Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sport auto : la dernière course de Pierre Ragues avec Alpine

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

La marque Alpine et son pilote caennais Pierre Ragues se quitteront après les 8 Heures de Bahreïn, ce samedi. Avec l’envie de finir sur une bonne note à l’issue d’une saison frustrante. Avant de se projeter vers 2021, avec de grandes ambitions pour l'écurie mais des incertitudes pour le pilote.

Pierre Ragues pilotera une dernière fois l'A470 de Signatech-Alpine ce 14 novembre
Pierre Ragues pilotera une dernière fois l'A470 de Signatech-Alpine ce 14 novembre - François FLAMAND - DPPI

Le championnat du monde d'Endurance s’achève ce samedi à l’issue de ces 8 Heures de Bahreïn. Puis Pierre Ragues et le team Signatech-Alpine poursuivront séparément leurs destins.  Le pilote caennais ne sait pas encore dans quel championnat il prolongera sa carrière. L’écurie, elle, quittera la classe LMP2 pour rejoindre la catégorie-reine de l’Endurance. 

Finir en beauté

Pierre Ragues et l’écurie Alpine ont une revanche à prendre. Cette saison 2019/2020, qui avait pourtant parfaitement débuté avec un podium dès la course d’ouverture, a apporté son (gros) lot de frustrations en tous genres. Quelques maladresses, certes, l’automne dernier. Mais surtout une indécollable poisse depuis le début de l’année 2020. Une victoire envolée à cause de la casse d’un disque de frein aux Etats-Unis. Abandon sur sortie de piste en Belgique alors que le podium est en vue. Puis “l’apothéose” aux 24 Heures du Mans où les espoirs ont duré… une vingtaine de secondes ! Le temps de parcourir la distance entre la ligne de départ et le premier freinage de la Dunlop où l'A470 a été percutée par un adversaire. Scénario rageant vu le potentiel affiché après l’incident du départ. L'équipage à 'traversé le peloton' mais la remontée de 51 places ne l'a conduit qu'au pied du podium de sa catégorie. “Une saison difficile c’est vrai” reconnaît le pilote caennais. “Mais nous avons montré notre vitesse et il nous reste une belle troisième place à aller chercher au championnat du monde” veut-il positiver.  Le calcul est juste : 39 points seront attribués au vainqueur de cette course à Bahreïn. Et Alpine n’est qu’à 16 points du podium final. L'écurie française a bien débuté cet ultime rendez-vous de la saison avec une encourageante qualification : troisième place sur la grille de départ

Le sourire à Silverstone (Angleterre) mais il s'agit du seul podium de la saison
Le sourire à Silverstone (Angleterre) mais il s'agit du seul podium de la saison © Radio France - Didier CHARPIN

Pierre Ragues s’apprête à boucler sa troisième campagne avec la marque normande. La première en 2013 s’était soldée par un titre européen plutôt inattendu dès la première saison de l’entité Signatech-Alpine. La deuxième en 2017 avait permis au Caennais de connaître son plus grand frisson couplé à sa plus grande déception aux 24 Heures du Mans. Reste à connaître l’épilogue de cette troisième saison avec le “A fléché” sur la combinaison. Quoiqu’il en soit : “c’est un grand chapitre qui va se refermer ce week-end. Avec beaucoup de fierté pour moi d’avoir participé à ce titre de champion d’Europe avec mon coéquipier Nelson Panciatici au tout début de l'aventure". 

Pas encore de visibilité pour 2021

L’écurie Signatech-Alpine n’a pas encore désigné ses pilotes pour 2021, saison du grand saut en LMH (nouveau nom de la catégorie-reine de l’Endurance). Pierre Ragues, pilote avec le statut amateur, sait qu’il ne fera plus partie de la troupe bleue. “Ce ne sera pas possible avec mes activités professionnelles" observe le dirigeant de l’entreprise familiale, responsable de 280 salariés en Normandie et en Bretagne. “Mais j’ai quand même envie de continuer le sport automobile. Avec mon manager Ange Pasquali on a commencé à rencontrer quelques équipes. Mais la période économique actuelle est difficile. Tout est gelé, il y a beaucoup d’incertitudes sur l’avenir pour certains teams. Il est trop tôt pour prendre des décisions”. Ce week-end il va pouvoir mettre sur pause ces interrogations sur l'avenir. La priorité sera de s’offrir un beau final avec l’écurie qui lui a permis d'écrire ses plus belles lignes sur son palmarès. 

Départ des 8 Heures de Bahreïn à 14h ce samedi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess