyonnaise se présente pour la sixième fois de sa carrière aux Jeux olympiques dans sa discipline, le lancer de disque. Et deux ans après son arrêt pour donner naissance à sa seconde fille, le 26 juin, elle a été réélue pour la 20ème fois championne de France de lancer de disque . Vice-championne aux jeux de Rio, elle compte bien décrocher cette année la médaille d'Or. 

Mélina Robert-Michon, lors des championnats de France, le 26 juin. © Maxppp - Stéphane Kempinaire

Kevin Mayer : le recordman du monde de décathlon, à Londres en 2017, compte bien décrocher la seule médaille qui manque à son palmarès , la médaille d'or des Jeux olympiques. À 29 ans, il est l'un des favoris de la compétition. Il a notamment décroché la médaille d'argent du décathlon en 2016 à Rio. 

Renaud Lavillenie : coup dur pour l'une des stars de cette compétition. Champion Olympique en 2012, Renaud Lavillenie s'est blessé à la cheville le 11 juillet, lors de sa dernière compétition, à Sotteville-lès-Rouen, à l'échauffement. Résultat : une entorse à la cheville gauche pour l'athlète de 34 ans. À deux semaines de la compétition, "le compte à rebours est lancé", avait-il alors tweeté.

Wilhem Belocian : le 9ème meilleur chrono mondial de l'année sur l'épreuve du 110 mètres haies attend ces Jeux au tournant. En 2016, à Rio, le Guadeloupéen avait été disqualifié pour faux-départ dès les épreuves de séries. Depuis, il a été élu champion d'Europe du 60 mètres haies en 2021. À 26 ans, ce sont ses deuxièmes Jeux olympiques. 

Jimmy Vicaut : le Français de 29 ans et ses partenaires - Mouhamadou Fall ; Amaury Golitin ; Marvin René ; Méba-Mickaël Zézé - sont attendus sur l'épreuve du 4 X 100 mètres. Vicaut a été médaillé de bronze de cette épreuve en relais à Londres, en 2012. Mais sera-t-il en pleine forme pour Tokyo ? Il était en effet forfait aux championnats de France d'Angers, le 25 juin dernier, à cause d'une tension musculaire : il s'était blessé au biceps en mai. 

Jimmy Vicaut, le 28 sptembre 2019 © AFP - Philippe Millereau

Morhad Amdouni : ce sont les tous premiers Jeux pour le champion d'Europe du 10.000 mètres à Berlin, en 2018. Le 7 juin, il a également remporté la Coupe d'Europe du 10.000 mètres. Mais le Corse a décidé de voir les choses en grand : il participera aux épreuves du 10.000 mètres, mais également au marathon, une semaine plus tard. 

Cyclisme / VTT

Le 2 juillet, la Fédération française de cyclisme a dévoilé les noms des cinq titulaires pour l'épreuve sur route des Jeux olympiques de Tokyo. Ils s'ajoutent aux noms des sprinteurs, connus depuis le 26 mai. En tête de liste, David Gaudu et Guillaume Martin, qui ont également couru sur le Tour de France. Ils ne pourront pas compter sur Julian Alaphilippe , sur Thibault Pinot, ni sur Romain Bardet.

David Gaudu : le Finistérien de 25 ans espérait être du voyage pour les Jeux olympiques, c'est chose faite . Ses performances ont évolué en l'espace de quelques mois avec de jolies victoires, il a également eu un poste à responsabilité sur le Tour de France, dans l'équipe Groupama-FDJ. Il est aujourd'hui une valeur sûre en montagne, et devrait donc briller sur le parcours de montagne de Tokyo.

Guillaume Martin : six jours après la fin du Tour de France, où il courait sous les couleurs de Cofidis, le Normand s'est lui aussi envolé pour Tokyo. Une épreuve qu'il a également cochée dans son calendrier. Et c'est une course qui lui irait bien, mais il devra se battre contre les meilleurs grimpeurs du peloton.

Pauline Ferrand-Prévot : la championne du monde en titre a toutes ses chances de remporter une médaille olympique en VTT, seule breloque qui manque à son immense palmarès. 

Loana Lecomte : la Haute-Savoyarde de 22 ans a été sacrée championne du monde en 2020 lors de sa première participation à une coupe du monde en VTT. Elle est également championne d'Europe chez les espoirs. Elle est la première vététéiste au niveau mondial. 

