Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Stéphane Mifsud : « La dernière porte, c’est l’inconnu »

-
Par , , France Bleu

Recordman du monde d'apnée statique, Stéphane Mifsud revient sur sa performance réalisée en 2009 dans le Var. Ce jour-là, il retient son souffle pendant plus de onze minutes, glissant vers un monde inconnu... et dangereux.

Que ressent-on lorsqu’on tente de battre un record du monde d’apnée statique ? Quelles sensations se glissent à l’intérieur de votre corps et de votre esprit au fur et à mesure que votre respiration est suspendue ? Comment ressort-on d’une telle expérience de vie ?

Ce sont ces questions auxquelles répond Stéphane Mifsud invité de Bixente Lizarazu dans Planète Liza

En juin 2009, l’apnéiste français bat le record du monde de sa discipline en retenant son souffle pendant 11 minutes et 35 secondes ! Une éternité pour le commun des mortels et un défi qui reste lourd à relever même pour un professionnel "sur-développé" comme Stéphane Mifsud

La douleur, le signe de la vie

Chasseur sous-marin plus jeune, Stéphane Mifsud n’hésitait pas déjà à retenir son souffle de longues minutes pour s’aventurer 50 mètres plus bas dans l’océan. Cette pratique régulière couplée à des entraînements spécifiques pendant une dizaine d’années ensuite lui a permis de réaliser cette prouesse en piscine ce jour du 8 juin 2009, dans le Var. Au bout de 8-9 minutes en apnée, Stéphane Mifsud raconte que son corps se consume de partout : 

Imaginez un barbecue, on s'allonge dessus et on a mal de la tête jusqu'au bout du pied, on est en train de brûler

À ce moment-là, c’est le mental du champion et de l’athlète entraîné qui fait toute la différence. Puisant dans ses ressources, Stéphane Mifsud se dit alors : "Si tu as mal, ça veut dire que tu es encore vivant, donc la vie est encore en toi".

Cette zone dangereuse où rôde la mort

Ensuite, celui qui peut abaisser son rythme cardiaque à moins de 20 pulsations par minute s’aventure dans un "territoire" vierge. Passées le cap des 10 minutes 12 secondes, chrono du record à battre ce 8 juin 2009, les médecins et scientifiques ne disposent pas de données sur lesquelles s’appuyer. "Et là, ça fait très peur parce que l’inconnu, c’est la fin de la vie" avoue Stéphane Mifsud

Plongé dans une sorte d’hypnose, l’apnéiste qui arrive à concentrer 11 litres d’air dans ses poumons au début de la compétition, sent que cette fin approche. C’est le signe de la sortie. Stéphane Mifsud extrait sa tête de l’eau et avale l’air à pleins poumons. Une "vraie renaissance" comme il le confie. Une légère hésitation et un signe de la main fébrile trahissent l’état dans lequel il se trouve après avoir retenu sa respiration pendant 11 minutes et 35 secondes. Il déclare aujourd’hui : "Je pense que si j'étais resté trois secondes de plus, je ne serais pas sorti".
 

Rappelons que l’apnée statique est une discipline qui requiert beaucoup d’expérience, tant sur le plan physique que sur le plan mental.
 

Plus d'info : Stéphane Mifsud est également le fondateur del’Odyssée Bleue, à travers laquelle sont proposées plusieurs activités pour découvrir le milieu sous-marin et veiller à sa protection.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess