Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Report des JO de Tokyo : pour le tireur olympique Eric Delaunay, "il faut accepter la décision"

Le Comité international olympique a finalement décidé ce mardi d'accepter la proposition du gouvernement japonais et de reporter au plus tard, à l'été 2021, les jeux de Tokyo. Une décision acceptée par le tireur manchois Eric Delaunay.

Confiné loin des pas de tir, Eric Delaunay devra patienter un an de plus avant de disputer les JO de Tokyo.
Confiné loin des pas de tir, Eric Delaunay devra patienter un an de plus avant de disputer les JO de Tokyo. © Radio France - Lucie Thuillet

Face à la pandémie de coronavirus, les Jeux olympiques de Tokyo prévus initialement en 2020 ont été officiellement reportés ce mardi "au plus tard à l'été 2021". C'est une première dans l'histoire des JO de l'ère moderne en temps de paix, mais elle s'imposait selon les responsables du CIO et du gouvernement japonais "sur la base des informations fournies par l'Organisation mondiale de la Santé".

Décision saluée par le monde sportif

La décision a été accueillie plutôt favorablement par le monde sportif alors que dès dimanche, le comité olympique canadien avait annoncé qu'il n'enverrait pas ses athlètes si les JO étaient maintenus cet été. En France, la décision a été saluée comme celle "de la sagesse" pour Denis Massiglia, le président du comité national olympique. Le perchiste Renaud Lavillenie estime de son côté que "ça libère d'un poids". Et dans la Manche, le tireur de Skeet olympique Eric Delaunay comprend aussi cette décision. 

Le sport est secondaire par rapport à ce qui se passe aujourd'hui...

"Ca fait partie des aléas même si c'est la première fois en temps de paix", réagit Eric Delaunay, avant d'ajouter, "le sport est secondaire par rapport à ce qui se passe aujourd'hui". Eric Delaunay s'apprêtait à vivre ses deuxièmes Jeux Olympiques après sa participation à ceux de Rio en 2016. Il avait décroché cet hiver sa qualification en réalisant les minimas olympiques. Une question se pose désormais pour lui : restera-t-il sélectionné d'office ou devra-t-il à nouveau se qualifier? "J'espère pouvoir garder cette qualification", conclut le sportif aujourd'hui confiné chez lui dans la Manche, loin des pas de tir. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu