Tous les sports

Talence - Décastar : Kevin Mayer, un champion du monde de passage en Gironde

Par Thomas Coignac, France Bleu Drôme-Ardèche et France Bleu Gironde samedi 16 septembre 2017 à 22:28

Kevin Mayer a enchaîné les photos et autographes
Kevin Mayer a enchaîné les photos et autographes © Radio France - Thomas Coignac

Même s'il a déclaré forfait au dernier moment, et ne dispute donc pas les épreuves du Décastar, Kevin Mayer, champion du monde du décathlon cet été, est tout de même la grande star de l'épreuve talençaise. Il s'est offert une longue séances d'autographes ce samedi.

La déception a vite laissé place à l'admiration. Même s'ils avaient appris quelques heures plus tôt, que Kevin Mayer ne chausserait pas ses pointes pour diputer le Décastar, petits et grands se sont tout de même rués, vers 11 heures ce samedi, sous une tente, proche des tribunes du stade de Thouars. Car, le champion du monde, qui, du coup, n'était pas pressé par les épreuves, a pris le temps de signer des autographes. Une présence en bord de piste, qui a même éclipsé, dans le même temps, le concours de hauteur féminine.

Une foule si nombreuse à se presser autour du Drômois qui, a même poussé les organisateurs à écourter la séance, pour ne pas trop fatiguer Kevin Mayer. Car, c'est justement cette fatigue trop importante qui lui avait fait prendre la décision de ne pas mettre de dossard, alors qu'il espérait prendre part çà quelques unes des 10 épreuves. Épuisé physiquement, mais surtout mentalement après son titre décroché à Londres le 12 août. Premier champion du monde du décathlon français de l'histoire, il a enchaîné les sollicitations cet été. Des sollicitation qui se sont encore renforcées, après l'attribution à Paris des Jeux olympiques 2024, où il a dit espérer être présent. Il aurait alors 32 ans.

Reportage à Talence, où la présence de Kevin Mayer déchaîne les foules

Philippe et sa fille Mathilde sont venus de Montauban, et sont repartis avec un téléphone modèle unique. - Radio France
Philippe et sa fille Mathilde sont venus de Montauban, et sont repartis avec un téléphone modèle unique. © Radio France - Thomas Coignac