Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Sport auto : les normands Pierre Ragues et Nicolas Jamin restent dans l’attente pour les 24 Heures du Mans

vendredi 1 mars 2019 à 15:24 Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

La liste complète des engagés aux 24 Heures du Mans vient d’être dévoilée : déception pour l’écurie Duqueine Engineering retenue comme réserviste. Son équipage, comprenant les normands Pierre Ragues et Nicolas Jamin, ne prendra le départ qu’en cas de défection d’une écurie de la liste officielle.

Pierre Ragues au volant de l'Oreca 07 du team Duqueine Engineering en 2018
Pierre Ragues au volant de l'Oreca 07 du team Duqueine Engineering en 2018 - team Duqueine Engineering

Normandie, France

Ce vendredi était une date cochée à l’encre rouge pour de nombreuses écuries candidates aux prochaines 24 Heures du Mans. La date de remise des derniers tickets d’entrée sur la grille de départ de la 87e édition (15-16 juin) dans un contexte d’abondance de candidatures : 75 demandes d’inscriptions pour 60 places. Les pilotes normands Pierre Ragues et Nicolas Jamin espéraient voir leur écurie Duqueine Engineering retenue pour la catégorie LMP2 mais la comité de sélection n’a pas retenu cette jeune équipe française parmi les 17 protos LMP2. "On est déçu !" réagit Pierre Ragues. "On espérait vraiment être sélectionné par rapport à nos résultats en 2018 en ELMS". Mais l'équipe figure toutefois dans la liste des réservistes et elle pourrait donc se voir repêchée en cas de forfait de l'un des 60 équipages de la liste officielle. 

Le championnat d’Europe pour se distinguer

Duqueine Engineering devra donc compter sur un coup de pouce du destin pour s’aligner dans la prestigieuse course d’endurance. En attendant elle va chercher à briller dans le championnat d’Europe (ELMS) pour sa seconde année dans cette série. L’an dernier elle a connu une saison en dent de scie pour sa première campagne européenne avec un podium précoce au Castellet (dès sa première course !) mais suivi par de multiples coups du sort : déclassement en Autriche (après avoir terminé 2e) et deux victoires envolées après des faits de course (drapeau rouge, casse mécanique) en Belgique et au Portugal. 

Pour 2019 cette équipe a joué la carte de la continuité en conservant ses deux pilotes normands (le caennais Ragues et le rouennais Nicolas Jamin) pour ne procéder qu’à une seule retouche avec l’arrivée de l’anglais Richard Bradley à la place de Nelson Panciatici. Et surtout l’écurie roulera toujours avec le châssis Oreca 07, le meilleur du plateau depuis deux ans « L’année dernière nous sommes montés en puissance, en visant régulièrement le podium » se souvient Pierre Ragues. « Seule la malchance nous a privés de meilleurs résultats et d’une meilleure position au classement final. Cette saison nous voulons démontrer notre potentiel et traduire ces performances en bons résultats ». Ragues, champion d’Europe en 2013 avec Alpine, va disputer sa quatrième saison dans cette catégorie ELMS, au moins aussi relevée que le championnat du monde. Pour l’instant il compte deux victoires et sept podiums dans la série européenne. 

24 Heures du Mans 2017 : Pierre Ragues (Alpine n°35) 4e du classement général - Aucun(e)
24 Heures du Mans 2017 : Pierre Ragues (Alpine n°35) 4e du classement général - Signatech-Alpine

Mais évidemment il espère agrémenter sa saison avec une participation aux 24 Heures du Mans après son impasse forcée l’an dernier lorsque Alpine a réduit son engagement à un seul équipage. Au Mans il reste sur une course aussi exaltante que frustrante : 4e du classement général en 2017 après avoir vu le podium fuir son équipage dans la dernière heure de course