Escrime

Daniel Jérent, le champion olympique de Rio a été contrôlé positif à un produit interdit en novembre dernier. Il ne fait donc pas partie des sélectionnés pour les Jeux olympiques de Tokyo. Mais l'équipe continue de dire que l'or est possible pour la France.

Enzo Lefort pendant son entrainement, en 2021 © AFP - Philippe Millereau

Enzo Lefort : le champion du monde en titre est tombé sous le charme de la capitale japonaise au fil de ses passages pour des compétitions. Il vient d'ailleurs de publier un livre de photos sur Tokyo. Mais le champion du monde de 2019 y retourne cette année pour se battre. Les Jeux olympiques sont considérés comme la compétition phare pour sa discipline.

Yannick Borel : l'épéiste a aussi de grandes chances de médailles lors de ces JO. Le champion du monde 2018 et triple champion d'Europe (2016, 2017, 2018) en individuel, visera l'or. En 2016, il l'avait déjà remporté mais par équipe. D'ailleurs, cette année encore, les Français sont favoris.

Gymnastique

Mélanie De Jesus Dos Santos : la gymnaste a quatre titres continentaux à son actif. Le 25 avril, elle est devenue championne d'Europe à la poutre à Bâle, en Suisse. La Martiniquaise de 21 ans y a dépassé la championne olympique Sanne Wevers.

Samir Aït Saïd : ce gymnaste a été désigné porte-drapeau pour la France . Les images de sa double fracture du tibia aux JO de Rio avaient fait le tour du monde. Après des mois de convalescence, il reprendra l'épreuve aux Jeux de Tokyo, avec l'envie de décrocher l'or.

Judo

Teddy Riner : le judoka de 32 ans se dit au top de sa forme. Il combat dans la catégorie des plus de 110 kilos. Après deux médailles d'or Olympiques, le sportif préféré des Français en aimerait une troisième aux JO de Tokyo . Ce géant de 2 mètre 04 pour 140 kilos a décroché, au fil de sa carrière, dix titres mondiaux.

Clarisse Agbegnenou : les judokas français seront très suivis. La judokate française évolue dans la catégorie des moins de 63 kg. C'est la judokate la plus médaillée en France : cinq titres mondiaux, cinq titres européens. En 2016, aux Jeux olympiques de Rio, elle a décroché l'argent. Cette année, celle qui est porte-drapeau à la cérémonie d'ouverture revient pour l'or, le seul qui manque à son palmarès, déjà bien rempli.

Ils sont tous les deux les figures de proue d'une délégation française très prometteuse dans son ensemble.

Natation

Florent Manaudou : le nageur français, bien connu du grand public, sera à la tête de la délégation française pour les jeux de Tokyo. À Londres, en 2012, il avait décroché le titre de champion olympique. Mais aujourd'hui, son niveau pose question : il a fini cinquième aux championnats d'Europe, en mai. 

Tennis

Remous dans le monde du tennis : beaucoup d'athlètes internationaux ont hésité ou décidé de ne pas venir aux Jeux olympiques de Tokyo, en raison des contraintes sanitaires, jugées trop contraignantes. C'est le cas de la joueuse canadienne Bianca Andreescu, mais aussi du Suisse Roger Federer.

Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut : Ils représentent, à eux deux, la meilleure chance de médaille de la France en tennis. Mais le 3 juillet, à Wimbeldon, Pierre-Hugues Herbert a été touché à la cuisse et a été contraint d'abandonner. Sur son compte Instagram, il a promis de faire de son mieux à Tokyo.

Tir à l'arc

Jean-Charles Valladont : médaillé d'argent en 2016 à Rio , le Franc-Comtois a de grandes chances de remporter une nouvelle breloque à Tokyo.

Triathlon

Vincent Luis : le Vésulien de 32 ans a très clairement l'or en objectif pour les JO de Tokyo. Le triathlète était passé à côté de sa course en 2016, à Rio, où il n'avait fini que 7ème. Champion du monde en 2019 et en 2020, il est leader de l'équipe française. S'il gagnait, il serait le premier Français médaillé dans cette discipline.

Voile

Charline Picon : la Française fait forcément partie des favorites en RS:X, après avoir remporté l'or en 2016 à Rio. Elle a décroché l'or cinq fois en championnats d'Europe - dont ceux de mars 2021 - et une fois aux championnats du monde.

JO de Tokyo : les meilleures chances de médailles françaises © AFP - Laurence SAUBADU, Valentina BRESCHI, Kenan AUGEARD
JO de Tokyo : l'équipe de France olympique © Visactu

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu