Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Roland-Garros 2021 : une Audincourtoise de 19 ans, juge de ligne

Que Nadal, Djokovic, Serena Williams et consorts se le disent. Laura Triponney les aura à l'oeil ! La jeune Audincourtoise officie comme juge de ligne pour la première fois à Roland-Garros cette année. A seulement 19 ans, la Nord Franc-comtoise n'a pas froid aux yeux.

Après avoir été juge de ligne pendant la semaine de qualifications, Laura Triponney va arbitrer pendant quatre jours sur le tableau final de l'édition 2021 de Roland-Garros
Après avoir été juge de ligne pendant la semaine de qualifications, Laura Triponney va arbitrer pendant quatre jours sur le tableau final de l'édition 2021 de Roland-Garros © Radio France - Hervé Blanchard

Une jeune Audincourtoise à Roland-Garros ! Laura Triponney, 19 ans, originaire de la commune voisine de Montbéliard, dans le Doubs, est sur les courts de la porte d'Auteuil pour les Internationaux de France de tennis qui ont débuté ce dimanche. Mais elle n'y est pas comme joueuse, mais en tant que juge arbitre, juge de ligne pour être précis. Une belle consécration pour l'étudiante en STAPS à Besançon et joueuse au club du Stade Audincourtois Tennis. Laura Triponney s'est lancée dans l'arbitrage il y a quatre ans déjà.

Sélectionnée parmi 210 arbitres français

La Nord Franc-Comtoise fait donc partie des heureux élus pour être sur le tournoi  de Roland-Garros. Une grande première et une belle récompense pour l'Audincourtoise "C'était pour voir le tennis d'une autre façon que j'ai décidé de me mettre à l'arbitrage il y a quatre ans" explique-t-elle "J'ai commencé par des petits tournois, notamment dans mon club du Stade Audincourt Tennis, et puis progressivement j'ai arbitré sur des tournois plus importants. Et là j'ai eu la chance d'être retenue sur les 210 arbitres français sélectionnés pour le Roland-Garros de cette année."

Roland-Garros, le rêve de tout arbitre

Vivre son premier Roland-Garros comme juge de ligne est le summum pour Laura Triponney "C'est le rêve de tout arbitre, je m'attends à une ambiance conviviale autour mais dès qu'on rentre sur le match, on est "focus" sur la ligne, on se concentre sur l'essentiel" assène avec beaucoup d'assurance la jeune femme qui va officier pendant quatre jours sur le tableau principal après avoir fait ses armes lors de la semaine de qualifications. La juge de ligne audincourtoise rêve d'arbitrer sur le court Central mais sans s'en faire une obsession "Il y a 17 courts à Roland sur le tableau final, donc être sur le Central ce serait le Graal, mais c'est un plaisir d'être sur les autres courts."

Impartiale même avec Nadal !

Arbitrer à Roland Garros à seulement 19 ans, juger les balles de Federer, Djokovic ou Nadal, c'est une sacrée pression que ne semble pas pourtant ressentir Laura Triponney "De la pression ? Non, un peu avant le match mais pendant, non. Si Nadal ou une autre star me jette un regard noir sur une de mes décisions ? C'est un joueur comme un autre, nous, on n'a pas le droit d'intervenir, c'est au juge de chaise de trancher, on est impartial, même si on adore le joueur, c'est notre rôle d'être correct. De toutes façons, quand j'annonce une balle faute, j'annonce, pas le droit de revenir en arrière !" A défaut de poser pour une photo avec les joueurs, pratique interdite aux arbitres, Laura Triponney va donc rester de son côté du filet, à scruter la moindre de leurs fautes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess