Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Sport auto : Pierre Ragues pour un nouveau podium en championnat d’Europe ?

mercredi 9 mai 2018 à 12:20 Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le pilote caennais Pierre Ragues dispute ce week-end la deuxième course du championnat d’Europe d’endurance (ELMS) sur le circuit de Monza. L’occasion de confirmer, avec ses coéquipiers Nelson Panciatici et Nicolas Jamin, l’inattendu podium décroché au Castellet lors de la course d’ouverture.

Pierre Ragues (à gauche) et Nelson Panciatici (à droite) arrosent copieusement au champagne leur coéquipier Nicolas Jamin sur le podium au Castellet
Pierre Ragues (à gauche) et Nelson Panciatici (à droite) arrosent copieusement au champagne leur coéquipier Nicolas Jamin sur le podium au Castellet - Team Duqueine

Caen, France

Après un interminable hiver d’attente, Pierre Ragues a trouvé son point de chute, fin mars, lors de sa signature avec le team Duqueine Engineering. C’était deux semaines seulement avant la première course de la saison en championnat d’Europe d’endurance. Et le Caennais a parfaitement réussit son retour après trois saisons au niveau mondial, avec un podium dès la manche d’ouverture disputée au Castellet. 

“On aurait signé tout de suite pour un podium !” - Pierre Ragues

Cette troisième place décrochée le 15 avril a eu une saveur particulière : le team Duqueine, expérimenté en LMP3, y faisait ses grands débuts dans la catégorie supérieure. Avec une équipage composé de deux pilotes qui se connaissent par cœur (Pierre Ragues et Nelson Panciatici) associés à un nouveau venu en endurance : Nicolas Jamin, originaire de Rouen, de retour d’un long exil dans les formules de promotions aux Etats-Unis. 

Si on nous avait parlé d’un podium dès la première course on signait tout de suite” sourit Pierre Ragues. “C’est un fantastique résultat pour toute l’équipe. Après une course mouvementée, avec une crevaison lente et une touchette qui m’a valu un drive throught (NDLR : pénalité qui oblige le pilote à passer au ralenti dans la ligne des stands). Un safety car nous a un peu aidé en regroupant tout le monde et après ça s’est joué au finish !” résume le Caennais, qui s'était vu confier le premier départ de cette écurie en LMP2.

Le proto LMP2 du team Duqueine Engineering à l'avant du peloton au Castellet lors de la course d'ouverture (15 avril) - Aucun(e)
Le proto LMP2 du team Duqueine Engineering à l'avant du peloton au Castellet lors de la course d'ouverture (15 avril)

Le Normand a ainsi eu le bonheur de remonter sur un podium après deux ans de sevrage et surtout l’immense désillusion des dernières 24 Heures du Mans. “Et c’était sympa de se retrouver sur ce podium du Castellet avec Nelson, là où nous avions décroché le titre européen en 2013”. Lors de cette course d’ouverture, Pierre Ragues a aussi pu mesurer à quel point ce championnat d’Europe s’est transformé : “La lutte était moins acharnée il y a cinq ans. Aujourd’hui nous sommes 17 au départ et une dizaine peut jouer la victoire” observe Pierre Ragues.

Cap sur Monza avec de nouvelles ambitions ?

Un mois après ce joli podium, une autre épreuve commence : confirmer ce résultat ! La deuxième manche disputée ce week-end à Monza apportera une réponse intéressante sur la capacité de l’équipage à s’installer durablement dans le haut du tableau. “Monza est un circuit atypique. Grosse Vmax avec _plusieurs poussées à plus de 300 km/h et de gros freinages_. Il faudra trouver le bon équilibre” énumère le Caennais.

Pour mener à bien cette cruciale recherche des réglages, Pierre Ragues et Nelson Panciatici pourront s'appuyer sur leur expérience du châssis Oreca 07 qui équipe leur voiture. Sur ce point leur Duqueine est la soeur jumelle de l'Alpine qu'ils pilotaient l'an dernier ! "Oui nous avons quelques points de repères" reconnait le pilote caennais. "Il nous faut aussi "apprendre" les pneus Michelin mais ça s'est bien passé au Castellet. Les signaux sont au vert !". Le champion d'Europe 2013 se verrait bien repartir à la chasse d'un nouveau titre si cette course sur le mythique circuit italien confirmait le niveau de compétitivité affiché sur le circuit Paul-Ricard. 

Incertitude pour les 24 Heures du Mans

Si le retour en championnat d'Europe est parti sur de bonnes bases, il reste une pointe de frustration et d'impatience pour Pierre Ragues : son absence au Mans. Le team Duqueine, trop jeune, n'a pas postulé pour obtenir une place aux 24 Heures (16-17 juin). Donc après onze participations consécutives, le pilote caennais risque de devoir faire l'impasse en 2018. Sauf si une opportunité de dernière minute se présente.