Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Ski : le directeur de l'équipe de France homme critique le manque d'investissement de certaines stations françaises

jeudi 20 juillet 2017 à 17:13 Par Virginie Salanson, France Bleu Isère et France Bleu Pays de Savoie

L'équipe de France de ski homme a commencé sa saison d'entraînement sur le glacier des 2 Alpes, en Isère. Un rendez-vous désormais incontournable pour les sportifs français. David Chastan, le directeur de l'équipe, en a profité pour distribuer bons et mauvais points aux stations de skis françaises.

David Chastan, le directeur de l'équipe de France masculine de ski alpin.
David Chastan, le directeur de l'équipe de France masculine de ski alpin. © AFP - SAMUEL KUBANI

Le Bourg-d'Oisans, France

"On a la chance d'avoir des glaciers en France donc autant en profiter". C'est par cette évidence que David Chastan commence l'interview, pas de langue de bois, "tant pis si ça buzz" dit-il. Le directeur de l'équipe de France masculine de ski a profité d'une séance de dédicace de son équipe pour jeter un pavé dans la mare.

Après l'équipe féminine la semaine dernière et le "groupe vitesse", ce sont cette fois tous les membres de l'équipe de France homme qui passent la semaine aux 2 Alpes, dans la station iséroise. Après des mois de préparation physique, les "garçons" comme il les appelle chaussent à nouveau les skis et ont commencé lundi l'entraînement sur les pistes.

Les bons points

"Ça se passe très bien aux 2 Alpes, on a la chance d'avoir une bonne entente et des gens motivés au niveau des 2 Alpes qui nous facilitent la tâche" souligne David Chastan, "il y a beaucoup de monde. On monte plus tôt que les autres et c'est très important par rapport aux conditions de réchauffement climatique aujourd'hui, même à haute altitude". Les skieurs se lèvent en effet à cinq heures du matin, pour être aux remontées mécaniques à six heures et commencer à skier à sept heures. Si le regel du glacier a bien eu lieu pendant la nuit, les skieurs peuvent même espérer s'entraîner jusqu'à 11h ou 12h.

On a des passe-droits, on monte plus tôt pour optimiser nos séances de travail, c'est très important" - David Chastan

"C'est très important de pouvoir travailler et optimiser nos séances, les garçons se lèvent tôt mais ils savent pourquoi" se félicite David Chastan. "Le glacier s'y prête bien, il y a la proximité, pas de trajets, donc dès que c'est ouvert, on vient". Un bon point donc pour les 2 Alpes, ou encore la station de Val d'Isère.

Les mauvais points

Seul bémol, "le glacier des 2 Alpes n'est pas ouvert toute l'année comme celui de Tignes" tâcle David Chastan, donc"fatalement, on va à l'étranger". La semaine prochaine, l'équipe de France part d'ailleurs un mois en Suisse, puis du 12 août au 15 septembre dans l'hémisphère sud, en Chili et en Argentine, pour continuer sa préparation estivale.

Ce qui énerve surtout David Chastan, c'est que ces passes-droits dont bénéficie l’équipe de France depuis quatre ans aux 2 Alpes existent depuis des années à l'étranger. "On est une des premières équipes mondiales dans le ski, (...) mais tout ça existe depuis longtemps à l'étranger" rage -t-il. "En Suisse ou en Autriche, l'équipe nationale est prioritaire. On a besoin d'être reconnus et d'être aidés" plaide-t-il.

On est le plus gros domaine skiable au monde et on n'est pas l'équipe nationale la mieux reçue dans nos domaines" - David Chastan

"Nous on arrive à trouver ça ici aux 2 Alpes, aussi à Val d'Isère, on espère y arriver à Tignes.... si ça arrive" regrette-t-il. "La France a l'un des plus beaux domaines skiables au monde et je pense qu'on n'est pas l'équipe nationale la mieux reçue dans nos domaines".

"Le ski est un loisir national, mais pas un sport national" regrette encore le directeur de l'équipe de France homme. "On est très fiers de s'entraîner chez nous, de pouvoir signer des autographes ici et de créer de la dynamique en France autour de notre sport. J'espère que ça va continuer, que ça va s'améliorer" conclut-il, ravi de cette première séance de dédicace (réussie) aux 2 Alpes.