Sports

Sport auto : les Normands à la conquête de l’Ouest

Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) jeudi 15 septembre 2016 à 23:25 Mis à jour le vendredi 16 septembre 2016 à 9:42

La Corvette avec le Caennais Pierre RAGUES voudra briller à domicile
La Corvette avec le Caennais Pierre RAGUES voudra briller à domicile

Le championnat du monde d'endurance se poursuit ce week-end à Austin (États-Unis). Pour cette 6e des neuf manches du championnat Alpine peut faire un pas décisif vers le titre ! Quant à Benoît Treluyer et -surtout- Pierre Ragues, ils peuvent viser le podium.

Deux semaines après l’étape mexicaine, les engagés du WEC (championnat du monde d’endurance) restent dans la même zone géographique. Avec la course américaine du calendrier mondial. A Austin (Texas) sur le circuit emprunté également par les F1.

Alpine : le coup fatal à la concurrence ?

Cinq courses disputées et trois victoires pour la marque normande ! En LMP2, les statistiques sont éloquentes. Le trio Lapierre-Richelmi-Menezes file vers le titre mondial. A Mexico, une pénalité l’a privé d’une nouvelle victoire mais pas d’un podium (2e place à moins de deux secondes des vainqueurs). L’Alpine n°36 compte trente point d’avance au championnat, soit l’équivalent d’une victoire. Si les «Bleus» venaient à s’imposer au pays des cow-boys, ils pourraient assommer la concurrence. Et s’ils ne peuvent pas jouer la victoire, leur avance au classement leur offrira le «confort» de jouer placés pour prendre des points au championnat alors que leurs adversaires (RGR Sport et G-Drive Racing) devront prendre tous les risques.

L'Alpine A460 fonce vers le titre mondial - Aucun(e)
L'Alpine A460 fonce vers le titre mondial - Signatech-Alpine

Tréluyer : de retour dans la course

Le pilote ornais Benoît Tréluyer va enfin revenir à la compétition. Forfait au Nürburgring (fin juillet) puis à Mexico (début septembre) après une fracture des vertèbres, Tréluyer va retrouver le volant de l’Audi R18 n°7 aux États-Unis. Et pouvoir profiter du sursaut de compétitivité de sa monture, de retour dans le match avec Porsche (son équipage s'est 3e en Allemagne puis 2e au Mexique). Pour parfaire sa condition physique, Tréluyer s’est imposé 750 km de vélo sur la côte Ouest des Etats-Unis ! Une randonnée  musclée avec Marcel Fässler, l’un des ses coéquipiers. L' Alençonnais a sans doute retrouvé son punch, mais sur ce circuit des Amériques, mélange de secteurs rapides et sinueux, il pourrait aussi voir Toyota venir jouer les troubles-fêtes dans le duel LMP1 Porsche-Audi. Un retour compliqué pour Benoît Tréluyer….

Audi revient progressivement après un début de saison compliqué - Aucun(e)
Audi revient progressivement après un début de saison compliqué - Audi Sport

Pierre Ragues «à domicile»

Dans ce championnat 2016, le pilote caennais Pierre Ragues avait deux dates particulières : les 24 H du Mans, plus gros rendez-vous de la saison (de surcroît en France), et les 6 Heures des Etats-Unis, patrie de Corvette. Et Pierre Ragues se doit de réussir un bon résultat devant les spectateurs américains, probablement plus sensibles au comportement de la GT "made in US" qu'aux protos LMP1 ou LMP2. Depuis le début de la saison il a réussi à faire briller la marque américaine à trois reprises (podiums à Silverstone, Spa et au Nürburgring) ce qui lui permet de pointer au 4e rang du championnat du monde GTAm. Au Mexique, le Caennais s’apprêtait à savourer une 2e place lorsque son coéquipier japonais Yamagishi est sorti de la piste à quatre minute du drapeau à damier ! Les affres de la compétition en équipe mais la facture commence à être lourde pour ce pilote asiatique déjà parti à la faute aux 24h du Mans. Aux Etats-Unis, il n’aura pas vraiment le droit de ruiner une nouvelle fois la course de son coéquipier normand et du troisième larron de l'équipage : l’Américain Ricky Taylor.

Contexte : plein phares

Cette course de 6 Heures va se diviser en deux parties distinctes. Un départ en fin d’après-midi (17h locale) pour une arrivée de nuit. Pour la première fois depuis les 24H du Mans, les pilotes devront donc se réapproprier ce pilotage si particulier à la lueur des phares.

6H des Etats-Unis :

  • Jeudi : Essais libres
  • Vendredi : Qualifications
  • Samedi : départ 17h (heure locale)

Partager sur :