Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Sport auto : les normands Pierre Ragues et Nicolas Jamin visent un podium européen

mercredi 10 avril 2019 à 17:25 Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Ce week-end marque le coup d’envoi de la nouvelle saison ELMS (Championnat d’Europe d’endurance). Les pilotes normands Pierre Ragues et Nicolas Jamin sont toujours coéquipiers… avec l’espoir de concrétiser leur vitesse de l'an dernier en bons résultats.

Pierre Ragues, toujours au volant de l'Oreca 07 du team Duqueine Engineering en 2019
Pierre Ragues, toujours au volant de l'Oreca 07 du team Duqueine Engineering en 2019

Normandie, France

Le championnat d’Europe d’endurance débute ce week-end, sur le circuit du Castellet, dans le Sud de la France. Première étape d’une série de six courses disputées sur des tracés chargés d’histoire dans le monde du sport automobile : Monza, Barcelona, Silverstone, Spa-Francorchamps et -moins prestigieux- Portimao. Les normands Pierre Ragues et Nicolas Jamin font toujours partie de l’écurie Duqueine Engineering, avec le potentiel pour viser les podiums. "On n’a pas d’objectifs annoncés mais on est ambitieux. Je pense qu’on peut viser le podium au classement final du championnat et gagner au moins une course” estime le Caennais.

Avec un nouveau coéquipier… mais sans le chat noir ? 

Pour sa seconde saison au plus haut niveau européen l’écurie Duqueine Engineering a misé sur une certaine continuité, avec toujours le châssis Oreca 07 et deux des trois pilotes déjà présents en 2018 : Pierre Ragues et Nicolas Jamin. Seul l’anglais Richard Bradley, vainqueur des 24 Heures du Mans 2015 (LMP2),  vient remplacer Nelson Panciatici. Pour former un équipage à priori armé pour viser haut dans ce championnat très compétitif avec 18 engagés. 

Mais en sport automobile les certitudes sur les qualités techniques des pilotes n’apportent aucune garantie. Et le team Duqueine Engineering a testé toutes les façons de perdre des podiums l’an dernier ! Erreur lors d’un ravitaillement, accrochage au départ, drapeau rouge au mauvais moment ou panne mécanique : au moins deux victoires se sont envolées. La huitième place au classement final ne correspondait pas à la vitesse en piste.« L’année dernière nous sommes montés en puissance, en visant régulièrement le podium » se souvient Pierre Ragues. « Seule la malchance nous a privés de meilleurs résultats et d’une meilleure position au classement final. Cette saison nous voulons démontrer notre potentiel et traduire ces performances en bons résultats ». 

Deux journées de roulage sous différentes températures (jour, tombé du soleil, nuit) pour parfaire les stratégies - Aucun(e)
Deux journées de roulage sous différentes températures (jour, tombé du soleil, nuit) pour parfaire les stratégies

Avant de se lancer dans le championnat, toutes les équipes ont affûté leurs armes lundi et mardi au Castellet, lors des journées test. Duqueine Engineering a signé le 7e chrono, à une seconde des leaders. “On a surtout cherché à travailler sur la course sans forcément passer des pneus neufs à un moment opportun pour faire un chrono sur un tour” précise Ragues, avant de détailler la priorité : “déterminer s’il sera possible de faire des triples relais avec les pneus”. Le changement de règlement lors des passages au stand (ravitaillement carburant et changement de roues non simultanés) va rendre la gestion des pneumatiques plus pointue, avec de réelles options stratégiques pour ceux qui pourront économiser un train… et les trente secondes de changement qui vont avec ! “Ce soir (mercredi) on analyse les datas (relevés télémétriques). _Il faut observer les dégradations de pneus sous différentes température_s” explique Pierre Ragues avant d’aller rejoindre les ingénieurs de l’écurie.

Première course avec Duqueine Engineering et podium l'an dernier au Castellet pour Pierre Ragues (à gauche) et Nicolas Jamin (douché au champagne) - Aucun(e)
Première course avec Duqueine Engineering et podium l'an dernier au Castellet pour Pierre Ragues (à gauche) et Nicolas Jamin (douché au champagne)

Le Castellet : que de bons souvenirs !

L’an dernier, le championnat avait déjà débuté au Castellet. Pierre Ragues venait de signer avec l’écurie Duqueine, il connaissait à peine ce team mais il avait terminé le week-end sur le podium ! Un coup d’éclat dans la continuité de ses précédents résultats sur les 5,861 kms du circuit varois. C’est ici qu’il avait remporté le titre de champion d’Europe avec Alpine (2013) avant de s’imposer un an plus tard avec le team Morand, qu’il avait rejoint en cours de saison. “C'est évidemment mieux lorsque la première épreuve de la saison est sur un terrain où l'on a eu du succès dans le passé” reconnaît le Caennais, présent depuis la semaine dernière au Castellet pour des essais : “le début de saison est toujours un moment particulier. Les attentes et objectifs sont présents et c'est un vrai feeling de rentrée des classes” confie le pilote Caennais, avant la seule course ELMS disputée en France. Mais pas l’unique rendez-vous sur sur le territoire national pour l’écurie Duqueine Engineering, retenue pour disputer en juin les 24 Heures du Mans.

Programme 4 Heures du Castellet l        

  • Vendredi : Essais Libres
  • Samedi : Essais libres et qualification 
  • Dimanche : Course à partir de 12h30