Tous les sports

Stade Bleu Présidentiel : plan sport-santé, JO 2024, rugby... ce qu'il faut retenir de l'interview de Benoît Hamon

Par Benjamin Jacquot, France Bleu jeudi 2 mars 2017 à 9:55 Mis à jour le dimanche 5 mars 2017 à 19:28

Benoît Hamon, deuxième invité de Stade Bleu spécial "élection présidentielle"
Benoît Hamon, deuxième invité de Stade Bleu spécial "élection présidentielle" © Radio France - Benjamin Jacquot

Benoît Hamon était l'invité de Stade Bleu Présidentiel ce dimanche soir. Au micro de Jacques Vendroux, patron des sports de Radio France, le candidat du parti socialiste a parlé de sa passion pour le sport, des JO 2024 et du plan sport-santé qu'il souhaiterait mettre en place s'il est élu.

Chaque dimanche, entre 19h et 19h30, Jacques Vendroux reçoit une personnalité du monde du sport dans "Stade Bleu". Jusqu'au 16 avril, ce sont les candidats à l'élection présidentielle qui se succèdent au micro du patron des sports de Radio France pour parler de la place du sport dans leurs programmes politiques respectifs ou encore des JO de 2024.

Benoît Hamon, désigné candidat du parti socialiste à l'issue de la primaire de la gauche en janvier dernier, est le deuxième invité de Jacques Vendroux ce dimanche 5 mars (après Emmanuel Macron la semaine dernière). Le Breton de 49 ans a parlé de sa passion pour le football et le rugby, du plan sport-santé qu'il souhaite mettre en place s'il est élu et du soutien qu'il veut apporter à la candidature de Paris pour accueillir les JO 2024.

L'interview en vidéo et en intégralité

"Dans une autre vie, j'aurais aimé être capitaine du XV de France"

À la question de Jacques Vendroux sur ce que Benoît Hamon aurait aimé faire dans une autre vie, l'intéressé répond : "J'aurais aimé être capitaine du XV de France !". En bon fan de rugby, le natif de Brest aurait voulu "défier le haka des Blacks, ou défier les Anglais à Twickenham avec une Marseillaise du feu de Dieu juste avant !" Il va même plus loin en révélant qu'il "aurait adoré faire la petite passe après contact qui va bien et qui envoie n'importe quel joueur à l'essai entre les poteaux ou un bon plaquage qui vous cisaille l'adversaire..." admettant dans un sourire qu'il "aurait échangé ça volontiers contre n'importe quelle victoire électorale".

"Je souhaite que le sport puisse être remboursé par la sécurité sociale"

Le candidat du PS l'affirme : "la pratique d'une activité sportive même légère évite les maladies chroniques". Il va même plus loin : "Il devrait y avoir une préconisation par les médecins d'une activité physique pour éviter de tomber malade". Ainsi, Benoît Hamon veut mettre en place, s'il est élu à la présidence de la République, un grand plan sport-santé. Il souhaite, notamment, "que le sport puisse être remboursé par la sécurité sociale quand un médecin considère que pour éviter certaines maladies chroniques, certains diabètes, certains cancers, l'activité physique est jugée comme un moyen de prévenir ces maladies", jugeant "qu'au passage cela évitera d'être malade et que cela coûtera moins cher à la sécurité sociale" . Au delà de ça, c'est une "vraie culture de l'activité sportive" qui manque à la France. Il faut qu'elle devienne "naturelle, de la petite école à la fin de vie" et que "des opportunités de pratique, même d'activité physique légère, se fassent à tout âge et dans toutes situations".

"Je soutiendrai avec toute mon énergie ce projet d'accueillir les JO en 2024"

"Ces grands événements sportifs sont des accélérateurs à investissements" martèle Benoît Hamon au sujet des JO. Cela permettrait la construction ou l'amélioration d'infrastructures "qui profiteraient à tous". En outre, le candidat de la gauche ajoute : "Nous avons un savoir-faire indiscutable, nous l'avons prouvé plusieurs fois. Le dernier Euro en France est la démonstration de tout cela". Toutefois, les conditions d'attribution de ces compétitions internationales "dépendent largement de la qualité du dossier et du lobbying". Et, faisant allusion à la Coupe du Monde 2022 au Qatar, "Ces conditions relèvent parfois d'une science qui n'est pas des plus transparentes qu'il soit". Quoiqu'il en soit, s'il est élu en mai prochain, Benoît Hamon l'affirme : "Je soutiendrai avec toute mon énergie les JO 2024 car je pense que c'est non seulement un beau projet pour Paris, mais aussi un beau projet pour la France".

Sur un plan purement sportif, les Jeux Olympiques à domicile sont "le moment clé où tous les sportifs doivent être au top. C'est un rendez-vous qui peut nous permettre d'améliorer encore le niveau de préparation de nos champions !"

"N'Golo Kanté est un joueur exceptionnel !"

Benoît Hamon est un grand consommateur de sport en général. Il y a le rugby donc, et le football qu'il a beaucoup pratiqué et suivi étant plus jeune. Sur le terrain, le candidat du PS se voit plutôt en n°6, milieu défensif : "Cela doit plus me ressembler sur le plan de la morphologie, j'aimais beaucoup (Didier) Deschamps, j'aimais bien (Gennaro) Gattuso..." Il cite également Jean-François Larios, ancien joueur de Bastia et Saint-Étienne : "J'avais son poster dans ma chambre". D'une manière générale, Hamon aime "ces types qui tricotent au milieu de terrain... N'Golo Kanté est un joueur exceptionnel, j'aimais bien (Claude) Makélélé dans le même registre. Ces types qui sont des régulateurs du milieu, qui font des relances assez propres et qui ont un sens tactique".

►► À lire aussi : Stade Bleu Présidentiel : JO 2024, politique sportive, l'OM... ce qu'il faut retenir de l'interview d'Emmanuel Macron