Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Tous les sports

Stade Bleu Présidentiel : sport amateur, bénévolat, JO 2024... ce qu'il faut retenir des déclarations de Marine Le Pen

vendredi 24 mars 2017 à 14:17 - Mis à jour le jeudi 27 avril 2017 à 10:45 Par Benjamin Jacquot, France Bleu

Marine Le Pen était l'invitée de Stade Bleu Présidentiel dimanche 26 mars La candidate du Front National a parlé voile, équitation, rugby et JO 2024 au micro de Jacques Vendroux. L'occasion d'évoquer aussi ses projets de réforme pour le sport si elle est élue présidente de la République.

Marine Le Pen parle sport au micro de Jacques Vendroux
Marine Le Pen parle sport au micro de Jacques Vendroux © Radio France - Alexandra Malpot

Ces dernières semaines, les candidats à l'élection présidentielle se sont succédés au micro de Jacques Vendroux pour un Stade Bleu tout à fait spécial. Après Emmanuel Macron, Benoît Hamon, François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan, ce fut au tour de Marine Le Pen de parler à France Bleu. La candidate du Front National a dévoilé sa passion d'adolescente pour l'équitation et la voile. D'autres thèmes comme les JO 2024, le rugby, le sport amateur et le bénévolat ont été abordés durant une vingtaine de minutes.

L'interview complète

"Quand vous faites de la voile, vous avez l'impression que le monde vous appartient !"

C'est adolescente que Marine Le Pen est tombée amoureuse de la voile : "C'est comme quand vous prenez votre voiture pour la première fois après avoir eu le permis : vous avez l'impression que le monde vous appartient !" La candidate du FN est attirée par "l'imprévisibilité de ce sport" qu'elle pratique notamment sur les côtes morbihannaises : "Vous dépendez d'une considérable force de la nature et il faut être très humble à son égard." La voile apporte à la député européenne un fort sentiment de liberté : "On partait sans les parents ! (sourire) C'était absolument fabuleux, ils n'étaient pas sur notre dos ! C'est la bande de copains, l'amitié, la liberté telle qu'on la conçoit et telle qu'on l'aime lorsqu'on est adolescent !"

Marine Le Pen fait d'ailleurs un parallèle entre la voile et l'équitation dont elle est férue également : "Ce sont deux sports qui ont cette particularité, à savoir qu'il faut beaucoup d'humilité : vis-à-vis du cheval que vous montez et vis-à-vis de la mer sur laquelle vous naviguez." D'une manière plus générale, la présidente du FN estime que "l'on fait les sports qui correspondent à notre caractère profond" ajoutant qu'elle n'a "jamais apprécié l'exercice des sports collectifs", préférant "garder son indépendance".

"Dans ma famille, je suis cernée par des adorateurs de rugby"

La candidate du Front National l'avoue bien volontiers : "J'aime beaucoup le rugby aussi en réalité, et surtout les valeurs que porte ce sport." Elle va plus loin : "Je suis cernée par des adorateurs de rugby dans ma famille. Il n'y a pas que Louis (Aliot, son compagnon ndlr). Mes jumeaux adorent eux aussi le rugby. Mon fils joue assez bien et régulièrement, c'est une baraque ! Ma fille était capitaine de l'équipe qu'elle a constituée dans son internat !"

"Redéployer le financement des collectivités vers les fédérations sportives"

Marine Le Pen part du constat "que les subventions accordées par les collectivités baissent, laissant bon nombre de clubs amateurs en difficulté financière." Par conséquent, cela empêche ces structures de répondre "à la demande de nos concitoyens. Le sport est pourtant un élément très important d'équilibre dans la vie personnelle." Pour contrer cela, la native de Neuilly-sur-Seine compte "redéployer ces subventions vers les fédérations sportives" afin qu'elles puissent "constituer un maillage équilibré" et ainsi éviter les "copinages et le mépris ou le désintérêt" des collectivités pour certains clubs.

Par ailleurs, la candidate insiste sur "la considération qu'il faut redonner aux bénévoles." Selon elle, "nos dirigeants politiques ont transformé notre monde en un monde exclusivement marchand, ce que je conteste !". Marine Le Pen désire rendre hommage "à ce travail considérable de bénévolat, qui fait fonctionner les clubs amateurs, leur permettant d'accueillir nos enfants."

"Il n’y a plus de laïcité, de neutralité dans les clubs de sport"

Marine Le Pen est aussi inquiète de voir un certaine nombre de dérives dans les clubs sportifs : "J’ai des amis qui ont retiré leurs enfants du club de foot en Ile-de-France car ils y étaient mal traités pour des considérations ethniques et religieuses... Un certain nombre de clubs sont pris en main par des radicaux qui privent des enfants de pouvoir exercer ce sport (football)."

"Les fédérations devraient faire en sorte d’agir directement sur ces clubs qui diffusent ce fondamentalisme, cette violence, ce caractère sectaire, cette exclusion des uns et des autres… ce n’est pas admissible…pour régler un problème, le meilleur moyen c’est d’être capable de faire un véritable constat."

"Ceux qui me suivent, ont du mal à me suivre !"

À la question peut-on comparer le sport de haut-niveau à la politique, Marine Le Pen répond sans hésitation : "Oui, c'est vraiment un sacerdoce ! On se lance totalement là dedans et on fait des sacrifices personnels pour y arriver." La présidente du FN ajoute : "Il y a aussi une hygiène de vie à avoir car la vie politique est très dure physiquement ! Ce sont des journées parfois ininterrompues où vous pouvez avoir à parler jusqu'à 13h de suite !" Marine Le Pen assure qu'elle tient bon : "Je peux vous assurer que ceux qui me suivent ont du mal à me suivre : ils prennent des jours de récupération que moi je ne prends pas ! Beaucoup me demandent comme je fais pour tenir le choc". Elle conclut, dans un sourire : "Il faut aussi avoir une bonne constitution à la base."

"Je suis tout à fait favorable aux JO"

Sur les Jeux Olympiques 2024, Marine Le Pen dit être "tout à fait d'accord pour l'organisation de ces JO (en France, ndlr)". Et de faire part de deux inquiétudes : le slogan en anglais ("Made for sharing") qu'elle qualifie de "délirant et de soumission culturelle au monde anglo-saxon" et le manque de sécurité qui elle est, pour la candidate du FN, "un inconvénient dans cette course à l'organisation aux Jeux olympiques."