Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Sport Auto : aucun droit à l’erreur pour Alpine

mercredi 1 novembre 2017 à 18:45 Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

La marque normande Alpine aborde les 6 Heures de Shanghaï sans la moindre marge de sécurité. Un mauvais résultat en Chine ruinerait ses chances de conserver son titre mondial LMP2 acquis en 2016. Mais le team, sur une phase ascendante, veut croire en ses capacités à rester dans la course.

L' A 470 en piste aux Etats-Unis, sa seule victoire de la saison
L' A 470 en piste aux Etats-Unis, sa seule victoire de la saison - Signatech-Alpine

Normandie, France

Alpine avait survolé la saison 2016. Mais la défense de son titre mondial a été plombée par un début de saison très laborieux. Avec toute la panoplie des faits de courses défavorables : incidents mécaniques, petite faute de pilotage et la poisse. Comme une neutralisation de course au pire moment à Silverstone et un problème de frein qui a privé le pilote caennais Pierre Ragues et ses coéquipiers d'un podium au classement général des 24 Heures du Mans. En regardant dans le rétroviseur, Philippe Sinault, le directeur de Signatech-Alpine, se souvient d'un printemps compliqué « tout ne s’est pas mis dans l’ordre comme on l’imaginait. La dynamique positive est une grosse roue à inertie difficile à lancer » reconnait-il.

La série noire s’est achevée lors de l’ultime étape européenne et depuis l’A 470 est abonnée aux podiums : 3e en Allemagne, 2e au Mexique et au Japon et –surtout- victorieuse aux Etats-Unis. Bernard Ollivier, le directeur général -adjoint d'Alpine savoure ce redressement « Depuis le Nürburgring, nous enchaînons les courses avec un très haut niveau de performance, qu’il s’agisse de la voiture, des pilotes ou de l’équipe technique".

Le précieux retour du capitaine Lapierre

Cette bonne série a coïncidé avec le retour de Nicolas Lapierre, le pilote numéro 1 « prêté » à Toyota dans la catégorie reine du LMP1 en début de saison. Son expérience est un atout pour l'ensemble du team, pilotes comme ingénieurs « Son absence a déstabilisé l’équilibre général de l’équipe » se souvient Philippe Sinault. « Nous avions pris Romain Dumas et malgré son talent, son intégration aurait demandé plus de temps. Alors que Nicolas est chez nous en famille avec un rôle très fédérateur. Je l’ai ressenti dès son retour au Nûrburgring. Avec lui un regard suffit pour savoir si la voiture est bien ! »

Le trio de pilote Lapierre - Negrao - Menezes : 4 podiums consécutifs - Aucun(e)
Le trio de pilote Lapierre - Negrao - Menezes : 4 podiums consécutifs - Signatech-Alpine

Depuis le retour du Capitaine Nicolas Lapierre, Alpine cravache pour combler son retard. Un déficit de 63 points à mi-championnat désormais ramené à 25 unités, soit l'équivalent d'une victoire. Le team normand est 3e du classement général à deux courses de la fin. Sur une dynamique positive mais sans droit à l'erreur. « Il y a une vrai belle sérénité dans l’équipe. On connait la valeur de notre package technique » observe Philippe Sinault. Un constat partagé par Bernard Ollivier "À Shanghai, l’objectif sera bien d’aller chercher une seconde victoire cette saison et je crois que nous avons tous les atouts pour cela. C'est un circuit qui a bien réussi à Alpine ces dernières années, avec notre première victoire en WEC en 2015 et la conquête du titre de Champion du Monde en 2016".

Sans-faute impératif ce week end

Mais le team Signatech-Alpine n'est plus vraiment maître de son destin. « On doit gagner et espérer un petit coup de pouce du destin » reconnait Philippe Sinault. Un petit coup de pouce sous la forme d’un abandon ou d’un très mauvais classement des deux adversaires dans la courses au titre. Pour ces 6 Heures de Shanghai Alpine doit gagner "nous ne pouvons pas nous permettre la moindre gestion, ce sera au panache !" analyse Bernard Ollivier. Sur le complexe tracé chinois, sinueux dans les secteurs 1 et 2 puis rapide dans la portion finale, la marque normande devra impérativement devancer ses adversaires. Seule façon de rester dans la course au titre... et de mettre la pression sur les concurrents lors de la dernière course de la saison à Bahreïn. Mais si le chat noir du début de saison réapparait en Chine, ce sera la fin de tout espoir de second titre mondial pour les Bleus…..